La traversée du désert

La journée de train est longue pour rejoindre le Rajasthan, d’autant qu’on a choisi le chemin des écoliers.

On a entendu de bonnes choses sur le Rajasthan, comme quoi à lui tout seul cet état serait plus riche en patrimoine que tout le reste de l’Inde, que les palais des Maharaja sont merveilleux, qu’on peut aller se perdre au fin fond du désert…
Mais aussi le pire : le tourisme à outrance (avec son cortège de rabatteurs), et la chaleur accablante à cette période.

Qu’à cela ne tienne, s’il fait trop chaud, on fera la sieste et il y aura moins de touristes, et puis, commençons par une petite ville, et faisons ça de manière progressive.

On bataille donc pour rejoindre Bikaner dans le Nord.
Une première heure en general pour arriver à une gare de correspondance… Et y attendre notre train, qui est dans 3h. Ah oui, mais il a aussi 2h30 de retard… DSCF7302 DSCF7310 DSCF7299 DSCF7312 DSCF7324Il n’y a qu’un train par jour qui traverse le Punjab sur une voie unique et non électrifiée. On voyage la tête à la fenêtre à scruter le paysage qui défile et se transforme perdant de la végétation au fur et à mesure que nous descendons dans le Sud. Les paysages changent, certains brûlent leurs champs, d’autres cultures sont déjà vertes, peut-être la culture du riz a déjà remplacé celle du blé par endroit. Il fait chaud. L’air est chaud, et les ventilo, qui tournent à fond, brassent… rien du tout.
Dehors, une tempête soulève de la poussière… et sans fenêtre, celle-ci s’engouffre inextricablement dans le train.DSCF7314Après 12h de voyage, on arrive au milieu de la nuit à Bikaner.
Pas marrantes les villes indiennes quand elles sont désertes, on avait pensé à réserver notre nuit d’hôtel (la première fois depuis … pfffff… la Turquie ?). Du coup, notre hôte nous attend à la gare !
Et hop !

Le lendemain, on sort affronter les rayons du soleil et la chaleur torride…
On est aux portes du désert ici.
Mais on est assez vite charmés par les petites rues de la ville, les haveli (ces bâtisses familiales vieilles de quelques siècles) et les gens sont souriants.DSCF7328 DSCF7338 DSCF7340 DSCF7349 DSCF7351 DSCF7374 DSCF7383DSCF7457 DSCF7388

Malgré nos réticences, on est plutôt bien accueillis ici
Personne ne nous attire dans sa boutique, pas d’arnaque.
Juste 200 hello et 50 what is your country par jour.
Les gens ne sont pourtant pas méchants pour un sou, et si ce ne sont quelques enfants – pas du tout insistants – réclamant des school pen – personne ne semble trop intéressé.
On nous aurait menti ?
Dommage qu’on se soit autant mis sur la défensive car on sent qu’on n’arrive pas à profiter un maximum de la gentillesse des gens… arggghhhh… c’est difficile l’Inde !

Alors que Marion faisait son croquis, un habitant nous propose de visiter sa maison. Puis, quelques instants plus tard, par la fenêtre d’une des plus belles haveli transformée en un luxueux hôtel, M. Ayub nous invite à entrer et à la rejoindre.DSCF7396 DSCF7402 DSCF7406 DSCF7409 DSCF7410 DSCF7416Sa famille est renommée dans le coin pour être peintre-décorateur de mobiliers, plafonds et murs, et miroirs…
Il nous montre son travail, nous offre l’un de ses croquis, nous fait la visite. Voilà, ça lui fait plaisir. C’est simple et spontané. Gratuit et sincère.

….pffff… et nous qui nous attendions à nous faire arnaquer à tous les coins de rue… personne – si ce ne sont quelques rickshaw – n’a essayé de nous vendre quoique ce soit…

On finit notre journée au Fort, qui ferme dans 20 min. DSCF7440 DSCF7438 DSCF7435 DSCF7432 DSCF7437La visite se fait un peu au pas de course, mais on est contents d’y être passés rapidement, parce que le lendemain, on prend le train pour relier Bikaner à Jaisalmer, et s’enfoncer bien plus loin au cœur du désert.

La voie ferrée est quasi rectiligne. DSCF7458 DSCF7462On a beau partir à 7:00 du matin, l’air qui se déverse dans le wagon par les fenêtres est poussiéreux, chaud et sec. Assis confortablement en general, le paysage défile. Un peu de végétation, pas beaucoup d’arbres, quelques brebis assoiffées, des éoliennes et panneaux solaires et puis rien.DSCF7469 DSCF7478 DSCF7485 DSCF7490 DSCF7492 DSCF7496 DSCF7500Dans les mini gares intermédiaires (parfois posées au milieu de nulle part au bout d’une piste), il n’y a pas d’eau… et on arrive à Jaisalmer, sous une chaleur accablante à 13h, secs comme des pruneaux. On se rend compte qu’on arrive à débrancher notre cerveau dans les moments comme ça. On ne lit pas, on n’écoute pas de musique, on regarde dehors ou on ne fait rien. Et ça peut durer 3 ou 4h comme ça (surtout Marion). Comme pour oublier qu’on n’a pas d’eau (enfin, un fond d’eau à 45°C chaude comme du thé !), pour oublier qu’on a chaud, pour oublier qu’on est recouvert d’une fine couche de sable, pour oublier…

Jaisalmer, c’est un château de sable, vieux de plusieurs siècles, posé au milieu du désert.DSCF7590Nous retrouvons Stella – rencontrée à Amritsar –  qui nous avait conseillé un hôte CS chez qui elle avait passé un mois.
Et on comprend, nous sommes chaleureusement accueilli par Meera, son pote Pepsi et Mukesh son « oncle » qui nous hébergera dans son super-hôtel-chambre-deluxe-jolie-propre-et-colorée.DSCF7580 DSCF7577Super sympa ce Mukesh, très ouvert, très intéressant et très intéressé par plein de choses…

On essaye de se motiver pour se balader tôt, mais alors qu’il n’est que 8h30 (et donc bien trop tard !), il fait déjà trop chaud. Tant pis, on aura chaud.
Nous partons en direction du fort. Celui de Jaisalmer est en réalité une ville fortifiée.DSCF7594 DSCF7597 IMG_8723 DSCF7792 DSCF7809À l’intérieur des remparts, les ruelles sont colorées, calmes et pleines de charme. Les maisons sont ocres et peintes du bleu brahmane (la caste supérieure). DSCF7557 DSCF7556 DSCF7592 DSCF7611 DSCF7612

DSCF7616 DSCF7620 DSCF7623Les façades des haveli en grès sont sculptées. De la dentelle, du détail, de la finesse. C’est plein de petites surprises qu’on prend plaisir à observer. Les portes des maisons sont basses, les marches font offices de bancs, les toits sont terrasses. Et ainsi, tout le monde trouve son coin d’ombre pour papoter « entre voisins ».DSCF7626 DSCF7628 DSCF7641 DSCF7636 DSCF7703 DSCF7712

DSCF7718 DSCF7719

Il n’y a personne (serait-ce ça alors la basse saison), les vendeurs des boutiques ont trop chauds…et pendant que Marion fait ses croquis, Brice papote avec l’un deux.
L’ambiance est plutôt sereine ici. Même si clairement, on sent que le tourisme doit bien être présent.

On remarque qu’ici, tout le monde est plus couvert. Il faut dire qu’on est dans le désert…
Ainsi, les femmes portent de longues jupes. Un voile est attaché à la taille et remonte pour leur cacher le visage. Ce n’est pas que pour se protéger du soleil, mais également pour se cacher des hommes. Elles sont très bijoutées, des orteils au bout du nez.
Les hommes, quant à eux, portent de longues tuniques et des pantalons amples. Un turban posé sur la tête, ça doit leur faire de l’ombre.DSCF7648DSCF7805 DSCF7693Nous découvrons également une autre particularité du Rajasthan. Il s’agit de la moustache ! Toutes plus grandes et enroulées les unes que les autres, les papys tournicotent régulièrement la leur, leur donnant un air fier de Maharaja ! (il y a d’ailleurs, une fois par l’an, l’élection de Mister Desert, et de la plus belle moustache !)

DSCF7506

Nous passons 3 jours à nous balader dans ces ruelles, figées dans le temps.
Le grès est omniprésent, donnant un aspect monochrome, lisse et doux au paysage.DSCF7662 DSCF7653 DSCF7679 DSCF7733 DSCF7775 DSCF7692 DSCF7738 DSCF7784 DSCF7756Nous profitons d’un chai avec Meer et Pepsi, de pastèques et melons à outrance, de discussions avec Mukesh, croisant quelques vaches aux coins des rues… Tranquillement…

Après ce mois dans le Punjab, rempli de rencontres, d’émotions et de réflexions, l’entrée au Rajasthan nous replace dans un circuit touristique.
Certes, c’est hyper beau, c’est riche et étonnant. On est contents de passer 3 fois de suite devant la haveli Pawaki, de contempler le fort si imposant et de s’y balader à plusieurs reprises.
Mais les échanges que l’on peut avoir avec les locaux commencent à se sentir moins sincères et « tout le monde » baragouine trois mots de français.
Et ça ne va pas aller en s’arrangeant…

 

Note 1 – On peut voir sur la plupart des façades des représentations de Ganesh (toujours accompagné d’une petite souris) ainsi qu’une date.
Elles indiquent à toute la ville un mariage récent dans la maisonnée.DSCF7698 DSCF7677

12 thoughts on “La traversée du désert

  1. pfffff, deuse (genre « nice shoes » de clooney-dujardin pour nespresso…oui on a la culture qu’on peut !)
    en somme le désert, c’est peuplé, en Inde
    ces pays indines n’en finissent jamais e nous étonner
    magnifique, « comme d’hab »
    évouzétoulà

  2. Quelles belles photos! les voyages en train ont effectivement cet effet « hypnotique »..
    Petite note: la souris accompagnant Ganesha s’appelle Mushika. C’est le véhicule du Dieu à tête d’éléphant (!). tous les dieux indiens voyagent à dos de quelque chose, et pour Ganesha, c’est à dos de souris… va comprendre.

  3. oulala, on ressent pas la chaleur via les photos mais on voit bien que c’est SEC. Bon courage.
    PS Marion : t’es superbe dans le train avec ta tunique rouge
    PS Brice : t’es presque aussi laid que moi avec ta barbe :p

  4. J’aime bien mais il y a un sentiment bizarre dans ce post. D’un cote vous expliquez que vous ne vous êtes pas fait attaquer de toute part comme ça a pu être le cas précédemment, et de l’autre vous vous plaignez que c’est redevenu touristique. Je ne comprends pas ce que vous faite passer comme message (peut être aucun d’ailleurs). Ou alors vous nous dites pas tout, ou alors vous êtes un brin excessif de vous plaindre que les gens vous disent bonjour, vous demande d’où vous venez et parle 3 mots de Français et que vos échanges soient moins sincères que quand vous avez passé une semaine avec les 5-6 même personne. Bref, du moment que vous ne devenez pas les gros blaireaux qui sont partis trop longtemps et qui perdent leur capacité d’émerveillement et de bonheur simple tout va bien (si jamais ça devient le cas on n’hésitera pas à vous le dire bien entendu…).

  5. J’ai un peu de retard, mais je me suis régalé avec ce post !
    J’ai senti la chaleur à travers le texte et les photos des bâtiments sont incroyables !

Ça vous inspire?