en-bourlingue

Osh c’est moche

Après notre séjour un peu plan-plan à Arslanbob, on reprend la route direction Osh.
Et deux marshruka plus tard, on arrive dans la deuxième ville du pays.

Osh est « connue » pour son bazar (qui serait le plus grand d’Asie centrale), et il faut dire que c’est vraiment le « bordel » ici.
DSCF4457 DSCF4362 DSCF4502 DSCF4493 DSCF4468De gros travaux pour la construction d’un pont ont été entrepris (artères défoncées, infrastructures, barrières, …) mais quand la ville a changé de Maire, tout l’argent a disparu avec la municipalité. Corruption, quand tu nous tiens… !DSCF4394 DSCF4516 DSCF4375DSCF4390

Résultat, ça donne un morceau de ville hyper embouteillé, et ça grouille de partout. Entre marchands ambulants, marshruka, charriots de marchandises, taxi, …
On arrive donc au milieu de tout ça, et comme souvent, on se dit heureusement qu’on est un peu habitués maintenant.

On retrouve Farooq et Shabab (Pakistanais et Indien respectivement, tous deux étudiants en médecine), qui seront nos hôtes Coachsurfing pour notre séjour à Osh.
On ne sait pas encore combien de temps on va rester. On doit organiser un peu tout ça.

On habite dans une vieille barre soviétique, dans laquelle tout est vieux. Même les papiers peints sont d’époques on pense.
Stitched Panorama DSCF4436 DSCF4356

Enfin, on est content d’avoir un toit, de les rencontrer, de manger indien, de boire du thé pakistanais* (avec du lait et beaucoup de sucre !), et de parler anatomie et voyages !

La ville de Osh n’ayant pas payé sa facture de gaz à l’Ouzbékistan, ce dernier a naturellement coupé l’arrivée de gaz depuis janvier dernier.
Donc plus de gaz à Osh. On cuisine donc sur un petit réchaud, dans le couloir…
Adaptation !
Et puis aussi, la ville de Osh ne paye pas toutes ses factures d’électricité. Donc, naturellement, l’électricité est coupée 2 fois par jour, genre de 10h-16h…
Adaptation !
… ça promet un hiver difficile !

Mais, finalement, on y est bien dans cet appart. Et surtout qu’on va y rester 6 jours.
Parce que pour rejoindre la frontière chinoise, il nous faut aller à Sary Tash, village au carrefour des routes qui vont, viennent, et partent pour le Tadjikistan, Ouzbékistan, Kirghizistan et Chine. Et de là, théoriquement, on doit trouver un camion pour nous monter à la frontière.

Or, la frontière est fermée le week-end. Pas grave, on peut toujours aller se balader autour du village, on y trouve le Pic Lénine (7134m) et toute la chaine du Pamir.
Mais oui, mais non, car ils annoncent de la neige et un maximum de 1°C à Sary Tash pour les jours qui suivent.
Alors, on se dit qu’on va attendre au chaud ici, et on se passera la frontière lundi.
Ça sera bien lundi ! Nous devons être en Chine le 16 octobre au plus tard… notre visa expire – celui qu’on a eu tant de mal à avoir à Ankara ! –.

Donc, on passe 6 jours à Osh, mais comme le dit l’expression, « Osh, c’est moche ».
Et mise à part le bazar, et la grosse statue de Lénine (encore !), on traîne un peu des pieds.
DSCF4384On se sent loin de Bishkek qui, si elle faisait petite capitale de province, demeurait bien plus sophistiquée et développée. Les gens semblent moins éduqués, tout est poussiéreux, les infrastructures inexistantes ou rajoutées à la va-vite… on se sent parfois plus proche de Bombay que de Bishkek.
DSCF4432 Stitched PanoramaEt comme la population y est majoritaire ouzbek (!), bien plus pratiquante, et que les paysages y sont plus mornes, on se sent plus loin du Kirghizstan qu’on appréciait.

Il faut dire qu’on aura deux jours de pluie, gris, mouillé, froid, beurk.
Mais, on ira se balader maintes fois dans le bazar, un jour pour acheter une enveloppe, l’autre pour des fruits, pour changer des sous ou faire relier notre guide chinois, …DSCF4505 DSCF4453 DSCF4448 IMG_4650 IMG_4649 IMG_4648 DSCF4418 DSCF4406 DSCF4399 DSCF4370 DSCF4515 DSCF4366 IMG_4652 IMG_4662

On profitera de nos coloc’, entre un bon plov (riz cuits avec du gras, un peu de gras, et un soupçon de gras de mouton) un après-midi pluvieux…, de jolies discussions pakistano-indiennes, des bons repas épicés partagés (on prépare doucement nos estomacs !), et des multiples questions « muscles-mais comment ça marche-pourquoi ». Et c’est bon, on connait les noms des 639 muscles en anglais maintenant !
IMG_4611

Petite semaine tranquille donc, en attendant le beau temps et dimanche soir de partir à Sary-Tash.
On prépare aussi un peu la suite du voyage. La Chine, un gros morceau à venir !
On espère ne pas avoir trop froid, mais on sait déjà qu’on arrivera trop tard pour voir certaines régions qu’on tenait à visiter. Tant pis, on ne peut pas tout voir (surtout dans un pays si grand), ça sera la prochaine fois.

Et puis on reste très contents de notre passage par le Kirghizistan. Ce pays au nom imprononçable et que nous n’aurions su localiser sur une carte il y a encore deux mois.
On s’y est sentis bien, et loin. Ces paysages, aux immenses plaines et montagnes…
On y était un peu tard. On y reviendra ! On a d’autres montagnes à escalader encore !

Note 1 – Les toilettes publiques : deux catégories.
– Les plus rudimentaires mais aussi les plus communs dès qu’on sort des villes : le trou entouré de 3 murs en tôle (souvent sans porte). Au sol, un trou plus ou moins large (plus c’est large, plus il est aisé de viser, mais attention à ne rien avoir dans les poches !), et plus ou moins profond (on a déjà vu un trou de plus de 5 mètres. Vertigineux, surtout quand on sait ce qu’il y a au fond !
DSCF1742– En ville, Marion découvre les toilettes avec juste 2 petits murets de part et d’autre, et pas de portes. Et toutes les femmes sont accroupies, les unes à côtés des autres. Bonjour l’intimité ! La première fois, ça fait drôle et puis, comme tout, on s’y habitue… ou presque. Elle a quand même l’impression de regarder le plafond quand elle fait pipi. Et de ne pas être hyper sereine ! Il ne faut pas être malade ces jours-là !

DSCF4564

Note 2 – Si au début, nous étions assez contents de tester de nouveaux mets – certes plus goûteux qu’auparavant – après un mois, on commence à faire une indigestion du gras de mouton. Et on lorgne déjà sur la tradition culinaire de l’autre côté de la frontière… !
DSCF4486 IMG_4639

Note 3 – Quand on se marie au Kirghizstan, on loue une grooooosse voiture pour que tous ses amis puissent faire la fête dedans. Séquence émotion pour Brice, en pensant au Mondial de l’automobile, qu’il loupe !Stitched Panorama

 

 

  • Faire infuser de la cardamone et des graines de fenouils dans l’équivalent d’une tasse de lait par personne.
    Ajouter une cuillère à café de thé par personne.
    Et du sucre.
    Faire bouillir 2 ou 3 fois.
    Servir chaud !

 

 

Article publié le 11 octobre 2014 à 17 h 37 min. Il apparaît dans la catégorie Asie Centrale, Kirghizistan. Sauvegarder le lien permanent. Suivez ici le flux RSS pour cet article.

Une idée, une réflexion, une pensée...

  1. Star Ac' dit :

    Il a l’air trop bien le carnet de voyage de Marion.

    J’aurai le droit de le regarder quand on se verra?

  2. magoldo dit :

    Moi je suis pas libre le we prochain mais mardi place st epvre ça vous va?
    En même temps heureusement que tout n’est pas beau , vous seriez blasés
    Et nous aussi!!

  3. Bernard dit :

    Dire que la question des toilettes existe depuis l’origine de l’humanité!
    En même temps c’est pas qu’une question de niveau de développement : je me souviens des toilettes sans porte dans les campings américains en 1970 (parait que c’était pour que les gens ne fassent pas de « cochonneries »)

  4. Mélanie dit :

    Moi je dis Osh c’est auch !
    Plus de gaz, plus d’électricité… Tendax !
    Oui, le carnet de Marion il a l’air trop ouf !
    Je mets une resa dessus aussi !
    Ça me rappelle un certaine Guy Delisle… J’adore !

  5. françois dit :

    ne rêvez pas, le carnet est déjà réservé par son père depuis le départ
    et d’ailleurs ce n’est pas un carnet, mais tous, il a déjà les droits, tous (hé hé hé)
    Hollywood ou bodywood ? pense même faire un film…

    quel goût de chiottes les wc là-bas
    mais quand même, l’intérêt du sans portes, c’est que c’est bien ventilé
    et l’intérêt de manger du riz c’est que tu y vas moins souvent…

    j’avais un autre pote qui s’appelait…j’ai oublié, un nom imprononçable
    on l’appelait max, il habitait un bled imprononçable, improbable comme on dit…
    c’est intéressant mon anecdote, hein?

    vivement la Chine et ses contrepeteries…
    bonnes bises
    évouzétoulà

  6. françois dit :

    oui, elle est connue, elle est bien, elle fait son petit effet encore
    celle-là est bien aussi: la Chine se souleva à la vue des nippons

    et là-bas, n’oubliez pas la Chinachotèque…!

    bonnes bises
    évouzétoulà

  7. Le meilleur pote de Brice dit :

    Ouaiiiiis, des images de plats et de boissons. Une petite pensee pour vous qui etes, on l’espsre, en Chine.

  8. Sergio dit :

    Quel carnet en effet! Je me disais bien aussi que c’était pas Brice qui dessinait comme ça…
    Quel sens du détail; la couche de caca marron au fond des latrines, trop stylée!
    6 jours c’est long, vous pouvez en profiter pour aller Oshinéma.
    Bises

  9. Cat dit :

    Pourquoi on dit Kirghizistan, et pas Kirghistan comme sur les cartes ?
    Un zi en plus ?
    pourquoi pas de toute façon, ça reste tellement sublime….
    Et Kashgar à venir, les montagnes, la route je ne sais plus combien, la célèbre !
    Bisous

    • Sergio dit :

      Salut,

      Kirghizistan c’est la translitération française et Kirghistan la version anglaise.
      Donc en français on préfèrera le « zi » en plus !

  10. Elo Soeur de brissoumissou dit :

    Punaise elles ont l’air trop bonnes ces framboises, ils ont des dettes certes mais ils vivent bien dis donc, comme disait une vieille amie à moi « on est déjà pauvre on ne va pas en plus se priver » j’aime beaucoup cette phrase.
    En tous les cas c’est chouette de vous voir mais vous commencez à nous manquer en vrai.

    Gros bisous

    Elo

Ca vous inspire?

%d blogueurs aiment cette page :