Catégorie : Turkménistan

Le trou

Après notre copieux repas de manty, on part voir le cratère de Darvaza !

Ce cratère est un gros trou dans le désert du Karakoum provoqué par l’explosion d’une poche de gaz, à cause de recherches géologiques qui ont mal tournées, à l’époque soviétique.
Le résultat est un gros trou d’environ 70m de diamètre et 20 mètres de profondeur, qui brûle depuis plus de 1971. Les scientifiques y ont mis le feu, afin d’éviter des problèmes de pollution dus au gaz émanant…
Stitched PanoramaIl y a quelques années, le Président a demandé qu’on fasse cesser le feu qui sort de ce trou de gaz… Bien sûr !
Pour l’anecdote, la ville de Darvaza n’existe plus ; en effet, Turkmenbaşi, venu visiter le village, l’avait trouvé si pourri qu’il a donné l’ordre de le raser, et d’en effacer toute mention sur les cartes. Bien entendu, personne ne connait l’histoire au Turkménistan, et d’ailleurs peu de monde connait l’existence de ce cratère ; ce n’est pas très reluisant pour l’image du pays.

Donc nous partons en voiture, avec Yusuf et deux de ces amis, Ashir et Döwlet (des amis d’Arslan aussi) qui voulaient aussi découvrir cette aberration géologique. Ça fait une bonne équipe de voiture !

La route qui mène au cratère est celle qui relie Aşgabat à Daşoguz. Et le trou se situe à quelques 250km au nord d’Aşgabat.
DSCF9136 DSCF9140 DSCF9169 IMG_2842 IMG_2846On s’arrête pour prendre de l’essence (qui ne coûte rien – env. 10€ le plein), et hop, on file à travers le désert car dès les portes de la ville franchies, on se rend compte qu’Aşgabat est construite en plein désert. D’ailleurs, son oasis de verdure n’est permis que grâce au Canal du Karakum qui dévie fortement la rivière Amu Darya l’asséchant ainsi avant qu’elle ne puisse rejoindre feue la Mer d’Aral.

La route est en mauvais état. Normal, le président ne l’empreinte pas, sinon elle aurait été refaite !
Mais on roule à bonne allure.
En chemin, on s’arrête dans une petite ferme pour acheter 3 bouteilles de lait de chameaux… Euh… t’es sûr… ?
DSCF9153Alors, en odeur, ça sent le vieux fromage de bique. En goût, ça donne une boisson (c’est coupé à l’eau) pétillante naturellement (trop fort le chameau !), avec un goût de fromage… C’est un peu comme si on buvait le petit lait de la feta, en plus fort et effervescent…
IMG_2834On reprend la route d’un bon train, jusqu’à ce croise un énorme accident : 2 voitures écrabouillées face à face …ça plombe un peu l’ambiance dans la voiture.
Et Döwlet lève un peu le pied…

Deux heures plus tard on arrive aux environs du cratère ; sur le GPS il est sensé ne pas être bien loin mais on ne trouve pas le chemin. On s’arrête vers une cabane de chantier, les ouvriers sont contents d’avoir de la visite, et puis des étrangers cela fait papoter ! Ils nous auraient bien invités à souper… mais on n’est pas venu pour ça.
DSCF9182 DSCF9184On reprend la route donc, et quelques kilomètres plus tard, nous rencontrons une vieille jeep soviétique, et à ses côtés un papy encore plus vieux qu’elle. Nos amis marchandent le prix de la course (et nous demandent pour l’occasion de rester à couvert dans la voiture…)
IMG_2850

Puis le papy nous embarque tous les 5 (plus lui) dans son antique 4×4, le long d’une piste à travers les dunes.
On arrive enfin au pied du trou, 7km plus tard, tous secoués du trajet !
DSCF9185

Incroyable ce trou, il est plus gros encore que ce à quoi nous nous attendions. On comprend pourquoi certains l’appelle la Porte de l’Enfer ; à quelques mètres du trou, on peut sentir la chaleur et le rayonnement du gaz en combustion depuis plus de 40 ans nous brûler le visage, et puis ça sent le gaz.
Il y fait tellement chaud !
Et puis c’est tellement incroyable ce gros trou… ce feu… au milieu du désert…
La Terre si proche, si forte !
IMG_2852 IMG_2853 Stitched Panorama Stitched Panorama Stitched Panorama Stitched Panorama DSCF9244 DSCF9259 Stitched Panorama IMG_2882

On y restera quelques dizaines de minutes tant le spectacle nous semble fou.
On est bien contents d’avoir pris le temps sur la route et de profiter de ce moment au crépuscule.
(Au passage, nous retrouverons aussi Phil notre ami Germano-thaïlandais à la barbe rousse, qui lui dormira auprès du trou)

…mais il faut reprendre la route. Le trajet ne semble jamais terminer. Il est minuit lorsqu’on s’arrête au bord de la route pour manger.
DSCF9285 DSCF9290 DSCF9298Trop cool : des stands de viandes grillées tenus par les enfants du village d’à côté pour que les routiers et les voyageurs de passage y cassent la croûte : très bonne idée !
On se fera donc quelques morceaux de poulet et de « viande », et du thé vert préparé au feu de bois, assis sur un tapis (à genoux encore !) sous un ciel sans lune parsemé d’étoiles au milieu du désert, et – exception faite des deux trois véhicules qui passent encore sur cette route – dans un silence royal.

On ne rentrera à Aşgabat que tard dans la soirée, retrouvant les jolies routes toutes lisses, les éclairages blancs des immeubles blancs, réverbères blancs, et toujours personnes dans les rues…

Le lendemain, on prend un train de nuit pour rejoindre Daşoguz, et son poste de frontière.
DSCF9466Le train est tout beau, tout propre, tout neuf mais pas en marbre (bien mieux que les couchettes du tiers monde de la SNCF).
Par contre, il y fait 15°… Merci la clim’.
On est logé dans un compartiment de 6 personnes, on ne sera que 5. Et après l’Iran, chose étrange, personne ne nous adressera la parole, ne posera de questions, rien…
On a le droit à quelques regards en coin, genre euh… ils ne sont pas turkmènes … mais pas de sourire non plus… pas très curieux les Turkmènes.
Il y a 500km entre Aşgabat et Daşoguz, et on retraverse le désert de Karakoum. Et bien sûr, on arrive 18h plus tard à destination ! Oui, ici, les trains prennent leurs temps ! Mais ça coûte environ 4 euros pour tous les 2.
DSCF9468

À l’arrivée, on prend un taxi qui nous emmene au poste de frontière.
Il est tout petit, par rapport à celui d’il y a quelques jours et on est seuls.
IMG_20140830_111610
On montre nos passeports et on a même le droit à un Welcome to Turkmenistan de la part du douanier ! (ça doit être parce qu’on part du pays, il est content… !)
On nous donne des formulaires à remplir, en russe… Euh, we need some help…, ils se marrent un peu, c’est plutôt détendu comme ambiance.

Les rayons X, les questions de politesse You have carpet ? guns ? heroïn ?, et quelques autres questions sur notre séjour, un coup de tampon, et au revoir le Turkménistan.
On sort, on est re-enregristrés, on attend une voiture pour franchir le no-man’s land de 2km, on n’a plus de manat pour payer (et aussi parce qu’on voulait garder un billet…), et on est déposés au dernier poste de frontière du Turkménistan.
Une grosse porte en métal se referme derrière nous. Drôle d’impression de quitter un pays dans lequel on ne pourra certainement jamais revenir. Le visa de tourisme est très compliqué à avoir, et on ne peut voyager qu’accompagné en permanence d’un guide.
Nous, on a eu le droit à un visa de transit de 5 jours, chanceux que nous sommes !

 

Notre passage au Turkménistan est éclair. Mais ce petit aperçu est compliqué à comprendre.
Parce que certes Aşgabat est une jolie vitrine, mais il est dit que tous ces bâtiments et monuments sont le fruit de l’argent du gaz, d’un peu de corruption et au détriment de la santé et la culture.
Enfin, que ce soit dans nos journaux et dans les leurs, on ne sait pas trop qui dit vrai. L’information passe difficilement les frontières dans un sens ou dans l’autre.

Apparemment, moins de 1% de la population a accès à internet. Et même si l’eau, le gaz et l’électricité sont gratuits, les gens ont dû mal à vivre correctement. Et en traversant certains villages, on ressent que la redistribution de l’argent reste très inégale.
Le Président a d’autres projets de grandeur.

« Le Président a dit… »

Ça y est, on part enfin de Mashhad. Après 7 jours d’attente, on est dans les starting-blocks !

Réveil matinal, on quitte Taka et CS.
Un métro et un taxi partagé (on attendra 40 min pour partir) pour nous emmener à Quchan à 1h30 de route, puis un autre taxi partagé pour nous emmener à Bagiran au poste de frontière, quelques 50km plus tard.
La route est superbe, on est dans une vieille Saba, et on roule à 120km/h… (c’est écrit DANGER en énorme sur la montagne, et les panneaux indiquent 50… donc oui, on est pas rassurés !)
On arrive vivant à la frontière. Woué !

On échange nos derniers Rials en Manats turkmènes à un mec avec une valisette pleine de pognon différent, ainsi que quelques euros, et on entre enfin dans ce qui sera « nos derniers instants iraniens » !
On passe nos sacs aux rayons X, quelques questions, un tampon et c’est fait !
De l’autre côté, il y’a une vingtaine de femmes turkmènes chargées à bloc, facilement reconnaissables à leurs robes et coiffes colorées.
(Une femme sortira même de sa coiffe, une dizaine de paquets de clopes, astucieusement camouflés !)

Derrière le bâtiment se trouve un no-man’s land d’une centaine de mètres, et en face de nous, le portrait du Président du Turkménistan pour nous dire bonjour.
IMG_2613

Côté Turkmène, c’est pas la même ambiance.
Premier contrôle, un soldat coiffé d’une casquette à large bord écrit dans un grand registre les différentes informations de notre passeport, puis on entre dans une grande salle.
On comprend qu’on doit aller montrer nos passeports avant le scan des sacs.
Ici, les sourires c’est pas vraiment ça. Après un mois en Iran, on n’est plus habitués !
Nous passons donc nos passeports par la petite fenêtre, et répondons aux questions. « Vous allez où, par où, combien de temps, comment, … » on a tout-bon aux questions, alors on a le droit d’aller payer (22$ en plus des 110$ dollars du visa, ça commence à chiffrer pour 5 jours dans une dictature).
Mais comme il est midi, le mec est parti manger. On attend donc. Et puis il n’est pas tout seul, puisque les quelques douaniers délégués à la vérification des bagages ont fait de même… ils ont bien le droit d’aller casser la croûte…mais c’est tout de même étrangement organisé.

On est un peu embêtés, parce que ça prend « plus de temps que prévu » (mais on devrait arrêter de prévoir en fait…) et on a rdv à 12h30 avec Yusuf, qui sera notre hôte à Aşgabat. Yusuf, c’est un pote de Arslan, un ancien collègue de mission de Brice … mais comme il n’est pas au Turkménistan pour le moment, il a missionné son pote de s’occuper de nous (et de nous loger aussi !).

Donc 12h30, toujours personne pour payer, et puis pas de réseau pour appeler bien sûr.
On poireaute une heure et on arrive finalement à payer nos 22$. On retourne voir le monsieur derrière sa petite fenêtre, il nous donne un reçu, et un coup de tampon !
On est au Turkménistan !
Mais on retrouve aussi la quarantaine de femmes (leur nombre a bien eu le temps de grossir entre temps !) qui attendent pour passer leurs « bagages » aux rayons. Et par « bagages », on parle de sacs énooormes d’oreillers, de tapis, des cartons de plantes, de je ne sais quoi.
Juste que c’est énooorme, et qu’on se voit déjà y passer la journée, parce que de l’autre côté des rayons X, tout est scrupuleusement fouillé.

Finalement, on aura le droit de les doubler, et nos sacs ne seront pas fouillés. Juste quelques questions de politesse : « guns ? » « heroin ? » « narcotics ?», le tout dit avec bien sûr, sourire et décontraction !

Il est 13h quand on est de l’autre côté ! 2h pour passer la frontière, c’est correct ! Mais ce qu’on ne savait pas, c’est qu’on attendrait 3h pour prendre un minivan qui descend de la montagne, et dépose les gens 7km plus loin (et qu’on est obligés de prendre).
Parce qu’en fait, il n’y a pas de van, et cette quarantaine de femmes qui passaient la frontière aussi, attendent elles aussi le van.
D’autant plus qu’elles sont du genre coriace, elles se battent et courent après le minivan pour y entrer. Elles s’entassent, entrent par le coffre, et ça crie, ça râle, ça pousse…
On reste donc circonspects devant ce spectacle turkmène, en se disant qu’on attendra le prochain bus.
IMG_2623 IMG_2624Pour passer le temps, on papote avec un Turkmène sympa, du pays, etc. Marion a ses cheveux qui reprennent des couleurs après un mois voilée ! Même son cou respire de nouveau !
Finalement le prochain van met 1h à arriver, et à nouveau c’est la cohue…
Bref, 3h plus tard, on arrive à monter dans l’un d’eux.
On s’est quand même retrouvés à 15 dans le van – qu’on a payé deux fois plus cher que les autres… c’est comme ça et pas autrement…

On arrive donc au dernier poste de contrôle, on est re-re-re-reenregistrés (on a dû être enregistré – à la main, avec une belle écriture en italique – au moins 5 fois). Notre ami Yusuf est là ; il nous a attendu 4h… et nous a habilement reconnus sous nos sacs à dos de tortue.
On s’excuse 3000 fois, et hop, on monte dans sa super grosse voiture climatisée top, direction sa maison.
Ça fait plaisir après les voitures pourries en Iran !

Première rencontre, à travers les vitres de la voiture, avec la Ville Blanche.
On arrive chez lui ; sa femme Jahan et ses deux filles Merjen et Näzik nous attendent.
Nous avons aussi droit à un copieux festin ! On est assis par terre bien sûr ! (les genoux de Brice n’ont pas été étudiés pour cette position et ils se rappelleront longtemps de cet horrible supplice du « repas turkmène » !)
Mais surtout, leur maison est super confortable, c’est propre, ça sent bon, et après plus d’un mois, à prendre nos douches en tongs, on a enfin accès à une salle de bain propre.
On dormira tout de même par terre – à la mode turkmène ; mais eux aussi !… ils ont bien acheté un lit, mais que très récemment et parce que c’est « bien vu » d’avoir un lit chez soi.

On papote un peu et puis on part marcher un peu dans le quartier.
On déambule dans Aşgabat qu’on découvre au fur et à mesure, et on commence à photographier à droite à gauche… jusqu’au moment où un policier nous invective par ce qui semblait plus être un aboiement qu’une formule de politesse. On comprendra plus tard que c’était le Palais du Président…
IMG_2668 IMG_2667 IMG_2664Bien entendu aucune photo n’y est autorisée, mais il est tout autant interdit de se balader le long de l’avenue longeant le palais, que ce soit en auto ou à pied (un soldat plus sympa nous l’expliquera par quelques gestes).
Personne n’a jamais trop pu aller voir ce qu’il s’y passe.

Bienvenue au Turkménistan, l’un des pays les plus fermés au monde, avec une jolie dictature qui dure depuis le 27 octobre 1991, jour de l’indépendance de pays sur l’union soviétique.
Et son premier « Président », Niazov, était un peu mégalo…
Il a renommé les jours de la semaine, il a changé le mot « pain » par le prénom de sa mère, il s’est fait construire une statue en or qui tourne en fonction du soleil pour qu’il soit toujours face éclairée, s’est fait appeler Turkmenbaşi (le père des Turkmènes), … parmi d’autres extravagances !
À sa mort en 2006, l’actuel président lui succéda. Il est un peu plus sympa parce qu’il est revenu sur l’interdiction d’écouter la musique dans les voitures ! Sympa.
IMG_2889Mais bon, il a quand même continué le projet d’Aşgabat, ville en marbre blanc. Et tant d’autres projets tous plus chers les uns que les autres… pourvu qu’ils restent en marbre !
IMG_2656

Mais on en revient à notre balade, interdiction de prendre des photos autour du Palais du Président… On aurait dû s’en douter vu la vingtaine de policiers/soldats autour.
« Ok… Ok… no photo ».
On comprendra vite qu’on est quand même dans une dictature, on va tenter de rester dans les clous. En parlant avec Yusuf, on apprendra aussi à ne pas demander « pourquoi » face à certaines requêtes du Président…
« Mais pourquoi il déplace l’Arche de la Neutralité que ça coûte 10 millions de dollar ? » « Pourquoi il veut des cocotiers sur une avenue qu’ils sont tous morts en plein hiver ? » « Pourquoi du marbre blanc qu’on fait importer de l’autre bout du monde ? » « Pourquoi y’a personne dans la rue ? Pourquoi…. ? »

Retour à la maison, et Yusuf nous emmène faire le tour d’Aşgabat by night. On est comme deux gamins à prendre 3000 photos.
DSCF9025 DSCF9026 DSCF9057 IMG_2743 DSCF9067 DSCF9068 DSCF9071 DSCF9077pfff… mais elle est ouf cette ville. Tout est propre, lisse, blanc, éclairé… Et il n’y a personne.
Ça change beaucoup du chaos iranien ; et les automobilistes respectent même la signalisation et les piétons !

On passe un jour à visiter Aşgabat.
Du marbre, du marbre, du marbre. Tout est blanc. Les réverbères, les bordures de trottoirs, les troncs des arbres, … tout.IMG_2813 IMG_2899 IMG_2902 Stitched Panorama IMG_2908Turkmenbaşi a voulu réinventer une culture turkmène après plus d’un siècle de domination du peuple nomade par les Russes. Il a entre autre inventé un « logo » (une étoile à 8 branches sans aucune finesse) qu’on retrouve partout, comme motif décliné.
DSCF9391La ville est admirablement propre (et vide d’immensité !). Le Président – qui est médecin de formation, enfin dentiste en fait – veut que le peuple aille bien, et la santé c’est important. Après avoir éradiqué le fléau narcotique en quelques années dès son accession au pouvoir, le Président s’emploie désormais à supprimer le tabagisme : le paquet le moins cher coûte désormais 10$ (d’où la fraude de cigarettes à la frontière iranienne), et dès 2017, il sera interdit de fumer au Turkménistan. Au grand maux les grands moyens.

Tout est rangé dans cette ville parfaite. L’immeuble pour publier un livre, c’est ici, celui en forme de livre. Celui pour soigner ses dents, c’est celui en forme de dent, et les yeux, ben c’est celui en forme d’œil.
DSCF9081Stitched PanoramaY’à le ministère des tapis, celui des chevaux, celui des fruits et légumes, …
On se croirait dans une maquette d’un promoteur immobilier.
« Merci Bouygues de construire de si beaux immeubles, vous pouvez être fier » nous dit Yusuf tout en encensant le groupe de BTP.
Bouygues a remporté des contrats colossaux dans ce pays (les grands palais du gouvernement par exemple, et la super grande mosquée que c’est la plus grande d’Asie Centrale), et est désormais en concurrence avec Vinci et des entreprises Turques et Iraniennes.
Stitched Panorama Stitched Panorama IMG_2937 Stitched Panorama DSCF9390Et tous ces immeubles sont tous différents, mais ce sont tous les mêmes. Il y a juste une harmonie de couleur (ou non-couleur peut-être), mais c’est un style inconnu. Style Turkmène.

Et il y a des policiers partout, des caméras, des trottoirs vides, des routes vides, pas de poubelles dans la rue, pas d’oiseaux on dirait, des parterres de fleurs superbes, des grands parcs… et des travaux, toujours des travaux…Une maquette.
Et quand les bâtiments sont vieux, soit ils sont rasés soit ré-habillés de marbre ! Sympa les discussions « projet façades » !
IMG_2965 IMG_2967 DSCF9400 IMG_2971 DSCF9406Enfin, il y a aussi toutes les incongruités architecturales incroyables.
La tour de la Constitution
IMG_2977DSCF9424Le palais du mariage (ou palais du bonheur, le Président à déclaré: « ce serait un symbole du bonheur sans frontière de la prospérité et de l’amour » – 100 millions €)

IMG_3055L’univers – la plus grande « grande roue » dans un espace clôt du monde
IMG_2992Le monument de l’Indépendance
IMG_3034 IMG_3041

L’Arche de la Neutralité (ce mot est partout, faisant du Turkménistan « le premier pays neutre au monde ») avec la statue du Turkmenbaşi qui tournait – avant qu’on la déplace au milieu de rien, certainement pour ne pas faire d’ombre au nouveau régime – avec le soleil afin qu’il ait toujours la face illuminée.
DSCF9440 Stitched Panorama IMG_3027

On aura aussi l’occasion d’aller « en famille » au Grand Bazar Tolkuchka, situé à 10km d’Aşgabat. C’est un immense bazar (le plus grand d’Asie Centrale) où on trouve de tout : fringues/électroménager/fruits/légumes/tapis/ brebis et chameaux/voitures. Bon, aujourd’hui, il est d’une sobriété bien fade… mais il est dit qu’il était aussi plus joli avant d’avoir été déplacé ; mais ça, c’était avant le marbre !
Stitched Panorama DSCF9091 DSCF9117 IMG_2790

Pour conserver toujours une symbolique (et dans l’esprit fou et mégalo du Président) le plan du bazar reprend l’un des 5 motifs (représentant les 5 ethnies du pays) présents sur le drapeau national et repris sur la plupart des monuments.

On erre dans les allées, dans les différents hangars. On découvre les turkmènes au marché, les femmes et leurs coiffes de couleurs, les tissus, les couleurs, … C’est beau !
DSCF9100 DSCF9099 DSCF9093Toujours dans l’esprit du renouveau de la culture turkmène, les femmes sont encouragées à porter la très belle tenue traditionnelle. Pour ce qui est des cheveux, elles portent soit une grande coiffe si elles sont mariées, soit une « kipa » turkmène. Elles sont toutes très belles.

La matinée passe rapidement, retour à la maison. Jahan prépare en 2 temps 3 mouvements des manty, sorte de raviolis proche des manti turques (bien sûr, même le repas est préparé par terre… !), et on s’empiffre encore de bonnes choses.

Le repas est vite terminé, deux amis de Yusuf nous attendent pour partir dans le désert de Karakoum, pour voir LE cratère !

-> suite à prochain post !
Et puis pêle-mêle; des petites infos qui nous ont bien fait rire :

Note 1: Au Turkménistan, l’essence est subventionnée, l’eau, l’électricité et le gaz quasi gratuit. Notre premier jour, Yusuf et sa femme sont partis voir des amis, et nous n’avons quitté leur appartement que quelques minutes plus tard en prenant soin d’éteindre les lumières. Yusuf a bien rigolé quand en rentrant, Jahan sa femme lui a demandé: « mais pourquoi ont-ils éteint les lumières?!! »… et nous a raconté que chez eux, on laisse toujours au moins une lumière allumée en sortant et la clim’ tourne sans cesse: la bourde écologique!

Note 2: Le Président de la République est élu au suffrage universel direct. Il y a bien sûr plusieurs candidats, tous appartenant au même parti. Et au cours de la campagne, ces candidats supportent le Président, et appellent la population à voter pour lui (97.4% lors de la dernière).

Note 3: Les petites filles vont à l’école en robe verte et tablier blanc (il s’agirait de l’habit traditionnel de la tribut dominante des 5 tributs du pays), les petits garçons sont en chemise blanche et cravate noir; tandis qu’à l’université, les jeunes filles s’habillent le lundi en robe rouge, le mardi en bleu, le mercredi en rouge de nouveau, etc…

Note 4: Les Turkmènes sont très fiers de leurs melons, Turkmenbaşi l’avait déjà renommé de son propre nom, et récemment le jour du melon (jour férié), le Président l’a renommé le « protecteur » comme son Président, et la pastèque turkmène a désormais une variété « Président ». Le Président a fait l’éloge du « succès des producteurs de melons turkmènes et de leur travail désintéressé visant à faire renaître la gloire internationale de ces fruits paradisiaques de la terre turkmène ».

Note 5: Nyazov (Turkmenbaşi) avait déclaré que « ce n’était pas sa décision mais celle du peuple » d’être en statue un peu partout, sur les billets de banque… et il a déclaré que le jour de la fête nationale serait celui de son anniversaire.

Note 6: Le Président aime beaucoup monter à cheval, et aurait même participer à une course équestre. Avant l’arrivée, il serait tombé… mais toutes les photos auraient été effacées, et le Président a tout de même gagné la course.