Catégorie : Asie Centrale

C’est plus simple en avion, mais…

Ça y est. La météo est clémente. On part de Osh pour Sary Tash.
Notre séjour kirghize prend fin.

Comme à l’accoutumé, on prend un marshruka, rempli de gens, de pains, de bagages en tout genre, et de nous.
Avant de quitter la gare de bus, Brice a pris soin de nettoyer notre fenêtre. La route jusqu’à Sary Tash est très très belle… On se prépare !

On zigzag à travers les vallées, des canyons et montagnes, et on passe deux cols à 3800m… Dehors, c’est immense.
DSCF4643 DSCF4611 DSCF4674 DSCF4656DSCF4692 DSCF4585 DSCF4694 DSCF4717IMG_4717IMG_4743Et puis progressivement, on redescend vers Sary Tash. Et là, au milieu de qui ressemble à un petit hameau, on descend du marshruka.

Devant nous, les montagnes immenses et immaculées du Pamir se dessinent. Pfff, c’est beau !
IMG_4757On cherche un endroit où dormir quand un papy au gros ventre nous dit de le suivre. On demande combien c’est, on est d’accord, on y va.
IMG_4749

Dans la maison, une jeune femme regarde un feuilleton niais. (On avait compris au départ que c’était sa femme, ce qui nous avait mis très mal à l’aise vu l’âge du papy…)
Pas trop de bonjour, ni de sourire, mais bon. On est posé dans un coin, et on attend notre thé/pain/confiture traditionnel !

On part se balader une petite demi-heure pour faire quelques photos. Il faut dire que les paysages qui nous entourent sont vraiment très beaux, mais aussi que ça caille fort dehors ! On est à 3200m, et ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu les doigts gelés par le froid. Bien entendu, les toilettes sont dehors, et les sorties nocturnes seront fugaces.
DSCF4749 DSCF4780 Stitched Panorama DSCF4798Retour à la maison. La soirée sera un peu longue, et notre nuit horrible. Installés à côté du papy, lumière allumée toute la nuit, lui manquant de s’étouffer à chaque respiration, et faisant de multiples aller/retour avec l’extérieur pour aller pisser, respirer, cracher et on ne sait pas trop !
Stitched Panorama

Le lendemain, à sa question « vous avez bien dormi » en russe/kirghize… on lui répond en souriant « horrible, merci ».
On a rien dormi, on a les yeux tous gonflés, et on est un peu contrariés… d’autant qu’on sait qu’on a une lonnnngue journée devant nous pour passer cette fameuse frontière chinoise !

Bref, à 7h, et par -5°C, on est sur le bord de la route, attendant un camion qui nous emmènerait à la frontière.
IMG_4810Mais qu’est-ce qu’il fait froid… Le soleil tarde à se lever, caché par une colline. On le guette, on l’espère, ses rayons nous réchaufferons et nous permettrons de tenir un peu. Heureusement 20 min plus tard, une camionnette s’arrête ! Ouf, un peu plus, on perdait nos orteils.

Et c’est parti pour 70km d’une route superbe. On est sur un plateau à 3200m, et tout autour de nous, des montagnes, dont certains sommets à plus de 7000m…
DSCF4840 IMG_4819 DSCF4843 IMG_4834DSCF4833Au début, cette immense vallée est désertique. Et puis, tout devient intensément blanc.
On est si loin, si haut, si seul avec la lumière du soleil levant, et les nuages qui viennent parfois glisser dans la vallée.
On contemple, silencieux et ébahi, ce paysage si majestueux.DSCF4845DSCF4869 IMG_4829 DSCF4880 DSCF4863 DSCF4850 DSCF4856
Une heure plus tard, on s’arrête à un premier poste de contrôle. Perdu au milieu des montagnes. On descend de la camionnette, on montre nos passeports, on est enregistrés et c’est reparti pour 15 km.

DSCF4887Vingt minutes plus tard, c’est la frontière kirghize, avec une queue énorme de camions…
Avec notre camionnette, on double tout le monde (notre chauffeur est ici pour récupérer un groupe de touristes en provenance de Chine).
IMG_4845On remontre nos passeports, on se fait re-re-enregistrer deux trois fois, et hop un coup de tampon ! On est les seuls piétons !

On doit ensuite prendre un camion-stop pour les 7 km qui nous sépare du premier poste de frontière chinois. Ça sera un camion pour chacun ! La chance !
On s’arrête 2 fois en chemin pour remontrer nos passeports. On ne sait même plus dans quel pays on est !

Et finalement, rebelotte : grosse file de camion, qu’on remonte donc à pied. On se dépêche un peu car le poste Chinois ferme entre 12h et 16h(!)… heure de Beijing, soit 10h à nos montres kirghizes.
On croise un chameau ! 2 bosses dis donc !
DSCF4917Premier poste de frontière chinois. On dépose nos passeports, on attend 10 min, on ne sait pas quoi..
Et puis, c’est parti pour la fouille du sac. Nos chaussures sont retirées et passées aux rayons X.
Là, on se dit, à quand même… on ne va pas rigoler.
On ouvre nos sacs, et ils commencent à tout regarder. Le téléphone de Marion est fouillé, celui de Brice non, le douanier a dû aimer que ça soit un Huawei, chinois donc !
Mais Brice doit ouvrir la boîte pleine de coton-tiges. Là, on se dit pfff… ils croient qu’on a caché des trucs là-dedans… ?  et finalement, le douanier se sert juste de 2 ou 3 coton-tiges, et la boite est refermée… ah, ok… il avait juste les oreilles sales… 

Heureusement, comme la pause de midi approche, nos douaniers n’ont pas hyper envie de tout fouiller, et rapidement, ils nous demandent de remballer.
Nos passeports sont donnés à un chauffeur de taxi, qui doit nous emmener 150km plus loin, au prochain poste frontière.
Entre les deux, no-man’s land (!) et le chauffeur conserve nos passeports.
Mais il faut arriver à négocier avec un taxi qu’on est obligé de prendre, qu’on a pas assez de Yuans, plus trop de Som, pas envie de sortir nos Dollars. Et bien sûr, il pratique le prix qu’il veut…
Donc, contraints, on lui donne le reste de nos Som (on conservera cependant notre pièce de 3 som kirghizs – parce que une pièce de 3, c’est pas tous les jours qu’on en voit) et on prend la route, avec Robert le Hollandais, et un kirghiz.
DSCF4928 DSCF4944 IMG_4854 DSCF4942150km plus tard (on croise sur la route un troupeau de chameau, ça change des moutons ou chevaux et les paysages sont beaucoup plus arides qu’à l’ouest de la frontière), on arrive au poste de frontière chinois, qui bien-sûr est encore fermé. Pause déjeuner !
Nos passeports sont laissés au douanier. Et le chauffeur de taxi nous emmène « en ville ». On a 1h30 à attendre. Alors on va manger, du plov… Parce qu’ici, c’est la Chine, mais on est en pays Ouïgour. Sur la route, les panneaux sont écrits en chinois, arabe (l’alphabet utilisé pour le ouïghour), cyrillique et anglais !

Une heure plus tard, le chauffeur de taxi vient nous reprendre pour nous redéposer à la douane. Il est 16h20 quand la frontière ré-ouvre. Normal, avec une pause de 4h, faut le temps de se réveiller…
Recontrôle des sacs aux rayons X, du passeport, 3 fois… et enfin, un coup de tampon.
Nihao la Chine !

Dehors, le chauffeur de taxi nous attend. On ne comprend pas trop pourquoi, juste avant, il nous avait dit qu’on s’arrêtait là avec lui…
Mais, on se dit qu’on va se laisser porter. Il y a l’autre kirghize avec nous, qui fait souvent la navette et doit aller à Kasghar… donc on suit le mouvement.
Et il nous dépose donc quelques km plus loin dans une petite ville. On comprend qu’on va devoir prendre un taxi pour faire les 70km qui nous séparent de Kasghar. C’est interminable !
On charge nos affaires dans le coffre d’une voiture pour la énième fois, un policier prend une photo, le chauffeur se fait soutiré son permis, on nous demande de sortir nos sacs, quelques choses de pas clair a dû se passer…
On passe dans une pièce, puis dans une autre, on attend, on parle, on nous interpelle (on rappelle qu’on est toujours le même groupe de 4, depuis la première frontière chinoise).
Bref, on trouve une autre voiture, on remet nos sacs dans le coffre, et c’est parti !

Pfff… quelle journée.

Il est 18h quand on arrive ENFIN à Kasghar ! et on a fait que 350km depuis ce matin.
On retrouve rapidement les scooters électriques, les devantures bruyantes, et le chaos urbain…
DSCF4956On réalise qu’on est en Chine… mais avec que des ouïgours autour de nous. Ils ont la même tête que les kirghizes ! Et surtout, ici, on ne parle pas chinois !
Salam Mao !
IMG_4856

 

Note 1 –  En passant la frontière, on a donc ajouté 2h à nos montres. Nous sommes à l’heure de Beijing, ville située quelques 3500km plus loin.
Donc ça donne une impression que tout est déréglé. Parce qu’à midi, heure de Beijing, mais à Kasghar, le soleil est loin d’être au zénith…

Note 2 – Bonne nouvelle ! C’est le retour du vrai PQ, tout doux, tout lisse ! Fini le « papier crépon » !
Finalement, c’est peut-être les toilettes à travers le monde le thème de notre voyage !

Osh c’est moche

Après notre séjour un peu plan-plan à Arslanbob, on reprend la route direction Osh.
Et deux marshruka plus tard, on arrive dans la deuxième ville du pays.

Osh est « connue » pour son bazar (qui serait le plus grand d’Asie centrale), et il faut dire que c’est vraiment le « bordel » ici.
DSCF4457 DSCF4362 DSCF4502 DSCF4493 DSCF4468De gros travaux pour la construction d’un pont ont été entrepris (artères défoncées, infrastructures, barrières, …) mais quand la ville a changé de Maire, tout l’argent a disparu avec la municipalité. Corruption, quand tu nous tiens… !DSCF4394 DSCF4516 DSCF4375DSCF4390

Résultat, ça donne un morceau de ville hyper embouteillé, et ça grouille de partout. Entre marchands ambulants, marshruka, charriots de marchandises, taxi, …
On arrive donc au milieu de tout ça, et comme souvent, on se dit heureusement qu’on est un peu habitués maintenant.

On retrouve Farooq et Shabab (Pakistanais et Indien respectivement, tous deux étudiants en médecine), qui seront nos hôtes Coachsurfing pour notre séjour à Osh.
On ne sait pas encore combien de temps on va rester. On doit organiser un peu tout ça.

On habite dans une vieille barre soviétique, dans laquelle tout est vieux. Même les papiers peints sont d’époques on pense.
Stitched Panorama DSCF4436 DSCF4356

Enfin, on est content d’avoir un toit, de les rencontrer, de manger indien, de boire du thé pakistanais* (avec du lait et beaucoup de sucre !), et de parler anatomie et voyages !

La ville de Osh n’ayant pas payé sa facture de gaz à l’Ouzbékistan, ce dernier a naturellement coupé l’arrivée de gaz depuis janvier dernier.
Donc plus de gaz à Osh. On cuisine donc sur un petit réchaud, dans le couloir…
Adaptation !
Et puis aussi, la ville de Osh ne paye pas toutes ses factures d’électricité. Donc, naturellement, l’électricité est coupée 2 fois par jour, genre de 10h-16h…
Adaptation !
… ça promet un hiver difficile !

Mais, finalement, on y est bien dans cet appart. Et surtout qu’on va y rester 6 jours.
Parce que pour rejoindre la frontière chinoise, il nous faut aller à Sary Tash, village au carrefour des routes qui vont, viennent, et partent pour le Tadjikistan, Ouzbékistan, Kirghizistan et Chine. Et de là, théoriquement, on doit trouver un camion pour nous monter à la frontière.

Or, la frontière est fermée le week-end. Pas grave, on peut toujours aller se balader autour du village, on y trouve le Pic Lénine (7134m) et toute la chaine du Pamir.
Mais oui, mais non, car ils annoncent de la neige et un maximum de 1°C à Sary Tash pour les jours qui suivent.
Alors, on se dit qu’on va attendre au chaud ici, et on se passera la frontière lundi.
Ça sera bien lundi ! Nous devons être en Chine le 16 octobre au plus tard… notre visa expire – celui qu’on a eu tant de mal à avoir à Ankara ! –.

Donc, on passe 6 jours à Osh, mais comme le dit l’expression, « Osh, c’est moche ».
Et mise à part le bazar, et la grosse statue de Lénine (encore !), on traîne un peu des pieds.
DSCF4384On se sent loin de Bishkek qui, si elle faisait petite capitale de province, demeurait bien plus sophistiquée et développée. Les gens semblent moins éduqués, tout est poussiéreux, les infrastructures inexistantes ou rajoutées à la va-vite… on se sent parfois plus proche de Bombay que de Bishkek.
DSCF4432 Stitched PanoramaEt comme la population y est majoritaire ouzbek (!), bien plus pratiquante, et que les paysages y sont plus mornes, on se sent plus loin du Kirghizstan qu’on appréciait.

Il faut dire qu’on aura deux jours de pluie, gris, mouillé, froid, beurk.
Mais, on ira se balader maintes fois dans le bazar, un jour pour acheter une enveloppe, l’autre pour des fruits, pour changer des sous ou faire relier notre guide chinois, …DSCF4505 DSCF4453 DSCF4448 IMG_4650 IMG_4649 IMG_4648 DSCF4418 DSCF4406 DSCF4399 DSCF4370 DSCF4515 DSCF4366 IMG_4652 IMG_4662

On profitera de nos coloc’, entre un bon plov (riz cuits avec du gras, un peu de gras, et un soupçon de gras de mouton) un après-midi pluvieux…, de jolies discussions pakistano-indiennes, des bons repas épicés partagés (on prépare doucement nos estomacs !), et des multiples questions « muscles-mais comment ça marche-pourquoi ». Et c’est bon, on connait les noms des 639 muscles en anglais maintenant !
IMG_4611

Petite semaine tranquille donc, en attendant le beau temps et dimanche soir de partir à Sary-Tash.
On prépare aussi un peu la suite du voyage. La Chine, un gros morceau à venir !
On espère ne pas avoir trop froid, mais on sait déjà qu’on arrivera trop tard pour voir certaines régions qu’on tenait à visiter. Tant pis, on ne peut pas tout voir (surtout dans un pays si grand), ça sera la prochaine fois.

Et puis on reste très contents de notre passage par le Kirghizistan. Ce pays au nom imprononçable et que nous n’aurions su localiser sur une carte il y a encore deux mois.
On s’y est sentis bien, et loin. Ces paysages, aux immenses plaines et montagnes…
On y était un peu tard. On y reviendra ! On a d’autres montagnes à escalader encore !

Note 1 – Les toilettes publiques : deux catégories.
– Les plus rudimentaires mais aussi les plus communs dès qu’on sort des villes : le trou entouré de 3 murs en tôle (souvent sans porte). Au sol, un trou plus ou moins large (plus c’est large, plus il est aisé de viser, mais attention à ne rien avoir dans les poches !), et plus ou moins profond (on a déjà vu un trou de plus de 5 mètres. Vertigineux, surtout quand on sait ce qu’il y a au fond !
DSCF1742– En ville, Marion découvre les toilettes avec juste 2 petits murets de part et d’autre, et pas de portes. Et toutes les femmes sont accroupies, les unes à côtés des autres. Bonjour l’intimité ! La première fois, ça fait drôle et puis, comme tout, on s’y habitue… ou presque. Elle a quand même l’impression de regarder le plafond quand elle fait pipi. Et de ne pas être hyper sereine ! Il ne faut pas être malade ces jours-là !

DSCF4564

Note 2 – Si au début, nous étions assez contents de tester de nouveaux mets – certes plus goûteux qu’auparavant – après un mois, on commence à faire une indigestion du gras de mouton. Et on lorgne déjà sur la tradition culinaire de l’autre côté de la frontière… !
DSCF4486 IMG_4639

Note 3 – Quand on se marie au Kirghizstan, on loue une grooooosse voiture pour que tous ses amis puissent faire la fête dedans. Séquence émotion pour Brice, en pensant au Mondial de l’automobile, qu’il loupe !Stitched Panorama

 

 

  • Faire infuser de la cardamone et des graines de fenouils dans l’équivalent d’une tasse de lait par personne.
    Ajouter une cuillère à café de thé par personne.
    Et du sucre.
    Faire bouillir 2 ou 3 fois.
    Servir chaud !

 

 

En longeant le trou de nez

Jour de départ de chez Kanat.
Nous avions décidé de repasser une nuit chez Jumakador, à Kojumkol.
Dire bonjour/au revoir, avant de reprendre la route.
Kanat nous dépose alors devant la petite maison bleue dans laquelle nous avions dormi quelques jours plus tôt.
Embrassade et au revoir avec Kanat et Acylbek… C’est toujours difficile ces au-revoir, quand tu sais qu’il y a peu de chance de se recroiser un jour…

Mais Jumakador et Saltanat ne sont pas là.
La maison est fermée.
On laisse un mot, on va faire pipi dans la cabane au fond du jardin, et tant pis, on reprend la route.
Direction Arslanbob, à presque 500km d’ici.
Le pari est osé. On sait qu’on ne peut qu’y aller en stop (notre point de départ étant trop reculé pour y trouver taxis ou marshrutka). Et finalement on est loin.
Mais on tente, on verra bien où on sera ce soir!
De plus, nous sommes sur une route que très peu de voitures empruntent, alors on commence à marcher, en guettant en arrière… au cas où.
Une dizaine de minutes plus tard, une voiture s’arrête. On lui explique où on va, on demande combien ça coûte, et hop, on dépose nos sacs dans le coffre, et c’est parti pour une grosse heure.
Elle nous conduira jusqu’à l’embranchement de la grosse route qui relie Bishkek et Osh. Parfait.
D’autant plus qu’il commence à pleuvoir bien fort, on est donc bien contents d’être dans la voiture… jusqu’à ce qu’on soit déposés sur le bord de la route…

Heureusement, il y a un abribus. On se relaie alors pour faire du stop.
Il fait froid, il pleut fort et l’eau est froide (on est à 2400m).
DSCF4219
Au bout d’une demi-heure, une voiture accepte de nous emmener jusqu’à Karakol (un troisième !), à 300 km.
Ça nous coûte un peu cher, mais bon, au moins, on est au chaud, et on roule.

On traverse l’immense bassin de Suusamyr (une des régions les plus froides du pays) entouré de montagnes chapeautées de neige. Puis la route monte monte, le paysage devient de plus en plus blanc et on passe le col enneigé de Ala-Bel (3198m). Rien que d’être dans la voiture, ça nous donne froid.
Les nuages sont collés aux flancs des montagnes, c’est tout blanc et gris.
On entame la descente au ralenti, la chaussée est glissante. On ne peut s’empêcher de penser à nos amis cyclistes qui devront passer par ces cols.
IMG_4489 IMG_4492 IMG_4498 IMG_4503IMG_4505De l’autre côté, le paysage aussi est très différent.
La vallée est encaissée, la roche est rouge et bientôt, des forêts denses de conifères parsèment les flancs des montagnes. Cette route étant l’unique voie de communication entre Bishkek et la moitié sud-ouest du pays ; une ligne à très haute tension suit aussi la rivière mais n’enlève rien à la splendeur des paysages, et l’immensité des montagnes autour de nous.

La rivière vient finalement se jeter dans l’immense réservoir de Toktogul, à l’eau si bleue.
Le paysage a encore changé, le lac est bordé de plaines fertiles au pied de nombreuses collines sèches entre lesquelles nous serpentons. Le lac est si grand qu’en faire le tour nous prend près d’une heure.
IMG_4511 IMG_4517 IMG_4569 IMG_4563
C’est comme si nous étions ici encore en été, en automne dans les montagnes, et déjà l’hiver en haut du col.

Il est 16h lorsque nous sommes déposés à Karakol.
Il y a des taxis collectifs qui vont jusqu’à Jalal-Abab, mais bien sûr on est les premiers, et c’est une voiture de 7 personnes. Il nous parait impossible qu’elle se remplisse aujourd’hui.
Comme on n’a pas du tout envie de dormir ici, on reste sur notre lancée, on va refaire du stop.

Et au plus grand bonheur de Brice (et que peut-être même c’est le plus beau jour de sa vie après la journée sur le bateau qui transporte les wagons de trains…), un camion s’arrête.
Et pas un petit camion. Un énorme camion de 35 tonnes, avec une grosse remorque. La chaaaaance qu’on a !
DSCF4228

Alors, hop, on grimpe dans le camion, et c’est parti pour 4h de route en compagnie de Nazim et ses posters de filles à poil, sans poils. Nazim est super sympa, il sourit tout le temps, il est Ouïgour, et a deux femmes à Osh. (!)
Stitched PanoramaIMG_4587 DSCF4250On papote, on prend des photos, on est contents. Lui, il fait Bishkek-Osh trois fois par semaine, son camion rempli de kérosène. C’est 12h de route, sur une route type départementale bien pourrie qui monte qui descend et qui tourne…
Et l’intérêt d’un énorme camion, c’est que sur les routes de montagnes, il ne roule pas vite ! Pratique pour observer le paysage.
On longe la majestueuse rivière Naryn (appelé Syr-Darya dans les pays en aval). Nous ne sommes pas si loin de sa source, et elle semble déjà pourtant si large, si puissante. On a peine à croire qu’elle arrive asséchée en mer d’Aral.
DSCF4225 DSCF4240 DSCF4259 DSCF4249 DSCF4262Son eau est d’un bleu pur, et la route qui longe le canyon qu’elle creuse est superbe.
Plus d’une fois, au détour d’un virage, nous avons eu le souffle coupé par cette impressionnante beauté sauvage. Les montagnes, les fleuves, les vallées, les plaines… tout est dix fois plus grand qu’en Europe. C’est beaucoup pour cette variété et la force de ses paysages que le Kirghizstan est un réel coup de cœur pour nous, et que nous nous promettons d’y revenir en saison plus favorable.

Puis on arrive dans la vallée de Fergana, la route longe la frontière (au tracé absurde) avec l’Ouzbékistan, et la nuit tombe peu à peu.
DSCF4287Nazim nous dépose à Jalal-Abad, à un rond-point. Et il n’a pas voulu qu’on le paye.
On refait un petit coup de stop pour revenir dans le centre-ville. Un couple très sympa, musique à fond, et hop, 10min plus tard, on est déposé dans la rue.
On a plus qu’à se trouver un hôtel.
Le premier hôtel devant lequel on passera sera hyper pas cher. À 400 Som (moins de 6€) la chambre, on ne pouvait pas espérer mieux… finalement, on se dit que c’est peut être un hôtel « de passe »…

Le lendemain, on avait décidé d’aller visiter Arslanbob.
On se reprend un marshrutka pour Bazar-Korgon, puis un second pour Arslanbob, petit village dans les montagnes, connus pour ses forêts de noyers. Et donc, ses noix !
En arrivant dans la vallée de Fergana, la culture et les gens ont aussi changé, on est de retour en territoire ouzbek. L’Islam est beaucoup plus présent (étonnant de revoir des femmes voilées – parfois bien plus que dans certains pays déjà traversé – avec des yeux bridés et des traits asiatiques).
On arrive en milieu d’après-midi, on se trouve une homestay dans un joli cadre, un peu loin du centre, et sur les hauteurs. Encore une fois, notre hôte ne parle pas du tout anglais, mais est très gentille avec nous.
Remplis de flemme, on passe la fin de journée « à la maison », entre lessive « de la semaine » et thé.
DSCF4297 DSCF4299 DSCF4302 DSCF4292 DSCF4315 DSCF4311Demain, on va se balader !
Mais, finalement, le lendemain, c’est grosse grosse pluie, la tête dans les nuages toute la journée, et froid.
DSCF4324Alors, on reste à la maison avec un programme chargé : films, blog, lecture, Chine, infos visa indien, … et on va s’empiffrer de quetsches du jardin.

Le beau temps est revenu. On arrivera à se balader un peu, et même à redescendre « en ville » pour aller manger un samsa/chaï au bord de la rivière…

DSCF4325 DSCF4326 DSCF4335 DSCF4336 DSCF4340 DSCF4343

En bourlingue à la ferme

On profite du taxi qui conduira Katja à Kara Balta pour qu’il nous dépose en chemin. La voiture prévue à 8h30 n’arrivera pas avant 9h30…mais on s’y attendait un peu. On part quelques jours dans la famille de Talant, le mari de la sœur de Katja.

Et on le retrouve en route dans une vieille Lada. On change de voiture, et on part s’enfoncer dans une autre vallée, pour rejoindre la ferme familiale.

On remonte la rivière Kara Kol (encore), dans une large vallée relativement aride, et peu encaissée. Et après une petite heure de piste cabossée à s’enfoncer vers le lointain, nous arrivons au milieu d’une plaine. Autour, des montagnes avec nous et … rien du tout ; comme d’hab’ !
DSCF4199Là se trouve la ferme familiale composée de 3 ou 4 maisons, d’étables, de bergeries…
Il y a des vaches, des chevaux, des brebis, des chèvres, des moutons, des béliers, des dindons, des poules, des chiens… et c’est tout. Tout autour, de hautes herbes, et en contrebas la rivière dont on entend légèrement le murmure quand ce n’est pas celui du vent qui court dans la vallée.
DSCF4055 DSCF4060 DSCF4005 DSCF4018DSCF1946 DSCF2038Les rares voitures qui passent sur la route sont accueillies par les aboiements, mais se sont plus souvent les cavaliers ou les chevaux sauvages qui en font les frais…

Nous enlevons nos chaussures, déposons nos sacs et hop, hospitalité kirghize : thé, bon pain et confiture. On papote un peu, on nous ressert du thé… et puis rapidement, la vie de la ferme reprend son cours.
DSCF4026Chacun vaque à ses occupations, et nous, un peu perdus au milieu de ces montagnes, observons.
DSCF4087 DSCF4090 DSCF4163 Stitched PanoramaOn va passer 3 jours, avec cette famille, communauté dans laquelle tout le monde vit ensemble.
La maison, c’est celle de Bıbıira et Kanat, les « grands-parents ».
DSCF4034Et ils ont 6 enfants (5 filles et un garçon, Talant).
Talant vit ici, mais on ne le verra finalement pas.
Il a 25 ans – 2 enfants – nous ne verrons qu’Acylbek – 2,5 ans, avec lequel nous jouerons beaucoup à construire des trucs, dessiner sur des cailloux. On le suivra et observera beaucoup, jouant avec les vaches et les chevaux. Il n’a pas peur de nous parler ce petit bonhomme, avant de nous lancer de grands sourires.
DSCF1973Il y a Jasgül, une des filles. Enceinte de 8 mois, ronde comme un ballon.
DSCF4048Elle et sa mère ne s’arrêtent jamais. Il faut aller chercher des sceaux de tourbes pour le feu, pas de problème. Laver le sol, s’asseoir, se relever, marcher, porter, faire la vaisselle… et cela sans répit. Non non, elles n’ont pas mal au dos… !

Et puis il y a Nurlan, le beau-fils qui habite ici aussi avec son père, Birtugan (mais sans sa femme qui travaille à la ville !). DSCF4165 DSCF4094Et puis tous les jours, ils viennent manger, regarder la télé… Enfin, on a bien cru comprendre qu’ils possèdent la petite maison en face, mais ils habitent là finalement (et puis leur maison semble ne servir qu’à faire sécher la viande).
On croisera aussi le père de la femme de Talant, l’ami du père, le fils de la sœur, le neveu de l’oncle,… et à chaque visite, on invite à boire le thé, partager du pain, de la confiture, du kaymak,…DSCF4321

Au milieu de tout ce beau monde, on découvre la vie à la ferme.
DSCF1965DSCF1996 IMG_4387 DSCF4076 IMG_4380 IMG_4386Les quelques vaches du cheptel débarquent de nulle part sous les mugissements de leurs petits dans les écuries, et Bıbıira doit alors s’occuper de traire leur lait qu’on boira ensuite ou qui servira à la fabrication du beurre ou du kaymak (le lait, dans un coin du poêle, cuit pendant 12h pour en extraire le gras, que l’on mange ensuite avec du pain… mais ce n’est pas la crème).DSCF4072Tous les deux soirs, elle se lance dans la fabrication du pain, qui étuve dans la nuit et qu’elle cuit au four le lendemain après-midi.
IMG_4376 DSCF2003Tous les jours, il faut aller chercher l’eau à la rivière, quelques 200 litres d’eau qu’on transporte sur la carriole… qu’il faut atteler au cheval.
DSCF4066

Et puis il y a les plus de 400 moutons et chèvres.
Tous les jours, les hommes partent à cheval emmener tous ces animaux dans les pâturages (la dizaine de béliers et boucs – qui puent ! – de leur côté pour ne pas incommoder ces dames), sur les plateaux qui surplombent la vallée ; magnifique étendue déserte où, au loin, les montagnes noires du bassin de Suusamyr accrochent les nuages. La vie monotone de ces cow-boys solitaires.
DSCF4139 DSCF4189 DSCF4182 DSCF4171 DSCF4179 IMG_4461Un jour, il a fallu séparer quelques centaines de bêtes. Les jeunes hommes doivent alors leur courir après dans l’enclos et les choper par une patte pour les mettre à l’écart.
IMG_4428

Et les femmes, quand elles ne préparent pas le repas, font tout le temps chauffer du thé, du thé au lait, ou préparent du choro, boisson faite avec du blé écrasé et bouilli.
C’est la version artisanale de celle goûtée à Bishkek… que l’on aimera tout aussi peu… mais Brice – à qui l’on en a servi un bon grand bol – se sentira obligé de terminer. Beurk !
Et puis trois-quatre fois par jour, c’est thé/confiture/kaymak ; pour le petit-déjeuner, mais aussi quand un ami passe avec la moissonneuse batteuse, ou quand c’est celui qui vient dire bonjour, ou celui qui rapporte les chevaux… et à la fin amin.
DSCF1923On regoûte le kymyz (parce que c’est le lait de leurs juments…alors, ils sont fiers !), On savait déjà qu’on n’aimait pas, mais on n’a pas le droit de refuser. C’est stocké depuis une bonne paire de mois sous le plancher ; et ça pique fort… Et encore un grand bol pour Brice. Beurk !
DSCF4028

Et toute la journée, les DVD d’un soap opera indien doublé en russe à la va-vite (КАК НАЗВАТЬ ЭТА ЛЮБОВЬ?) passe à la télé. Au programme : amour impossible, tensions sexuelles jamais explicites, ralentis mièvres… On pense avoir compris mais pas tout à fait ! Néanmoins, la musique nous est bien rentrée dans la tête, et nous sommes bien rentrés dans la série aussi, malgré nous.
DSCF4042
Les femmes font leurs tâches ménagères, la télé en fond, on dîne devant « en-famille », et le soir, on y a droit parfois toute la nuit. Marrant de voir ces cowboys un peu rustres et bourrus s’attendrir ou rigoler devant ce feuilleton un peu con.
Jasgül ne se prend pas la tête sur ce qui doit être bon à manger pour une femme enceinte. De toute manière, le régime alimentaire à la ferme n’est pas bien varié : on a des patates, des oignons, du mouton (surtout du gras – heureusement que le mouton a un gros croupion !), alors on décline. Déclinaison aussi de tous les produits du lait : kaymak donc, mais aussi lait frais et beurre maison qui traîne sur la table toute la journée mais n’en perd pas pour autant sa saveur. De toute manière depuis que nous avons quitté Bishkek, aucun de nos hôtes n’a de frigo et ça ne semble pas poser de soucis.

Un jour, Nurlan revient un blaireau à la main. Il le dépèce (la fourrure sera vendue), et les « restes » (entrailles, membres, tête…) traînent dans le jardin. Normal…

Et puis on s’habitue à tout ça, on trouve cela normal et, en tout cas, pas si bête.

À notre arrivée, Acylbek – 2,5 ans – avait un petit couteau pointu à la main, qu’il baladait partout avec lui, quand il escaladait la table et sautait autour de nous. Étions-nous les seuls à avoir conscience de cet aberrant danger ?… Puis finalement, pourquoi pas…
Acylbek utilise un gros marteau pour casser des noix (marteau qu’il manie avec une dextérité étonnante pour son âge !). Normal…
Il joue avec une hache. Normal…
DSCF4030 DSCF1982 DSCF2005Il va chercher un outil pour jouer seul dans la cour à planter des bouts de bois et à construire une maison (assisté par Brice pour la mise en œuvre)…
Il sait à quoi servent ces outils, et il sait s’en servir.
Avec notre arrivée débarquent aussi plein de trucs « nouveaux » n’appartenant pas à son quotidien : des crayons, stylos, carnets, ordinateur et puis nos affaires… il est curieux – de par son éducation – mais il suffit de lui dire « non » une fois pour qu’il s’en détourne.
Acylbek a les pieds, le bas du collant, les doigts… qui traînent dans la terre, le crottin, la bouse, la fiente… ce mélange si typique des fermes et que nous n’hésitons plus à fouler puisque c’est comme ça (même si souvent on aurait bien voulu des bottes en caoutchouc !).
DSCF4099Il a le visage et les mains sales toute la journée, met ses doigts dans la bouche, son chocolat est à moitié léché par le chien, il a le nez qui coule en permanence… mais pendant qu’il fabrique de bons anticorps, il joue à chasser des vaches faisant 20 fois son poids, il court dans l’enclos des moutons, et donne des coups de marteau aux chiens… Il n’aura peur de rien, vit sa petite vie dans son coin dehors sans que personne ne le surveille, sans que personne ne s’inquiète quand il crie et à 6 ans il saura monter à cheval. Quelle liberté il a. Quelle autonomie. Quelle simplicité.IMG_4397Et nous, on observe. Étonnés. Ça nous questionne sur l’éducation des enfants chez nous.
Et on réfléchit : est-ce qu’on s’en rappellera ? est-ce qu’on osera ?

On s’habitue à l’absence de douche, et ce depuis 5 jours*. De toute façon, personne n’est lavé quotidiennement ici…
On s’habitue au trou au fond du « jardin » en guise de toilette, et même au milieu de la nuit, avec la lampe de poche qu’il ne faut pas faire tomber…
On s’habitue à dormir par terre, sur diverses épaisseurs de matelas et sous une lourde couette, pas loin du poêle, et à vivre en colocation avec moult mouches.
On s’habitue au baisse de tension électrique à chaque ampoule qu’on allume et même à l’absence d’électricité (un soir, à 19h30, coupure… donc à 20h, tout le monde est au lit !). Normal…
DSCF4024

C’est un bon retour aux essentiels, aux choses simples et primaires.
On comprend le « bon sens paysan ».
On est loin.
Stitched PanoramaDurant ces quelques jours, nous nous sommes sentis bien, légers et en harmonie avec notre environnement… même si, on l’avoue, nous avons été contents de retrouver un peu de confort moderne par la suite.
Ça nous questionne beaucoup sur notre façon de vivre, de consommer, sur la notion de plaisir, d’indispensable, de superflu et de besoin.
Ce passage par les montagnes kirghizes est une jolie expérience de vie.
On en a appris des choses, et nous en sommes ressortis la tête pleine de réflexions sur nos modes de vie, l’éducation des enfants et ce que « notre société » aurait perdu…
Et ça fait du bien.

DSCF4207 Stitched PanoramaDSCF2019

Simple.
Si simple.

 

  • Jour du bain. Dans une petite pièce cachée de la maison, Bıbıira met de l’eau à chauffer dans la chaudière. Bien sûr, auparavant, il faut aller chercher quelques centaines de litres d’eau en plus à la rivière…
    Une heure plus tard, l’eau bout. La pièce se transforme en sauna.
    On a des sceaux d’eau froide, et un tuyau sort de la chaudière pour récupérer l’eau bouillante, et un sceau vide pour faire de l’eau tiède. Et à nous les grandes eaux, la mousse, la brosse !
    Mais, alors qu’on profitera de cette bonne douche, personne d’autres n’ira se laver… On s’est dit que c’était pas « jour du bain » pour tout le monde…
    …mais nous serons contents d’être tout propre!
    DSCF1950

Loin

Pour rejoindre les endroits bien reculés tels que le village de Kyzyl Oï (et d’ailleurs, toute la partie Ouest du pays !) il n’y a pas de transports en commun, seulement des taxis partagés (un peu cher), ou pas partagés (très cher), ou du stop (payant mais bon marché).

Première étape : aller jusqu’à Kara-Balta. On choisit le marshrutka. Ça ne coute pas cher mais il faut attendre environ une heure qu’il soit plein.
Seconde étape : trouver un taxi partagé pour rejoindre Suusamyr. On attend pour trouver les 5 autres personnes qui partageront le voyage avec nous. Entre temps, des gens rentrent puis sortent, on passe chez une mamie qui transporte un sceau entier de framboises fraiches, puis on va chercher la femme et le bébé de l’un des passagers, on perd des gens en route mais on en trouve d’autres… On s’arrête parce qu’une des personnes du taxi voudrait acheter du pain, bref, après presque trois heures d’attente on est tous là, le taxi est plein, on peut y aller !! Ah non… faut passer faire le plein d’essence…

On passe par une superbe route, celle reliant les deux villes les plus importantes du pays (Bishkek et Osh). Elle passe à travers des vallées encadrées de montagnes vertigineuses. C’est une route importante, on y paie même un péage et on a le droit à des glissières de sécurité… mais cela ne nous empêche pas de rencontrer à plusieurs reprises des troupeaux de chevaux, de moutons, ou de vaches…
IMG_4173IMG_4195 IMG_4210À 3170 m, un tunnel (à la chaussée défoncée) de plusieurs kilomètres permet d’éviter un col encore plus haut. Et de l’autre côté, la vallée s’ouvre devant nous. Et hop, on redescend puis bifurque et la route devient une piste.
IMG_4240Le taxi nous propose pour quelques som de plus de nous déposer à Komjukol, puis pour aller jusqu’à Kyzyl Oï, ça sera du stop. Nous sommes donc déposés à 17h15 à Komjukol. Et là, au milieu de rien, on attend des voitures… mais bien sûr, il n’y en a pas.
IMG_4246 IMG_4249 DSCF1622 DSCF1631 IMG_4253Et une heure plus tard, voyant le ciel se charger et la nuit tomber, on décide que c’est ici qu’il nous faudra dormir (on a vu que 2 voitures…).

Alors que nous nous apprêtions à nous mettre en quête d’un refuge pour la nuit ; Guralbek vient à notre rencontre et nous propose de dormir chez lui. Et après 3min de discussion*, nous sommes accueillis par Jumakador et Saltanat respectivement son père et sa mère.
IMG_4259Les présentations faites avec le reste de la famille (le petit-fils Jaandos, la petite Abil et son père Ögörush), on papote, on nous offre du bon thé bien chaud, du bon pain frais, du beurre fait maison (avec le lait de la vache), de la confiture,… C’est parfait.
La soirée se passe très simplement, entre comparaison du prix d’un cheval en France et au Kirghizistan (euh… c’est-à-dire que nous, on habite en ville… alors on ne sait pas combien coûte un cheval…), et combien ça coûte la vie en France, etc…, photos de nos familles, de leurs familles, …
DSCF1647 DSCF1649 DSCF1645 DSCF1653Et puis à 21h, il fait déjà bien nuit, tout le monde va dormir. Un dernier pipi dans la cabane au fond du jardin… et au lit !
Réveil vers 8h le lendemain, petit déj’ avec thé, confiture, beurre frais et bon pain. Des amis de la famille sont en train de petit déjeuner (avec un verre de Vodka en plus…), et qui nous proposent de nous déposer à Kyzyl Oï, parce que c’est sur leur chemin.
DSCF1662 Stitched PanoramaPhotos, au revoir, embrassade, et nous voilà assis dans le camion pour une heure de piste longeant la rivière.
IMG_4268 IMG_4295On arrive à Kyzyl Oï, on demande à une personne dans la rue si elle connait Katja, notre prochain hôte. Oui oui, c’est 1km par là…

Ok, on y va et on la croise en chemin.
On est donc accueillis chez Katja, petit déj’ pain, confiture, miel et thé.
IMG_4308 DSCF1723 Stitched Panorama DSCF1672 DSCF1894 DSCF1712 DSCF1678 Stitched Panorama DSCF1743 DSCF1887Et puis ses neveux jouent dans la cours, alors nous aussi. On observe beaucoup. Chaque geste, et on est toujours impressionnées de ces enfants qui jouent avec rien (une poupée sans bras pour les unes, un vélo sans chaîne pour d’autres, un bâton, des outils… ou même rien du tout), et n’ont peur de rien… même pas d’une vache de 500kg…
Petits citadins que nous sommes !
DSCF1698 DSCF1709Repas du midi, et balade dans les petites montagnes de l’arrière-pays, pour digérer.
Des enfants se baladent à cheval, normal… (Celui qui est aux rênes n’a pas 5 ans…)
D’autres ramènent le troupeau de dindons à la ferme, normal…
Tandis qu’un autre conduit ses moutons…

DSCF1835 IMG_4363Et tout autour de nous, des montagnes, toutes plus hautes les unes que les autres. Impressionnantes, majestueuses, les sommets enneigés et les gros nuages sombres imposent le respect.
DSCF1761 Stitched Panorama Stitched Panorama IMG_4332 Stitched Panorama DSCF1855 Stitched Panorama DSCF1857 DSCF1866On rentre à la maison, repas simple auprès de Katja…
On se retrouve encore une fois au lit très tôt !
Sauf que cette fois-ci, on s’est moins sentis à l’aise dans cette famille : il y a eu très peu d’échanges avec les autres adultes de la famille, qui n’avaient certainement pas envie de faire d’efforts… Katja possède une homestay, et nous sommes loin d’être les premiers à être hébergés chez elle, ceci explique peut-être cela ?

Le lendemain, on attend avec Katja une voiture pour nous redescendre dans la vallée (la voiture prévue à 8h30 ne partira pas avant 9h30…mais on s’y attendait). On part quelques jours dans la famille de Talant, le mari de la sœur de Katja.
* ou de négociations. En effet, même lorsque nous sommes invités ou pris en autostop, la règle veut que nous participions financièrement. Ce n’est d’ailleurs jamais notre interlocuteur, mais nous qui devons proposer un prix qui sera ensuite approuvé ou pas.

Ex :
– Vous allez à Osh ? C’est combien ?
– Combien vous proposez ?
– mmmmmh… 300 som ?
– oh, mais l’essence coute cher et ça fait plus de 100km…
– ah, alors 450 som ?
– avec plaisir (et hop, on nous aide à charger les sacs)

Bis’shkek

On quitte Karakol, les jambes un peu fatiguées, pour la ville de Kochgor.
Point stratégique pour aller voir le lac Song Köl. Nombre de personnes rencontrées sur le trajet nous on dit que les nomades plient leur yourtes, que le froid s’installe et certains nous disent même que c’est assez barbant comme paysage… mais bon, ça reste un must see du Kirghizistan.
IMG_4117Un marshruka, et 6h plus tard (on devra resserrer un des disques de frein sur le chemin), on arrive à bon port, dans cette petite bourgade, où il n’y a pas grand-chose à faire, mis à part se renseigner sur comment rejoindre le lac (et voir une énième statue de Lénine).
Stitched Panorama IMG_4131 IMG_4154 IMG_4140On fait le tour des « agences », mais le prix pour ces excursions est plutôt élevé. On n’avait pas trop prévu de mettre tous ces sous là que ce soit à cheval, ou à pieds… et puis il ne reste plus que des yourtes touristiques ; c’est-à-dire, des yourtes-dortoirs… et on y voit peu d’intérêt, on voulait voir des bergers et des nomades.DSCF1507 Stitched Panorama DSCF1517 DSCF1521

Néanmoins, on a rien perdu à passer par Kochgor puisqu’on y retrouve par hasard Volker et Katia ; des copains allemands que nous avions rencontrés deux fois « par hasard » à Mashhad et à Samarkand, et on sera content de passer la soirée avec eux. Et puis, on pourra (Brice) tester le vrai kymiz (on rappelle que c’est du lait de jument fermenté…), celui servi dans un vieux tonneau avec plein de morceau dedans… ben c’est fort fort fort… Brice ne parviendra pas à finir son bol (rempli, il est vrai, à ras bord), qu’à cela ne tienne, le reste sera reversé dans le tonneau… Marion trouve toujours ça très mauvais !

IMG_4164

Le lendemain, départ pour Bishkek (à cause des montagnes, il est impossible de passer de l’Est à l’Ouest du pays sans passer par la capitale à l’extrême Nord). On commence à s’habituer : le voyage dure deux heures mais il faut attendre un peu plus d’une heure que le marshutka se remplisse (avec une chèvre qui voyagera avec une couche dans le coffre).
IMG_4165DSCF1551Ilonka (rencontrée à Bishkek lors de notre premier passage) nous a donné le contact d’une petite association qui met les voyageurs en contact avec les locaux et les nomades.
L’hiver arrivant, plus de yourtes dans les jailoo (les alpages en altitude), tant pis, nous savions que nous serions un peu en retard pour profiter pleinement de ce pays ; ça sera la prochaine fois.

Néanmoins, on nous donne le contact de Katja dans le tout petit village isolé de Kyzyl Oï dont la sœur est marié au berger d’une famille nomade (l’été) qui habite dans la montagne… enfin, c’est ce qu’on pense avoir compris.
DSCF1565 DSCF1568 DSCF1564Ok pour rencontrer des vrais Kirghiz des montagnes!
On se balade une dernière fois, on va faire deux trois courses (deux pulls « d’occasion » en soie et laine pour moins de 10€ pour avoir bien chaud). On part dès le lendemain.

Deux escargots à Karakol

Le Kirghizstan est réputé pour ses superbes paysages de lacs et de montagnes. Et Karakol est un bon point de départ pour de longues randonnées vers les sommets.
À 3600m, se trouve un des plus hauts lacs alpins du pays, le Lac Ala-köl ; et c’est justement celui qu’on a envie d’aller voir.

Coup de bol, dans ce pays, il y a de nombreuses associations qui travaillent avec les locaux pour fournir aux touristes des treks avec ou sans guide ou porteur, des balades à chevaux, des nuits dans les yourtes… Nous on a décidé d’aller marcher que tous les deux…sauf qu’on a rendu toutes nos affaires chaudes à Jérôme lors de son passage en Iran, et on n’a pas de matériel de camping…

Prologue : Préparatifs
À Bishkek, un voyageur de l’auberge nous a montré comment faire un réchaud à alcool avec une canette (ce qui s’avèrera une expérience… mitigée), donc, en bons aventuriers économes que nous sommes, nous ne louons ni brûleur ni réchaud. La canette/alcool fera l’affaire. (On a fait des tests probants avant !)

Donc, on passe chez EcoTrek, et on loue notre tente et des duvets (plus chauds que ceux que nous avons déjà). On questionne un peu le mec, genre… c’est sûr, tout le monde peut faire cette rando ? mais il y a de la neige là-haut ? c’est facile ?…
Parce que nous, on aime bien marcher, mais on n’est pas des ouf de randonneurs non plus ! Il nous dit que ça n’est pas difficile… Ok, on y va !

On a vidé nos sacs pour ne prendre que quelques fringues, des soupes chinoises/pommes/gâteaux/fruits secs. Pour 4 jours, ça devrait faire l’affaire. Un sac de couchage+tapis de sol chacun, une tente, couteau suisse, lampe de poche, téléphone gps, et c’est parti !

Ce soir-là, il a plu/neigé. Et au réveil, toutes les montagnes aux alentours sont blanches de neige, et il fait grand beau temps. Cela n’en est pas moins impressionnant.

J1 : Karakol – Vallée de Karakol
Il est 9h lorsqu’on part de la maison.
On monte dans un marshruka qui nous dépose à l’entrée du parc national.
DSCF1066On s’allège de 600 som (8,5 euros) pour nous et notre tente, et surmontés de notre sac-à-dos, on s’aventure le long du chemin, remontant la vallée tranquillement.
DSCF1071 DSCF1097On ne croise personne. Simplement quelques troupeaux de chevaux…
On longe la rivière, mais au bout de 2km, on se rend compte qu’on doit faire demi-tour… On a loupé le pont. Ça fout en l’air notre moyenne (!) mais bon.
La journée passe et la neige fond. Le soleil fait bien son travail. Ça nous rassure… On grimpe doucement, à travers la forêt, les grandes étendues vertes, et les montagnes, autour, toujours si hautes. On se sent tout petit, plein d’humilité face à ces toits enneigés. La rivière serpente, son flot s’intensifie, devient cascade et au-dessus, une immense plaine s’étend devant nous.
DSCF1104 IMG_3949DSCF1109On pique-nique, on boit l’eau de la rivière, on marche d’un bon pas, on s’habitue aussi à notre sac, et on est contents.
DSCF1120 DSCF1124 DSCF1135 DSCF1137 IMG_3961Stitched Panorama

À 15h, on arrive au niveau d’une deuxième large plaine au confluent de deux rivières à 2600 m d’altitude et surplombée par de hautes montagnes. Nous sommes seuls.
C’est là qu’il est bon de camper avant de grimper en direction du lac.
DSCF1179On galère à traverser la rivière (qui n’est pas bien profonde, ni très large… mais elle n’en demeure pas moins une rivière d’eau très froide et pas question de mouiller nos seules chaussures…), nous fabriquons un petit pont avec des cailloux (et en sommes fiers !) et hop, sur l’autre rive, on se trouve le spot pour planter la tente. Il commence à faire frais…
Stitched PanoramaOn s’installe, sort la canette/alcool, prépare un petit coin cailloux pour faire un feu (qui s’avèrera inutile, le bois étant trop humide à cause des lourdes précipitations de la veille), et on se fait un bon thé.

Il est 17h quand on fait chauffer nos nouilles, à 17h30 elles sont mangées, à 18h, le soleil est passé derrière la montagne et il fait très froid, à 18h15 nous sommes dans nos duvets !
Première nuit sous la tente très très fraîche… mais 12h de sommeil !
Réveil sous le givre.
DSCF1189 DSCF1190On n’est pas rassurés : nous sommes la veille de l’automne et on se demande si nous résisteront au froid de nos prochaines nuits à des altitudes bien plus élevées.

J2 : Vallée de Karakol – Lac Ala-köl
Heureusement, le soleil n’est pas loin, il va réchauffer tout ça.
On fait bouillir de l’eau : Aïe ! Notre brûleur consomme bien plus d’alcool que nous l’avions prévu. Nous décidons alors de faire impasse sur les soupes du matin, tant pis. Thé, biscuits, fruits secs. On range la tente, les sacs de couchages, tout ça, et c’est reparti. Il est 10h.

On franchit un petit pont de bois, avant de s’enfoncer dans une forêt bien dense. Ici, pas de sentiers balisés, pas d’indications, rien…
DSCF1193 Stitched PanoramaLe chemin, c’est simplement de l’herbe écrasée par les pas des précédents randonneurs, et parfois de petits cairns pour nous confirmer qu’on est sur la bonne route. Il faut donc avoir l’œil car on s’y perd vite (la veille, on a croisé un type qui avait perdu son comparse…à quelques heures du coucher du soleil… une belle histoire pour que Marion passe une nuit sans angoisse…). Et rapidement, cette forêt dense devient moins dense, mais la pente s’accentue.
DSCF1199 Stitched Panorama DSCF1223Seulement 5 km de marche pour aujourd’hui, mais 1000m de dénivelé. On est à plus de 3000m d’altitude, et cette ascension est franchement difficile.
DSCF1224 Mais on tient le coup, et surtout, tout en haut, là-haut, au-dessus, il y a le lac : ça nous motive. Et surtout, la pente est si intense et le terrain si mauvais que revenir en arrière s’avèrerait périlleux.
Alors, on grimpe, à travers la forêt, les plaines, les buissons, les cailloux, les rochers, en suivant la rivière, en se rapprochant de sa source.
Heureusement qu’elle est là cette rivière, pour remplir nos bouteilles de son eau fraîche !

La pente se fait de plus en plus raide, parfois plus de 45° sur la fin, les derniers mètres semblent insurmontables, le terrain est glissant, on n’a pas de bâton, on « en chie grave », mais on ne peut plus reculer. IMG_3983Il est 15h quand nous atteignons le sommet.
Devant nous, coincés entre les montagnes enneigées, à 3600m d’altitude, se trouve le lac bleu d’Ala-köl.
DSCF1228C’est tellement paisible, tellement beau, tellement puissant, tellement épuisant…
IMG_3984DSCF1226 IMG_3988

Ne pouvant techniquement et musculairement pas redescendre, nous « décidons » de dormir ici ce soir. La météo annonçait des beaux jours, et, contrairement aux jours précédents, pas de tempête de neige. De plus, derrière nous arrivent deux allemands Stefan et Matthias. Il décide aussi de camper ici, ce qui nous rassure, on se dit que nous ne sommes pas si fous… ou alors pas les seuls ?
Nous descendons installer notre tente au bord du lac pour s’abriter du vent.
IMG_3992Et petit coins de cailloux, canette/alcool, thé, nouilles, et la nuit tombe rapidement.
Il fait moins froid que la veille, mais moins froid, ce ne sont que quelques degrés au-dessus de zéro… !
DSCF1232 DSCF1239 DSCF1242Dans la soirée, on rencontre une petite averse neigeuse, ce qui ne rassure pas du tout Marion. Parce qu’il reste un col à passer le lendemain, et il est impossible de trouver le chemin y menant sous la neige. Redescendre serait tout aussi dangereux. Et contrairement aux autres randonneurs, nous n’avons pas de bâtons.

Finalement, il ne neigera pas beaucoup, et nos pipis nocturnes nous permettrons de contempler (furtivement, le mercure figeant à ces températures !) un ciel plein d’étoiles, des montagnes immenses se reflétant dans un lac comme un miroir…
Et ce silence… tellement silencieux.

J3 : Lac Ala-köl – Altyn Arashan
Réveil matinal et frais. Un thé, biscuits, fruits secs.
DSCF1249On plie la tente, et c’est reparti pour 2h de marche pour atteindre le col. Et bien sûr, ça grimpe encore.
Le ciel est bleu, grand soleil. Ça augure une belle journée ! Et on s’émerveille du paysage qui nous entoure. On est tellement loin de tout, et si haut… Et ce lac tout bleu, et ces montagnes noires poudrées de neige blanche, le glacier, les sommets, …
IMG_4009 IMG_4011 Stitched Panorama Stitched Panorama DSCF1285Qu’est-ce-que c’est haut ! Le souffle est beaucoup plus court, on galère à grimper.À chaque foulée, on respire profondément, et on avance par petits pas : +375m d’altitude en quelques 2 kilomètres de marche. C’est éprouvant.

DSCF1286 IMG_4019 DSCF1291Et moins de 2h plus tard, on y est !
Le col, le sommet de la montagne ! 3957m d’altitude ! On y est !
DSCF1293 DSCF1302Une fois notre souffle retrouvé, nous montons au sommet le plus proche à 3970m pour la photo. D’un côté, le lac et son glacier. De l’autre une vallée aride.

DSCF1300 IMG_4024 Stitched Panorama IMG_4038Le puissant vent glacial nous sèche bien vite de la sueur de la montée. Comment le paysage peut-il changer si radicalement ?
C’est beau, c’est immense, c’est blanc, c’est orange, c’est sec,… Et nous, au milieu, si haut, et pourtant si petit, on si fragile. Et un coup d’œil à la descente de l’autre côté nous le rappelle vite.
DSCF1308Non seulement la pente est très abrupte (près de 75%), mais orientée plein nord, elle est recouverte d’une bonne vingtaine de centimètre de neige. Heureusement, ce n’est que sur une cinquantaine de mètres.

Matthias et Stefan, partis en avant nous, nous attendent au sommet.
lls seront les premiers à descendre pour nous ouvrir la voie… Ils ont des bâtons…et y vont déjà à tâtons. On ne fait pas les malins !
Mais il nous faut bien redescendre, donc on s’élance. Nos chaussures de rando’ d’été profondément enfoncées dans la neige pour ne pas glisser, on descend par petits pas, en escaliers, tranquillement.
DSCF1309En 20min., la face abrupte est passée. Nous sommes enfin de l’autre côté. Fini le lac, les montagnes enneigées. Voici les alpages arides, et la vallée asséchée !
On papote quelques minutes avec nos amis, on leur remercie de nous avoir sauvé la vie (!).
DSCF1311 Stitched Panorama DSCF1319On en profite aussi pour louer l’adhérence sans reproche de nos chaussures, ce jour-là plus que tout autre, nous serons très fiers de notre choix.

Le paysage est complètement différent ! De grandes étendues de mousses, des montagnes plus rocailleuses, et la végétation, qui réapparait au fur et à mesure de notre descente.
Mais surtout, on va descendre continuellement pendant 4h… Et certes le paysage est vraiment changeant, plus d’essoufflement, mais nos genoux et cuisses vont bien souffrir.
DSCF1334 IMG_4045 DSCF1337 DSCF1338 IMG_4055 Stitched PanoramaNous suivons la rivière (encore !), on passe des petits ponts de « troncs d’arbres », on enjambe des cailloux, nous traversons des forêts, retrouvons de grande plaine.
DSCF1352 DSCF1355 Stitched Panorama DSCF1370 DSCF1377 DSCF1378Nous arrivons dans un petit hameau, coincé dans la vallée et connu pour ces sources naturelles d’eau chaude. Mais ne nous y trompons pas : malgré la présence de trois-quatre habitations, deux vieux 4×4 soviétiques, nous nous trouvons encore au bout du monde.
Stitched Panorama DSCF1389Nous installons rapidement la tente, buvons une tasse de thé offerte par le propriétaire d’une des pensions, et hop, on se retrouve dans un bain chaud… Après 3 jours de marche, de froid, de chaud, de montée, de descente, c’est juste PAR-FAIT !
Stitched PanoramaOn décide de dîner à la pension. Petite soirée au chaud, avant de rejoindre nos pénates vers 21h (wouah, il est tard !) et de se faufiler dans nos sacs de couchage, bien zippés jusqu’en haut.
Marion n’aura pas le temps d’entendre la courte averse qui tombe sur la tente, tant son sommeil sera rapide après une journée si riche en émotions, paysages, satisfaction, fatigue, joie, fierté…

J4 : Altyn Arashan – Ak Suu
Réveil un peu matinal, il pleuvine, mais pas grand-chose. C’est notre dernier jour, il nous reste 16km à parcourir. Et ce matin, chaque pente nous rappelle qu’on a mal aux jambes.

On redescend la vallée encaissée de l’Ak Suu tantôt par des sentiers à peine visibles à travers la forêt, tantôt en suivant la « route » précaire qu’utilisent les quelques habitants du hameau en amont. La route est parfois si accidentée que nous manquons de nous tordre les chevilles et préférons marcher dans les talus.
DSCF1415 DSCF1461 DSCF1417

Stitched Panorama

IMG_4081DSCF1443Mais la rivière descend vite, et la route la longeant aussi, et nos cuisses le sentent bien…
Stitched Panorama DSCF1454 Plus que quelques kilomètres dans ces paysages magnifiques et nous arrivons au bourg d’Ak Suu… pas besoin d’attendre bien longtemps que le marshrutka blindé de monde arrive et nous raccompagne à Karakol.
IMG_4090À peine nos sacs déposés à l’auberge que nos jambes font ressentir leur peine, comme si nos corps relâchaient enfin la tension de 4 jours d’efforts intenses, 53 kilomètres de balade et leur 2700 mètres de montées et de descentes.
On est quand même hyper fiers ! Mais on est claqués!
Tracé CourbeJ5 : Karakol
On n’arrive plus à descendre les escaliers…

Les deux pieds dans la tourbe

Nos gros sacs sur le dos, on arrive à Karakol dans l’est du pays, au pied des montagnes du Tian Shan.

On passe deux jours à se promener dans les rues de Karakol. La ville a beau être une des plus grosses du pays, elle ressemble à nos yeux à un gros village et il n’y a pas grand-chose à voir… mais on s’acclimate tranquillement à la vie kirghize.
Les rues poussiéreuses sont bordées de vieilles maisons en bois (héritage colonial russe), et on découvre un bazar construit avec des containers, des boutiques en containers, et des containers. Étrange…

DSCF0913 DSCF0934 DSCF1046 IMG_3923 IMG_3918 IMG_3915 DSCF1049 IMG_3905 IMG_3908 IMG_3910 Stitched Panorama

Jour de beau temps, nous partons nous balader à Jeti-Oguz (une des vallées au sud de Karakol) pour se remettre en jambe. On remonte la vallée, en suivant la rivière qui coule, coule, coule… Et au milieu, des pâturages, des grosses montagnes, des arbres, des champs tous verts…
On croise des troupeaux de chevaux et de chèvres, tous accompagnés par des hommes à cheval. Et autour de nous, tout est si calme.
On aperçoit quelques yourtes en chemin… Pff, ils habitent ici…y’à rien ici…

DSCF0947 DSCF0950 DSCF0941 DSCF0959 DSCF0960 DSCF0968 IMG_3870 DSCF0983 Stitched Panorama
Brice, intrigué par un camion/camping-car suisse s’enfonce dans de la tourbe… On a failli perdre une paire de chaussures et un appareil photo.
Heureusement, la rivière est à côté, il fait beau, nettoyage de chaussettes et pantalon, et petit croquis – sieste au soleil…

IMG_3890 DSCF1011

Le ciel se charge doucement.
Comme on était venu en taxi, il n’y a pas de voiture qui nous attend. On commence à rentrer à pied… on s’est déjà fait pas mal de km et on fatigue.
On croise une voiture, qui nous dépose au carrefour 15 km plus loin, et on arrête une camionnette (remplie de tourbe séchée !) pour finir la route jusqu’à Karakol.
Finalement, notre balade remise en jambe aura fait 25km…
C’est bon, on est prêt pour le lac Ala-köl… !

Les prévisions météo sont pas bonnes pour le lendemain avec des tempêtes de prévues dans la vallée… ce qui veut dire de la neige en altitude (et lors de notre troisième nuit, on se retrouvera sous un orage de pluie/neige… sans électricité ni au resto, ni à la maison)… on s’autorisera donc un jour off avant notre expédition en altitude.

 

Note 1 : Depuis l’Ouzbékistan, le papier toilette s’est changé en rouleau de « papier-crépon »…

Note 2 : La nourriture change, se diversifie. La Chine n’est pas loin, et ça se ressent dans les goûts.
Brice est content !

IMG_4092 Stitched Panorama

Note 3 : Il semblerait qu’il n’y ait que des voitures d’importations dans ce pays. Cependant, il n’y a pas de législation sur le type de « conduite », ce qui fait que nombre de voitures importées du Japon sont avec le volant à droite… pas facile quand il faut doubler !

Bishkek haché

Après avoir quitté l’hôtel de Shymkent aux aurores (en omettant de payer…), avoir pris deux minibus (dont un qui a mis plus d’une heure à se remplir), traverser la frontière la moins bien gérée du monde (la Kazakh), et la frontière la plus courte du monde (la Kirghiz, sous aucun contrôle douanier), nous voilà à Bishkek, capitale du Kirghizistan.
IMG_3659 IMG_3672 IMG_3692Bon, on arrive sous la pluie, et on est un peu déstabilisés.
Notre dernière pluie remonte au 8 mai… on avait presque oublié l’effet « mouillé ».
Et surtout ça nous met un peu le moral dans les chaussettes, on est passés de « ouh la la, j’ai trop chaud, je suis en sueur » à « j’ai froid, c’est gris et mouillé et je dois mettre un pull… Un quoi ? Un pull ». Joyeux automne à tous !

Et en arrivant à notre auberge, on se retrouve avec plein de randonneurs de première classe, ceux qui n’ont pas honte de vivre en polaire toute la journée et de manger dans leur tambouille de camping. Et certains nous disent qu’ils se sont fait prendre dans une tempête de neige en passant dans un col lors d’une de leurs rando’. Bienvenue au Kirghizistan !
Nous, on a froid, et on vient juste d’arriver. On n’est pas trop rassurés… On est loin d’être équipés « neige » et on se sent plutôt mal préparés…

Heureusement, on rencontre Ilonka et Didier qui nous aide bien à nous remonter le moral.
Ilonka est hollandaise mais vit en France depuis 20 ans, et surtout , elle est pote avec le type qui tenait le troquet au coin de notre rue, à Paris !
Et Didier, il a 40 ans, instit’ dans les Pyrénées, il s’est pris une année pour vadrouiller. La montagne il connaît, et il va nous donner plein de conseils et nous rassurer. On a bien papoté, et on s’est sentis bien avec lui.

On passe une journée à se balader un peu dans Bishkek. Il fait beau aujourd’hui !
Comme capitale, elle fait toute petite ville !
Il n’y a pas grand-chose à voir, un ou deux grands bâtiments étatiques un peu moches, quelques statues de Lénine à droite à gauche, des grosses avenues bordés de barres soviétiques, des bui-bui, des grandes allées plantées d’arbres, et entourées de parcs, …
DSCF0865 IMG_3720 DSCF0877 IMG_3716 DSCF0896 DSCF0884 DSCF0853 IMG_3730On passe chercher un peu des infos « rando’ » auprès d’agences, on s’achète une carte SIM locale pour appeler… les locaux, et puis voilà !
Ah oui, et puis on retrouve aussi notre ami le muezzin de 3h du matin de la mosquée d’à côté, qui, depuis la Turquie, ne nous avait pas manqué !

On en profite aussi pour retirer des sous. Il y a apparemment très peu de distributeurs dans le pays. On prend nos précautions. Ici, c’est le som. Brice sera content de se dire que c’est facile de convertir, puisque 10 som = 1 franc… Marion ne sait plus combien ça fait 1 franc…

On a un mois maximum pour explorer ce pays avant l’expiration de notre visa chinois.
On part à l’Est, direction Karakol et les montagnes du Tian Shan.

 

Note 1 : Comme on est gourmands (surtout Brice) et curieux, on a testé du bozo шоро, une boisson qui se décline en plusieurs goût. Tout le monde en boit ici, et on en trouve dans tous les coins de rue de Bishkek.
IMG_3721 IMG_3728C’est un peu comme un lait fermenté effervescent… en plus mauvais (avis de Marion). L’autre goût, le marron ,a quant à lui ,un goût de malt ou de blé torréfié… pas bon du tout (avis de nous deux).

Kaz’ départ

Notre passage à Tashkent est un peu éclair. Après les visites des superbes villes d’Ouzbékistan, Tashkent est en bout de route. La suite, c’est le Kazakhstan.
On arrive donc à Tashkent par le train, on commence à être rôdés ! Et puis, on s’enfonce dans le métro.
Les photos y sont interdites, et c’est bien dommage, parce que ce métro est tellement « soviétique », un vrai « Palais du Peuple ».
De beaux quais en faïences et marbre, des lustres tous plus gros et travaillés les uns des autres, un vieux métro des années 70 bien solide qui fait du bruit, des panneaux d’affichages avec des veilles typo’ (en cyrillique), et des contrôleurs dans des mini kiosques qui ne servent pas à grand-chose… tout ça éclairé par des néons ou des ampoules à incandescence. Un décor à mi chemin entre celui de Brazil et Blade Runner.

Bref, on prend donc le métro, direction la boutique de notre hôte, Oskar notre hôte CouchSurfing chez qui on passera 2 nuits.
IMG_3630Pas mal, pas top… Oskar ne pourrait pas être notre pote : né en Ouzbékistan d’une famille à moitié russe, il ne parle quasiment pas l’ouzbèk, et ne traine qu’avec des Russes (pour sa défense, si l’ouzbèk est désormais la langue officielle, le russe est très largement représenté… et la communauté encore très présente). On se dit que c’est juste parce qu’il est slave que le courant ne passe pas forcément très bien.
Mais on découvre une vraie ville, avec des vrais gens, et finalement, ça fait du bien de ne pas être que touristes !

Mais la ville n’est pas transcendante : elle est assez grande, mais sans grand intérêt architecturalement parlant. Juste de très grandes avenues, des gros immeubles, et quelques grands bâtiments gouvernementaux…
IMG_3632 IMG_3634 DSCF0741 DSCF0740Mais, on passe une journée tranquille, on retrouve notre copain Taka (woué !) (qui, devant les difficultés d’obtention du visa pour l’Inde, décidera de prendre un avion pour lui et sa moto destination Bangkok), on visite le Musée du train (re-woué !), on se balade dans les grandes rues, un peu de bazar, et puis voilà !
DSCF0759 DSCF0768 Stitched Panorama

On prend finalement un marshruska, puis un bus pour la frontière. Tashkent n’est qu’à 10km du Kazakhstan, et des centaines de gens traversent tous les jours la frontière. Donc ça fait du monde, des bagages, des colis, et des colis !
Les gens doublent, se bousculent, s’agitent !
Et nous, au milieu, on est patient…
Finalement, on ne passe qu’une heure pour traverser les deux postes frontière ! trop facile !

De l’autre côté, c’est le Kazakhstan ! Il y a une heure en plus, et on rechange de monnaie ! Le Tenge.
On monte dans un « taxi partagé », une vieille Audi noire aux vitres teintées, et c’est parti pour Shymkent, à 180km de la frontière. La route est défoncée, et comme d’habitude, on roule à vive allure… trop vite !
Le chauffeur nous dépose là où on ne voulait pas…pfff
On essaye de demander l’autre gare, comment on fait, où on est, comment on y va…
Mais c’est une vraie galère. On découvre qu’ici, les gens ne parlent pas du tout anglais, et nous, pas russe…
Heureusement qu’on connait des mots en turcs, ça aide un peu !… mais on se retrouve tout de même parfois en face de locaux nous regardant bêtement sans prononcer un mot, et sans aucun signe d’empathie. C’est dommage, ces gens ne sont vraiment pas nombreux et pèsent beaucoup sur notre moral et l’image que l’on peut avoir du pays – beaucoup de personnes nous aident, ou nous parlent et on se comprend tout de même et avec un sourire et un croquis, tout va toujours mieux –.
De plus, le kazakh s’écrit aussi en cyrillique, (contrairement aux autres langues turcophones d’Asie Centrale qui se réutilise le latin) et on se retrouve donc partiellement analphabète…
« Attends, il va où ce bus ? Av-to-vok-zal : euh…à la gare, c’est bon !… ah… trop tard il est parti… »

Mais on trouve finalement un bus pour nous emmener à l’autre gare, on cherche un van (appelés gazelle mais qui sont en fait des gros monospaces) pour Turkestan.
Les gazelle ont 12 places à l’intérieur, ne partent qu’une fois pleine à craquer, mais malheureusement un tout petit mini-coffre… donc pas de place pour nos bagages…
On part alors chercher un bus, moins cher mais plus long que la gazelle. Mais au moins, on peut mettre nos sacs dans la soute !
Le bus date des années 70… un vieux bus de ramassage scolaire français, jamais lavé ! On ne voit pas à travers les vitres qui ont fondu depuis le temps, il y fait 40°C, les sièges sont à moitié cassés… On se dit qu’on est contents d’avoir fait un voyage « progressif » parce qu’on commence à s’habituer à l’absence de confort !

Trois heures plus tard, on est déposé à Turkestan, micro ville lieu de pèlerinage, connue pour son joli mausolée et… son dôme bleu !
(Encore un dernier pour la route !)
Stitched Panorama DSCF0804 DSCF0791 IMG_3650 DSCF0812 Stitched PanoramaMais encore une fois, on est émerveillés (ouf !), l’énorme iwan fortifié avec des corbeaux tournants autour donne une atmosphère Tolkienesque au monument, et les dômes ne sont pas si moches !
Mais Turkestan reste une petite bourgade d’Asie Centrale et on y mange comme partout des shysleks (les brochettes du coin, comme les kebab turcs) ; et pour agrémenter notre soirée, on rencontrera trois francophones (Tim, JF et Anna) anciennement expat’ au Cambodge qui ont décidé de rentrer en Europe dans un Sprinter Mercedes des années 90. Et comme ils voyagent dans l’autre sens… on partagera plein plein d’infos autour d’une ou deux pintes !

Retour le lendemain à Shymkent. Pas en bus – expérience trop dur la veille !, pas en gazelle (en une heure d’attente, personne n’est venu s’ajouter à notre équipage de 12 !), mais en minibus !

Shymkent n’est pas très fun non plus, mais on tuera bien le temps en se baladant dans les rues, les parcs,…
DSCF0822 DSCF0823 DSCF0829 DSCF0832 DSCF0834IMG_20140913_180905On se fera aussi une expédition vers une ville recommandée dans le Lonely, et encore une fois on est bien déçus ; rien du tout d’intéressant, heureusement on y trouvera un boui-boui sympa pour de boire un shay en dégustant un camca (un bon feuilleté à la viande et aux oignons).
DSCF0840DSCF0843Et puis c’est cool aussi de prendre ces mini-bus archi remplis de gens, qui montent sans cesse. On est tout serré, les gens parfois sourient avec leurs dents dorées… Et on se dit, qu’on est content d’être là.

Départ demain pour Biskek, au Kirghizistan.
Notre passage au Kazakhstan est très court, et on regrette un peu de ne pas pouvoir prendre plus de temps pour découvrir ce pays. Mais l’hiver approche à grand pas, les hauts sommets kirghizs sont enneigés, et notre visa chinois arrive bientôt à échéance… Alors, on file !

Des dômes bleus

Le train nous dépose à Navoi. Il est 7h30 du matin. On part chercher un taxi pour nous emmener à Bukhara, à 2h de route d’ici.
Deux russes, Mickaël et Ina, font la route avec nous. Ils achètent un melon, qu’on partage au bord de la route, avec notre chauffeur. Petit déj’ local.

On arrive à Bukhara, on se trouve un hôtel (pas trop mal… mais il s’avèrera qu’on nous y volera 50$ et le sweat de Marion…).

On découvre cette ville, chargée de dômes azurs, des mosaïques et fresques.
Le centre-ville est hyper touristique, mais genre hyper beaucoup trop.
DSCF0319 DSCF0357 DSCF0390Tout le monde nous répète les mêmes phrases apprissent pas cœur, très souvent en français, il y a des boutiques partout de souvenirs et artisanats. Et certes, c’est joli, mais on se sent « vache à lait ».
Sensation pas très agréable, bien sûr. On est surtout déçus, on se croyait à l’autre bout du monde avec Nukus, Khiva et notre voyage en train… et on se retrouve à « Disneyland ».

On se balade donc à travers cette superbe ville. On découvre même le quartier juif, et sa synagogue.
IMG_3542 DSCF0435 Stitched Panorama DSCF0471On sent qu’elle est riche d’histoire, et que c’était une riche cité. Chaque mosquée est plus belle et décorée que la précédente, les madressa aussi. On s’émerveille devant ces poteaux de bois sculptés, tellement fins à la basse…
Et ces minarets de briques, aux motifs de briques, couleur brique,…
Il faut dire que les lumières de fin de journée leur siéent bien.
Stitched Panorama DSCF0465 IMG_3550 DSCF0332

Le soir, petite bière en terrasse (woué ! après plus de 2 mois de sevrage), et repas-cantine, trop cher.
On passe finalement 2 jours à se balader, tranquillement. On se rend compte qu’on est au mois de septembre, il ne fait plus que 27°, nous ne sommes plus en sueur la journée, et le matin il commence à faire frais.

Départ le matin tôt, pour prendre notre train pour Samarkand. 3h, trop rapide, on a le temps de rien faire !

On arrive à la gare, on prend un marshruka, on marche un peu pour se trouver un hôtel.
On avait « rendez-vous » avec les copains dano-hollandais rencontrés à Mashhad. Nos plannings coïncident pour se retrouver à Samarkand.
Chose fait, on finit dans la même guest-house, avec plein de voyageurs, et beaucoup de cyclistes ! Des français en 3 roues, d’autres français en 2 roues, des allemands, … et nous avec nos sakados.
On se balade l’après-midi au bazar, tous les 10. Genre l’Europe en voyage.
DSCF0625 DSCF0623Samarkand est belle aussi, encore des dômes bleus et des briques, mais nous sommes désormais dans une vraie ville, avec des Uzbeks autour de nous. L’aspect parc d’attraction s’en trouve donc très dilué ; et on prendra plus de plaisir à aller se balader.

Visiter la superbe mosquée offerte à Tamerlant par sa femme

DSCF0615 DSCF0579 DSCF0593 DSCF0506 De jolis mausolés plein de couleurs.
IMG_3589 DSCF0524 DSCF0527 DSCF0529 DSCF0627 Et puis le Registan, la star de Samarkand.DSCF0496 DSCF0631 DSCF0675 DSCF0665 DSCF0642 DSCF0661 DSCF0693 DSCF0707Les prix sont comme un peu partout depuis notre arrivée, exorbitants pour les étrangers et il faut tout négocier, que ce soit le prix du billet au Registan (magnifique !) ou celui du thé en terrasse (où on voudra nous faire payer le double… pour le sucre !). Ça en devient donc un peu pesant.
Les soirs à l’auberge, on papote, on sociabilise un peu, on apprend un peu comment les autres voyagent et fonctionnent, on prend des idées.
Dernière soirée « potes-de-voyage »  (nos potes dano-hollandais et nos copains français en vélos couchés) pour l’anniversaire de Brice et un gâteau ! Avec du chocolat ! Quel luxe !
IMG_3601 IMG_3603 DSCF0731

À Mashhad, en Iran, on avait eu l’impression que nous étions dans un goulot que tous les voyageurs s’apprêtaient à emprunter pour aller en Asie Centrale. Samarkand marque un peu la fin de ce corridor et les itinéraires se séparent, chacun prenant une route plus ou moins différente, avec le Kazakhstan, Tadjikistan et Kirghizistan autour.

On se sépare des copains avec un peu de difficultés après ces quelques jours en communauté…! Chacun sa route…
Et l’omniprésente question est « Et toi, où comptes-tu passer l’hiver ? »
Winter is coming, et les montagnes de l’Est vont nous le faire sentir.

La vie du rail

Après Nukus, prochaine destination : Bukhara (via Navoi).
On voyage en train, deux classes nous sont proposées. On choisit le platskartny la moins chère (et non pas le kupeyni).

On arrive à la gare avec un poil d’avance (marge limite…), et notre train est là… Il est looooong et on voit qu’il provient de ВОЛГОГРАД… ouahhh de Volgograd en Russie !!
DSCF0114 DSCF0170 On apprendra plus tard qu’il est parti deux jours plus tôt, et que certains passagers mettent en tout 3 jours pour rejoindre Tachkent.

On entre dans le train… ouch, c’est pas comme ça qu’on l’imaginait !
IMG_3459
En fait, il n’y a pas de compartiments mais des lits de part et d’autre du couloir sur deux niveaux. Les portes bagages débordent de gros sacs en toiles, il y a des gens partout, qui dorment, lisent, boivent du thé et discutent. Tout le monde est installé, et depuis longtemps. Il y a des petites serviettes de bain qui sèchent (normal, faut bien se laver quand on voyage 3 jours..).
Dans le couloir passent sans arrêt des vendeurs de nourritures (saucisses, tomates…), de bijoux, de boissons, de pantalons, de montres ou de t-shirts… C’est une vraie société qui s’est créée.
DSCF0159À l’extrémité du wagon, le samovar fume et permet de toujours avoir de l’eau chaude notamment pour le cay (le thé). Les contrôleurs ont un wagon attitré et connaissent tous leurs passagers.
Le nôtre a de jolies dents en or, un gros ventre qui passe tout juste dans le couloir, et il est trop grand pour tenir allongé dans sa cabine !
DSCF0202On trouve nos places et comme nos couchettes sont en hauteur, on nous invite rapidement à s’asseoir sur les couchettes inférieures.
IMG_3419 Nous sommes bien entendu la nouvelle attraction du wagon. « Français… ! Ah, Zinedine Zidane ! » Je ne sais pas combien de fois on nous a parlé de Zinédine Zidane ! Heureusement, avec la coupe du monde qu’on avait un peu suivie, on peut répondre « oh, Zinédine Zidane vieux, Karim Benzema nouveau ! »
Et s’en suit, des « Chirac », « Alain Delon », « Joe Dassin », et « Louis de Funès » !

On est loin de la timidité (désintérêt ou peur ?) des Turkmènes, et tout le monde va vouloir savoir d’où nous venons, comment nous nous appelons, où nous allons… encore une fois, la conversation reste très limitée mais tout le monde se pressent pour se prendre en photo avec nous (on va devenir de vrai star sur Kontakt, le Facebook russe !), le contrôleur nous offre du thé, on échange nos prénoms (celui de Marion est toujours aussi difficile à prononcer, se transforme constamment en Maria, Maryam, Myriam,…)… Eux s’appellent entre autres, Bahrom, Kahol, Rachid, Saïdullo…
DSCF0164 DSCF0161 Stitched Panorama DSCF0199

Les gens sont vraiment sympas et si nous étions un peu déroutés en embarquant, on se sent désormais accueillis dans « leur » train.
DSCF0196 DSCF0187Le train a démarré. Nous serons à Navoi dans 18h. On traverse juste du désert, des grandes plaines, qu’on peut regarder par nos morceaux de fenêtres, perchés sur nos lits.IMG_3415 IMG_3430 IMG_3422DSCF0150 IMG_3445 DSCF0284 DSCF0282 DSCF0307

IMG_3476Les durées de voyage s’allongent tranquillement au fur et à mesure que nous progressons dans notre voyage.

Ce n’est surement pas notre dernier train de ce genre, mais c’est une jolie découverte, et on renouvellera l’expérience avec bonheur.

Avant, ici, il y avait de l’eau…

Pour aller à Nukus, il n’y a pas de train depuis Khiva…

On va donc découvrir les transports en commun locaux : on va y aller en taxi partagé… qu’il faut aller prendre à Urgench…
Et pour aller à Urgench, c’est soit un taxi, soit un trolley bus… Ok pour ce dernier (qui en plus n’est pas si moche pour un trolley). Une fois arrivés, on doit aller rejoindre les taxis pour Nukus, avec l’aide des non-anglophones qui nous entourent, nous finissons par trouver un marshroutka (les minibus – ou parfois microbus – qui font office de dolmuş en Asie centrale).
On arrive dans les faubourgs de la ville, à côté du stade olympique d’Urgench.
« – Olympique de quoi ?» « – Olympique de football » nous répond un type… ah bon…
Quelques taxis attendent leurs clients, et après négociation du prix de la course pour chacun de nous….et bien on attend.

DSCF9779 DSCF9772On attend en effet que le taxi soit plein avant de pouvoir partir… et Nukus ne semble pas être the place to be puisqu’il nous faudra attendre deux bonnes heures (de croquis, de lecture…) pour que deux personnes viennent compléter notre équipe… pendant ce temps, le coffre se remplit de produits que les gens donnent à livrer dont deux énormes sacs (~70 litres) de billets de banque !

Le trajet se fait à vive allure, sur des routes défoncées tracées toutes droites au milieu du désert. Ici, on conduit vite et mal !

DSCF9827

Mais pourquoi sommes-nous aller à Nukus alors ? (Question-réponse !)
Car en effet, en arrivant dans la capitale du Karakalpakstan, on comprend que la ville n’a que peu d’intérêt, si bien qu’elle est trop grande pour sa population dégringolante.
La ville est si isolée, au fin fond du pays (lui-même au fin fond de l’Asie centrale rappelons-le), que l’artiste Savitsky avait eu l’idée d’y cacher un grand nombre d’œuvres issues des anciennes républiques soviétiques et qui ne plaisaient pas au gouvernement central de l’époque (85 000 œuvres tout de même, ça fait une sacrée collec’ !). Depuis l’indépendance de l’URSS, on en a fait un énorme musée.

Mais nous n’avons pas parcouru 400km pour ce beau musée, mais parce que Nukus n’est pas si loin de Moynak. Et Moynak, c’est l’ancienne ville portuaire située au bord de la Mer d’Aral, soit aujourd’hui à plus de 200km de ce qu’il reste d’eau dans cette mer…
On passe par le bazar, et on arrive brillamment à négocier un taxi en quelques 40 minutes pour nous y emmener le lendemain (on rappelle qu’ici personne ne parle anglais !). Le lendemain, pas de nouvelle du taxi… on demande aux Ouzbeks du bazar, on nous dit d’aller chercher à l’avtowokzal (la gare routière)… bon, on saute dans un marshroutka. Et c’est parti… la négociation se fait en une petite dizaine de minutes (on s’améliore !).
Et on grimpe dans notre taxi, Fangio est au volant ; il est farouche et ne décroche pas un mot. On traverse les villes et villages du grand ouest ouzbek.
On s’arrête pour faire le plein (de gaz… pas d’essence dans ce pays producteur de pétrole) et on doit descendre de la voiture. Pendant ce temps un gros tracteur vient se garer devant l’abri… il est vieux, il est bleu, et il a une remorque pleine de melons. Comme on ne passe pas inaperçus au milieu de la population locale, on nous offre un melon…

DSCF9853 DSCF9883 DSCF9893 DSCF9868et hop ! on repart sur les chapeau de roues, on prend la 4 voies à contresens et on bifurque pour rejoindre deux heures plus tard la ville de Moynak.

Elle se situe sur le delta de l’Amu Darya, ce fleuve aussi important que le Rhône mais qui arrive néanmoins asséché à la mer d’Aral du fait de ses multiples prélèvements en amonts (notamment pour la culture de coton). Donc plus d’eau dans la mer…
Autant dire que la ville n’est pas jolie jolie…

DSCF9911 DSCF9891 DSCF9930 DSCF9943 IMG_3358DSCF9945Quelques bateaux sont échoués en plein désert, comme pour prouver du ridicule de la catastrophe écologique.
On s’arrête au cimetière des bateaux. Difficile de se dire qu’ici, il y a 30 ans, il y avait des pécheurs, des poissons, et de l’eau.
Difficile d’imaginer ce désert comme un endroit paisible de baignade…

IMG_3394 DSCF0092 IMG_3387 IMG_3368 DSCF9979 DSCF9995
DSCF0041On a du mal à comprendre comment les gens n’ont pas su stopper cette catastrophe. Parce qu’ils devaient bien voir que l’eau s’éloignait du port, que les niveaux baissaient…
Il ne reste en tout cas, à Moynak, que quelques coquillages et des bateaux échoués pour s’en rappeler.
Et peut-être aussi le panneau de la ville, avec des mouettes, des vagues et un gros poisson !

DSCF0097

Khiva loin, verra Khiva

« Blang !», la lourde porte d’acier turkmène se ferme derrière nous…

Toujours aussi seuls, mais entre deux pays en « ‘stan »… on traverse une petite rivière (100 mètres séparent les portes des deux pays) et arrivons en face d’un soldat.
Salam Alékoum (cool, facile dis donc !) premier contrôle des passeports, c’est bon, on a nos visas, on est en règle ; on n’ose qu’à peine se demander ce qu’il adviendrait si on ne l’était pas et qu’on était coincé le long du petit cours d’eau… sans wifi !… mais ça semble être le cas d’une femme qui pleurent à chaudes larmes à la porte de l’Ouzbékistan.

Premier contact avec un Ouzbek’, le douanier-médecin : You are french : Bogeor !…(=bonjour) ben ils sont plus sympas que de l’autre côté dis donc !
Tout se passera bien vite et nous voilà sortie… Bienvenue en Ouzbékistan !

À la barrière, une dizaine de taxi attendent, on doit marchander fort, d’autant plus qu’on a que des dollars, que personne ne parle anglais, qu’on nous propose des tarifs d’américains… notre turc nous sera (et nous est toujours) d’une grande aide, ouf…
et après une grosse heure de route sur des routes déglingués, on sent que depuis la frontière iranienne, on s’éloigne de plus en plus, et on commence nettement à perdre en confort… plus de trottoir, de la poussière dans les rues, et puis… plus du tout d’anglais chez les autochtones…

Nous arrivons à Khiva.
DSCF9469 (Copier) IMG_3254 (Copier)Notre auberge est juste au pied des remparts, cette ville est magique avec ses minarets aux tuiles turquoises, ses murs en marqueterie de briques. Malgré les merveilles que nous avons pu voir à Isfahan ou Shiraz, nous sommes contents d’être toujours émus par ce genre d’architecture (cool : le voyage n’est pas fini !).
Stitched Panorama Stitched Panorama DSCF9509 (Copier) DSCF9570 (Copier)À chaque coin de rue, on s’émerveille d’un joli olala, et la découverte est d’autant plus intense qu’elle reste relativement intime : on a décidé – comme à l’accoutumé – de se balader à 16h alors qu’il fait si chaud dehors, et peu de touristes sont sur le site. (Et de toute manière, il y a peu de touristes en Ouzbékistan, pour l’instant).

Donc des jolis tombeaux tout enfaïencés, des remparts en pisé, des grand minarets aux bases massives (dont un peine à tenir droit), et puis des iwan (ces grands portails) toujours aussi élégamment décorés…
DSCF9521 (Copier) IMG_3120 (Copier) DSCF9612 (Copier) IMG_3229 (Copier) DSCF9711 (Copier)On découvre des poteaux sculptés soit simplement supportant les porches des riches demeures ou comme dans la mosquée Juma qui en a 218.
DSCF9701 (Copier) Stitched PanoramaEt puis le monument marquant de la ville est incontestablement le minaret Kalta Minor. Cette grosse tour trapue était en fait la base d’un minaret qui en aurait fait la tour la plus haute du moment, visible depuis Bukhara (pourtant à plusieurs centaines de km ?!) comme le voulait son propriétaire mais le projet avortera à sa mort.
DSCF9571 (Copier) IMG_3215 (Copier) _SCF9587 (Copier) Il n’en reste que cette forme hors du commun, son inutilité, et la couleur qu’il prend au fur et à mesure de la journée.
Stitched Panorama Stitched Panorama DSCF9752 (Copier) Stitched Panorama DSCF9705 (Copier) DSCF9616 (Copier) On profitera aussi d’avoir une vue sympa depuis la terrasse de notre auberge pour glandouiller un peu et mettre à jour le blog, aller s’acheter du melon au bazar, et se balader dans les ruelles de la ville.
IMG_3126 (Copier) IMG_3128 (Copier) IMG_3125 (Copier) IMG_3130 (Copier) DSCF9556 (Copier) IMG_3166 (Copier) IMG_3179 (Copier) IMG_3187 (Copier) IMG_3194 (Copier) IMG_3220 (Copier) DSCF9632 (Copier) IMG_3246 (Copier) DSCF9661 (Copier)Et puis le fait marquant de notre passage à Khiva : nous avons retrouvé Taka’, notre copain Japonais en vadrouille depuis 3 ans sur sa moto ! En revenant de faire deux trois courses, nous avons croisé sa moto dans l’auberge jouxtant la nôtre ; si heureux de se retrouver (et d’être parvenus à vaincre le Turkménistan – lui plus que nous en a bavé !), nous nous sommes tous sautés dans les bras !
IMG_6247 (Copier)Cool, on passera donc les deux prochaines soirées et toute la journée à se balader et papoter tous les 3… trop on l’aime beaucoup notre copain Takahiro Sanui. Et ça nous fera encore plus bizarre de se re-séparer pour partir chacun de notre côté.

 

Note 1 : ça nous a beaucoup étonné de remarquer qu’il n’y a pas de facies typique Ouzbek tant les genres sont différents… une chose est sure, génétiquement aussi bien que commercialement, on se rapproche de la Chine et de l’Extrême-Orient, on est sur la bonne route (la route de la soie ?) ! Ouf !

Note 2 : Les filles ici sont très jolies, sont quasiment toutes en robes (au style un peu retro parfois, mais élégantes) mais ont du poil aux pattes dis donc !

Note 3 : On a aussi rencontré une vieille dame en « voyage » : Heidi a 78 ans et n’en est pas à son premier road trip, mais comme sa mère spirituelle Clärenore Stinnes, elle veut tourner autour du globe… au volant d’une Hudson de son âge ! Ça donne envie de continuer, et on espère garde la même envie à son âge.
IMG_6309 (Copier)

Note 4 : C’est hyper compliqué de trouver de l’essence en Ouzbékistan, parce que les pompistes ouvrent la station pour vendre par exemple 1/3 aux voitures directement. Les 2 autres tiers sont vendus aux habitants, qui remplissent des bouteilles et bidons, trois fois le prix officiel.
Ça donne un immense marché noir de l’essence, et surtout, jour d’ouverture des pompes, une immense queue de ouf de voitures !

Note 5 : Et puis, quand on change 100 euros, ici, ça donne ça :
DSCF9769 (Copier)

Le trou

Après notre copieux repas de manty, on part voir le cratère de Darvaza !

Ce cratère est un gros trou dans le désert du Karakoum provoqué par l’explosion d’une poche de gaz, à cause de recherches géologiques qui ont mal tournées, à l’époque soviétique.
Le résultat est un gros trou d’environ 70m de diamètre et 20 mètres de profondeur, qui brûle depuis plus de 1971. Les scientifiques y ont mis le feu, afin d’éviter des problèmes de pollution dus au gaz émanant…
Stitched PanoramaIl y a quelques années, le Président a demandé qu’on fasse cesser le feu qui sort de ce trou de gaz… Bien sûr !
Pour l’anecdote, la ville de Darvaza n’existe plus ; en effet, Turkmenbaşi, venu visiter le village, l’avait trouvé si pourri qu’il a donné l’ordre de le raser, et d’en effacer toute mention sur les cartes. Bien entendu, personne ne connait l’histoire au Turkménistan, et d’ailleurs peu de monde connait l’existence de ce cratère ; ce n’est pas très reluisant pour l’image du pays.

Donc nous partons en voiture, avec Yusuf et deux de ces amis, Ashir et Döwlet (des amis d’Arslan aussi) qui voulaient aussi découvrir cette aberration géologique. Ça fait une bonne équipe de voiture !

La route qui mène au cratère est celle qui relie Aşgabat à Daşoguz. Et le trou se situe à quelques 250km au nord d’Aşgabat.
DSCF9136 DSCF9140 DSCF9169 IMG_2842 IMG_2846On s’arrête pour prendre de l’essence (qui ne coûte rien – env. 10€ le plein), et hop, on file à travers le désert car dès les portes de la ville franchies, on se rend compte qu’Aşgabat est construite en plein désert. D’ailleurs, son oasis de verdure n’est permis que grâce au Canal du Karakum qui dévie fortement la rivière Amu Darya l’asséchant ainsi avant qu’elle ne puisse rejoindre feue la Mer d’Aral.

La route est en mauvais état. Normal, le président ne l’empreinte pas, sinon elle aurait été refaite !
Mais on roule à bonne allure.
En chemin, on s’arrête dans une petite ferme pour acheter 3 bouteilles de lait de chameaux… Euh… t’es sûr… ?
DSCF9153Alors, en odeur, ça sent le vieux fromage de bique. En goût, ça donne une boisson (c’est coupé à l’eau) pétillante naturellement (trop fort le chameau !), avec un goût de fromage… C’est un peu comme si on buvait le petit lait de la feta, en plus fort et effervescent…
IMG_2834On reprend la route d’un bon train, jusqu’à ce croise un énorme accident : 2 voitures écrabouillées face à face …ça plombe un peu l’ambiance dans la voiture.
Et Döwlet lève un peu le pied…

Deux heures plus tard on arrive aux environs du cratère ; sur le GPS il est sensé ne pas être bien loin mais on ne trouve pas le chemin. On s’arrête vers une cabane de chantier, les ouvriers sont contents d’avoir de la visite, et puis des étrangers cela fait papoter ! Ils nous auraient bien invités à souper… mais on n’est pas venu pour ça.
DSCF9182 DSCF9184On reprend la route donc, et quelques kilomètres plus tard, nous rencontrons une vieille jeep soviétique, et à ses côtés un papy encore plus vieux qu’elle. Nos amis marchandent le prix de la course (et nous demandent pour l’occasion de rester à couvert dans la voiture…)
IMG_2850

Puis le papy nous embarque tous les 5 (plus lui) dans son antique 4×4, le long d’une piste à travers les dunes.
On arrive enfin au pied du trou, 7km plus tard, tous secoués du trajet !
DSCF9185

Incroyable ce trou, il est plus gros encore que ce à quoi nous nous attendions. On comprend pourquoi certains l’appelle la Porte de l’Enfer ; à quelques mètres du trou, on peut sentir la chaleur et le rayonnement du gaz en combustion depuis plus de 40 ans nous brûler le visage, et puis ça sent le gaz.
Il y fait tellement chaud !
Et puis c’est tellement incroyable ce gros trou… ce feu… au milieu du désert…
La Terre si proche, si forte !
IMG_2852 IMG_2853 Stitched Panorama Stitched Panorama Stitched Panorama Stitched Panorama DSCF9244 DSCF9259 Stitched Panorama IMG_2882

On y restera quelques dizaines de minutes tant le spectacle nous semble fou.
On est bien contents d’avoir pris le temps sur la route et de profiter de ce moment au crépuscule.
(Au passage, nous retrouverons aussi Phil notre ami Germano-thaïlandais à la barbe rousse, qui lui dormira auprès du trou)

…mais il faut reprendre la route. Le trajet ne semble jamais terminer. Il est minuit lorsqu’on s’arrête au bord de la route pour manger.
DSCF9285 DSCF9290 DSCF9298Trop cool : des stands de viandes grillées tenus par les enfants du village d’à côté pour que les routiers et les voyageurs de passage y cassent la croûte : très bonne idée !
On se fera donc quelques morceaux de poulet et de « viande », et du thé vert préparé au feu de bois, assis sur un tapis (à genoux encore !) sous un ciel sans lune parsemé d’étoiles au milieu du désert, et – exception faite des deux trois véhicules qui passent encore sur cette route – dans un silence royal.

On ne rentrera à Aşgabat que tard dans la soirée, retrouvant les jolies routes toutes lisses, les éclairages blancs des immeubles blancs, réverbères blancs, et toujours personnes dans les rues…

Le lendemain, on prend un train de nuit pour rejoindre Daşoguz, et son poste de frontière.
DSCF9466Le train est tout beau, tout propre, tout neuf mais pas en marbre (bien mieux que les couchettes du tiers monde de la SNCF).
Par contre, il y fait 15°… Merci la clim’.
On est logé dans un compartiment de 6 personnes, on ne sera que 5. Et après l’Iran, chose étrange, personne ne nous adressera la parole, ne posera de questions, rien…
On a le droit à quelques regards en coin, genre euh… ils ne sont pas turkmènes … mais pas de sourire non plus… pas très curieux les Turkmènes.
Il y a 500km entre Aşgabat et Daşoguz, et on retraverse le désert de Karakoum. Et bien sûr, on arrive 18h plus tard à destination ! Oui, ici, les trains prennent leurs temps ! Mais ça coûte environ 4 euros pour tous les 2.
DSCF9468

À l’arrivée, on prend un taxi qui nous emmene au poste de frontière.
Il est tout petit, par rapport à celui d’il y a quelques jours et on est seuls.
IMG_20140830_111610
On montre nos passeports et on a même le droit à un Welcome to Turkmenistan de la part du douanier ! (ça doit être parce qu’on part du pays, il est content… !)
On nous donne des formulaires à remplir, en russe… Euh, we need some help…, ils se marrent un peu, c’est plutôt détendu comme ambiance.

Les rayons X, les questions de politesse You have carpet ? guns ? heroïn ?, et quelques autres questions sur notre séjour, un coup de tampon, et au revoir le Turkménistan.
On sort, on est re-enregristrés, on attend une voiture pour franchir le no-man’s land de 2km, on n’a plus de manat pour payer (et aussi parce qu’on voulait garder un billet…), et on est déposés au dernier poste de frontière du Turkménistan.
Une grosse porte en métal se referme derrière nous. Drôle d’impression de quitter un pays dans lequel on ne pourra certainement jamais revenir. Le visa de tourisme est très compliqué à avoir, et on ne peut voyager qu’accompagné en permanence d’un guide.
Nous, on a eu le droit à un visa de transit de 5 jours, chanceux que nous sommes !

 

Notre passage au Turkménistan est éclair. Mais ce petit aperçu est compliqué à comprendre.
Parce que certes Aşgabat est une jolie vitrine, mais il est dit que tous ces bâtiments et monuments sont le fruit de l’argent du gaz, d’un peu de corruption et au détriment de la santé et la culture.
Enfin, que ce soit dans nos journaux et dans les leurs, on ne sait pas trop qui dit vrai. L’information passe difficilement les frontières dans un sens ou dans l’autre.

Apparemment, moins de 1% de la population a accès à internet. Et même si l’eau, le gaz et l’électricité sont gratuits, les gens ont dû mal à vivre correctement. Et en traversant certains villages, on ressent que la redistribution de l’argent reste très inégale.
Le Président a d’autres projets de grandeur.

« Le Président a dit… »

Ça y est, on part enfin de Mashhad. Après 7 jours d’attente, on est dans les starting-blocks !

Réveil matinal, on quitte Taka et CS.
Un métro et un taxi partagé (on attendra 40 min pour partir) pour nous emmener à Quchan à 1h30 de route, puis un autre taxi partagé pour nous emmener à Bagiran au poste de frontière, quelques 50km plus tard.
La route est superbe, on est dans une vieille Saba, et on roule à 120km/h… (c’est écrit DANGER en énorme sur la montagne, et les panneaux indiquent 50… donc oui, on est pas rassurés !)
On arrive vivant à la frontière. Woué !

On échange nos derniers Rials en Manats turkmènes à un mec avec une valisette pleine de pognon différent, ainsi que quelques euros, et on entre enfin dans ce qui sera « nos derniers instants iraniens » !
On passe nos sacs aux rayons X, quelques questions, un tampon et c’est fait !
De l’autre côté, il y’a une vingtaine de femmes turkmènes chargées à bloc, facilement reconnaissables à leurs robes et coiffes colorées.
(Une femme sortira même de sa coiffe, une dizaine de paquets de clopes, astucieusement camouflés !)

Derrière le bâtiment se trouve un no-man’s land d’une centaine de mètres, et en face de nous, le portrait du Président du Turkménistan pour nous dire bonjour.
IMG_2613

Côté Turkmène, c’est pas la même ambiance.
Premier contrôle, un soldat coiffé d’une casquette à large bord écrit dans un grand registre les différentes informations de notre passeport, puis on entre dans une grande salle.
On comprend qu’on doit aller montrer nos passeports avant le scan des sacs.
Ici, les sourires c’est pas vraiment ça. Après un mois en Iran, on n’est plus habitués !
Nous passons donc nos passeports par la petite fenêtre, et répondons aux questions. « Vous allez où, par où, combien de temps, comment, … » on a tout-bon aux questions, alors on a le droit d’aller payer (22$ en plus des 110$ dollars du visa, ça commence à chiffrer pour 5 jours dans une dictature).
Mais comme il est midi, le mec est parti manger. On attend donc. Et puis il n’est pas tout seul, puisque les quelques douaniers délégués à la vérification des bagages ont fait de même… ils ont bien le droit d’aller casser la croûte…mais c’est tout de même étrangement organisé.

On est un peu embêtés, parce que ça prend « plus de temps que prévu » (mais on devrait arrêter de prévoir en fait…) et on a rdv à 12h30 avec Yusuf, qui sera notre hôte à Aşgabat. Yusuf, c’est un pote de Arslan, un ancien collègue de mission de Brice … mais comme il n’est pas au Turkménistan pour le moment, il a missionné son pote de s’occuper de nous (et de nous loger aussi !).

Donc 12h30, toujours personne pour payer, et puis pas de réseau pour appeler bien sûr.
On poireaute une heure et on arrive finalement à payer nos 22$. On retourne voir le monsieur derrière sa petite fenêtre, il nous donne un reçu, et un coup de tampon !
On est au Turkménistan !
Mais on retrouve aussi la quarantaine de femmes (leur nombre a bien eu le temps de grossir entre temps !) qui attendent pour passer leurs « bagages » aux rayons. Et par « bagages », on parle de sacs énooormes d’oreillers, de tapis, des cartons de plantes, de je ne sais quoi.
Juste que c’est énooorme, et qu’on se voit déjà y passer la journée, parce que de l’autre côté des rayons X, tout est scrupuleusement fouillé.

Finalement, on aura le droit de les doubler, et nos sacs ne seront pas fouillés. Juste quelques questions de politesse : « guns ? » « heroin ? » « narcotics ?», le tout dit avec bien sûr, sourire et décontraction !

Il est 13h quand on est de l’autre côté ! 2h pour passer la frontière, c’est correct ! Mais ce qu’on ne savait pas, c’est qu’on attendrait 3h pour prendre un minivan qui descend de la montagne, et dépose les gens 7km plus loin (et qu’on est obligés de prendre).
Parce qu’en fait, il n’y a pas de van, et cette quarantaine de femmes qui passaient la frontière aussi, attendent elles aussi le van.
D’autant plus qu’elles sont du genre coriace, elles se battent et courent après le minivan pour y entrer. Elles s’entassent, entrent par le coffre, et ça crie, ça râle, ça pousse…
On reste donc circonspects devant ce spectacle turkmène, en se disant qu’on attendra le prochain bus.
IMG_2623 IMG_2624Pour passer le temps, on papote avec un Turkmène sympa, du pays, etc. Marion a ses cheveux qui reprennent des couleurs après un mois voilée ! Même son cou respire de nouveau !
Finalement le prochain van met 1h à arriver, et à nouveau c’est la cohue…
Bref, 3h plus tard, on arrive à monter dans l’un d’eux.
On s’est quand même retrouvés à 15 dans le van – qu’on a payé deux fois plus cher que les autres… c’est comme ça et pas autrement…

On arrive donc au dernier poste de contrôle, on est re-re-re-reenregistrés (on a dû être enregistré – à la main, avec une belle écriture en italique – au moins 5 fois). Notre ami Yusuf est là ; il nous a attendu 4h… et nous a habilement reconnus sous nos sacs à dos de tortue.
On s’excuse 3000 fois, et hop, on monte dans sa super grosse voiture climatisée top, direction sa maison.
Ça fait plaisir après les voitures pourries en Iran !

Première rencontre, à travers les vitres de la voiture, avec la Ville Blanche.
On arrive chez lui ; sa femme Jahan et ses deux filles Merjen et Näzik nous attendent.
Nous avons aussi droit à un copieux festin ! On est assis par terre bien sûr ! (les genoux de Brice n’ont pas été étudiés pour cette position et ils se rappelleront longtemps de cet horrible supplice du « repas turkmène » !)
Mais surtout, leur maison est super confortable, c’est propre, ça sent bon, et après plus d’un mois, à prendre nos douches en tongs, on a enfin accès à une salle de bain propre.
On dormira tout de même par terre – à la mode turkmène ; mais eux aussi !… ils ont bien acheté un lit, mais que très récemment et parce que c’est « bien vu » d’avoir un lit chez soi.

On papote un peu et puis on part marcher un peu dans le quartier.
On déambule dans Aşgabat qu’on découvre au fur et à mesure, et on commence à photographier à droite à gauche… jusqu’au moment où un policier nous invective par ce qui semblait plus être un aboiement qu’une formule de politesse. On comprendra plus tard que c’était le Palais du Président…
IMG_2668