Catégorie : Israël

Haï-fallait y penser avant!

On termine notre séjour en Israël par un passage par Haïfa, et Akko (Acre), avant de rejoindre Tel Aviv pour prendre l’avion.

Les tensions politiques avec la Cisjordanie commencent à se faire sentir, et on se dit qu’il est temps de partir…

Haïfa, est une grosse ville en bord de mer Méditerranée, à l’intérêt limité, et lieu de pèlerinage des baha’is. On y découvre une nouvelle « religion », le bahaïsme (pratiquée par plus de 5millions de personnes à travers le monde). C’est surtout une religion qui croit en un seul Dieu, mais plusieurs prophètes comme Moïse, Jésus, Muḥammad, Krishna, Zoroastre et Bouddha..

DSCF5545 DSCF5547

Et donc, les baha’is ont créé un immense jardin sur une des collines de Haïfa. Un jardin tout droit, tout lisse, tout symétrique, sans trop d’âme… mais ça reste l’attraction de la ville.

DSCF5555 IMG_0533On participe à la visite du parc, seul moyen de le visiter, on assiste à un film de propagande de cette « religion », …et on s’en va, un peu dubitatif.
On se balade un peu de la ville, mais il fait très chaud, et puis, à ce moment-là, on est un peu fatigué. Notre rythme sera plutôt cool.

DSCF5558 DSCF5560

On part quand même visiter la ville de Akko, connue pour être l’ancienne Saint Jean d’Acre, capitale du royaume de Jérusalem, au temps des croisées.
Apparemment, même Marco Polo y est passé pour boire un café !
Jolie vieille ville, petites ruelles et shouk, mosquées et marchands de poissons. On erre dans les rues, observant les maisons en pierres, les pavés polis et les remparts.

DSCF5514 DSCF5525 DSCF5544 DSCF5541 DSCF5539 Stitched Panorama Stitched Panorama

On part de Haïfa pour Tel Aviv de bonne heure, en prenant une belle marge (!). On a trop peur que Brice soit fiché « grand bandit-traître d’Iran » et qu’on l’interroge 2 heures à l’aéroport.
Bon, ben en entrant dans la gare de train de Haïfa, Brice se fait contrôler à cause de son Opinel de pique nique de 8cm… Vérification du passeport par un agent de sécurité zélé et abusant bien de son pouvoir. Il est intéressant de préciser qu’il doit y avoir plusieurs dizaines de personnes en armes qui passent les portiques de la gare de Haïfa tous les jours…
On a failli louper le train, mais tout va bien… juste contrariés encore une fois par tant de stupidité et du peu de recul.
Et finalement, le passage des douanes à l’aéroport se fait sans encombre ! Et c’est un peu « mitigés » que l’on part d’Israël…mais aussi soulagés.
Mais si on a vécu certaines « mauvaises » expériences, on a vraiment beaucoup aimé Jérusalem et le désert du Neguev, et on y a  « quand-même » rencontré de belles personnes.

 

Pas Sport Control

Le Ramadan approche et on nous confirme que la vie va prendre un réel autre rythme, avec aussi pour les non-ramadaniens, beaucoup de difficultés à se trouver à manger la journée. On ajoute à cela un bon petit 38°…

Bon, ok, on part un peu à regret, on aimait bien la Jordanie !
Mais ça risque d’être coton de partir le 28 : c’est un samedi, et shabbat il n’y a pas de transport – sauf d’onéreux taxi (+50% les Samedi).
Super, on a trouvé le super plan : un bus fait la liaison directe vers Nazareth ; on arrive en fin d’après-midi pour la fin de Shabbat, ça se goupillerait plutôt bien.

Nous voilà donc à bord d’un superbe bus qui nous permet de relier Amman-Jordanie à Nazareth-Israël, de remonter vers le Jourdain, et de passer la frontière de Sheikh Hussein.

La vallée du Jourdain, même à cette saison, est très très verte ! Après 3 semaines de désert, on retrouve des arbres.

Et voilà la frontière et le poste de contrôle jordaniens.
Tout le bus descend, on ouvre les soutes du bus, on récupère nos bagages.
On est quelques centaines de mètres en dessous du niveau de la mer, il fait 45°, et le soleil tape fort. L’air est hyper chaud, ça pique les yeux.
On passe nos sacs au scanner. Le mec regarde à peine, normal et hop, on récupère nos sacs, et on part les remettre dans la soute.
On rejoint à pied les bureaux pour le coup de tampon de sortie. On s’affranchit de 10 JD (env.11 euros) par personne de taxe de sortie, et un coup de tampon plus tard ; de nouveau : « where are you from – France – Welcome »…sauf que on part (!!!) mais c’est un gentil douanier !
Et hop : nous voilà hors de Jordanie.
On remonte dans le bus, et roule 3 min, et voilà le poste de contrôle israélien.

On récupère nos sacs de la soute, et on fait la queue. Il n’y a qu’une personne au premier contrôle, ça prend donc un peu de temps.
Elle ne sourit pas, nous pose les habituelles questions « pourquoi-qui-quoi-quand-où… » elle regarde bien nos visages, la photo, nos visages, et la photo.
Ok, on peut se diriger vers les scanner à bagages.
Mais, au moment de nous rendre nos passeports, Brice lui lance par reflexe un shoukran
Erreur ! Elle nous arrête, et nous demande de lui redonner nos passeports… Et « Pourquoi vous avez dit shoukran ?…
Euh, la Jordanie est à 3 km et on vient d’y passer 15 jours… » Limite on a dû s’excuser !
Pfff…

Bref, on passe les bagages au scan (on est content, on n’a pas eu à tout vider). Et ensuite, le fameux passport control.

IMG_4260On s’avance ensemble, et hop :
Marion passe au grill-à-questions : qui, quoi, quand, où, comment, pourquoi, …
Le prénom/nom des grands-parents, quelle ville, pourquoi, ah bon, où, …
Il demande si elle a une autre nationalité, un autre passeport… pourquoi on va en Turquie, …
Ouf : Marion reçoit son coup de tampon sur un papier, c’est bon !!!

Et voilà le tour de Brice… et à la question « avez-vous un autre passeport »… On est obligé de répondre oui, les tampons de tout notre voyage sont sur l’autre passeport, avec aussi le visa de certains pays « non-fréquentables » ici…
Et dans cet autre passeport, il y a le visa… de l’IRAN !!!! (en fond : musique de flimne d’horreur !)
Ahlala, quel regard fâché on a eu en lui tendant ce passeport.
Et surtout,lui, a bien bloqué sur le visa iranien…
et là, c’est parti pour 30 min de questions, si Brice connaît des Iraniens, s’il en côtoie encore, s’il a parlé avec des Israéliens, où, pourquoi faire, quand, comment, avec qui, pourquoi, pourquoi et pourquoi… Il fait des blagues sur l’horreur que ça doit être d’avoir été là-bas… Brice rit jaune et est obligé de s’écraser.
On ajoute à cela, le chauffeur de notre bus « Amman-Nazareth » qui vient nous voir au comptoir, pour nous dire qu’il part.
Notre douanier « sympa » nous précise qu’on peut aller s’assoir 2 bonnes heures, il faut vérifier les infos données.

On lui demande tout de même si ça peut pas aller plus vite, et Noam – le douanier – nous répond « Je ne pense pas, mais on est en Terre Sainte, un miracle peut arriver ! » …
A côté de nous, deux américains ont aussi loupé le bus : ils ont pourtant de vraies têtes d’américains, mais travailler pour une mission évangélique au Liban et en Afrique leur a quelque peu porté préjudice.

IMG_0500 IMG_0501

On pense qu’il y a maintenant, un gros WARNING, sur le compte de Brice !
On est libéré !
Noam nous rend donc les passeports de Brice ; et sympa, lui demande s’il souhaite ou pas un beau tampon israélien (pour la collec’ ?) ce que Brice décline poliment (et diplomatiquement).

Donc 19h30 dehors.
IMG_0504Pour parfaire le moment, on est Shabbat. On trouve quand même un taxi qui nous emmène à Bet She’an, la ville d’à côté. De là, on trouve un bus pour Afula, et ensuite un sherut (taxi collectif) pour arriver enfin à Nazareth en milieu de soirée!

Shalom Israël !

Il est 22h quand on arrive chez Ramzi, notre hôte !
Heureusement, la maison troglodyte dans le vieux Nazareth est très chouette…
Et un falafel plus tard, la tension retombe…
D’autant plus que les gens sont trop sympas encore ici !
Bref, on ne se sent pas du tout en Israël, l’arabe est bien plus présent que l’hébreu ; très peu de symboles judaïques… ça doit être ça !!

On passe 2 jours chez Ramzi, dans sa maison toute bricolée perdue dans les ruelles de la vieille ville. On papote longuement sur sa terrasse, en compagnie de ses poissons, oiseaux et chat…et tortues ! On boit du arab coffee à la cardamome, on mange de la pastèque, …
Stitched Panorama photo1IMG_0507 DSCF5506

Ramzi est arabe-chrétien-grec orthodoxe-Israélien. Mais né à Nazareth en 1947, il est né Palestinien.
Il nous raconte Nazareth, les églises de l’Annonciation (parce que selon les catholiques ou les orthodoxes, l’Annonciation n’a pas eu lieu au même endroit, mais quand même à Nazareth !)
Mais Ramzi est avant tout Israélien, et fier de son pays… même si il ne mâche pas ses mots pour le critiquer !

On était contents de se dire qu’on arrivait en Israël un samedi soir, après Shabbat.
On n’avait pas pensé que Nazareth était aussi chrétienne, et donc le dimanche…
… le marché et la ville sont fermés.
(en fait, c’est plus compliqué car si dorénavant il y a plus de musulmans que de chrétiens, et malgré les demandes de modifier le jour chômé du dimanche au vendredi ; ce sont les Chrétiens qui ont eu le dernier mot). Et puis Ramadan s’invitant dans la danse, il n’y a finalement plus trop de vie ce dimanche. Et une fois les deux églises de la ville visitées, il n’y a pas grand choses à faire.

DSCF5466 DSCF5471 Stitched Panorama DSCF5487

Heureusement, le second jour, on rencontre Carlos à la maison, un Mexicain qui voyage un peu et se cherche beaucoup.

DSCF5501

On profitera de l’occasion assister au match Mexique-Hollande, et partager de jolies conversations sur la vie, les rencontres, les voyages…
Et comme il nous aime bien lui aussi, on a maintenant dans nos bagages, un maillot de foot du Mexique !
C’est une jolie rencontre !

 

Pas de jambon à Mitzpe Ramon

Notre aperçu du désert à Massada nous a donné envie d’en voir plus !
Nous partons donc de Jérusalem pour Mitzpe Ramon, une ville de 5000 habitants perdue au milieu du désert du Negev. Au pied d’un immense cratère de 40km de long, et 8km de large.

DSCF4737 DSCF4704 DSCF4713

On se trouve un joli coin pour dormir, dans une tente bédouine au bord du canyon. En face de nous, c’est la Jordanie.
Et devant nous, un désert s’ouvre.

IMG_9919 Nos 2 nuits ici, dans un silence absolu et sous une pleine lune lumineuse, nous font vraiment apprécier notre séjour.

On profitera d’un réveil bien matinal à 5h pour partir marcher dans le canyon.
Les roches sont de toutes les couleurs, ocre, rouge, orange, violet, noir, brun… On randonne durant 4h, chaque caillou étant plus joli que le précédent, et devant nous, la vallée du cratère.
On est tout seul, pas un bruit, pas un arbre.
Juste cette immensité.

DSCF4750 Stitched Panorama IMG_9983 IMG_9977 DSCF4793 DSCF4798 DSCF4806 DSCF4807 DSCF4777DSCF4805

On fait du stop pour remonter. Il est 10h quand on arrive à la tente.
Une douche et sieste.
Et rien de la journée.
On attend juste que la température baisse. Il fait plus de 40°…

On passera la soirée à papoter. Lido, le mec du camp, vient se joindre à nous, et nous offre un verre de vin (woué !).
C’est une jolie soirée, de partage et de découverte.
Marion l’Allemande, Brice le Tourangeau, et nous deux. Deux Brice, Deux Marion… 4 voyageurs.
Nous voilà tous les 5, assis sous la tente, pleine lune et coucher de soleil…
IMG_9969

Le rendez-vous est pris avec Brice pour tenter de se retrouver à Pétra.
Et avec Marion, juste un amical au revoir et bonne route.
Mais c’était sans savoir qu’un chauffeur de bus nous laisserait au bord de la route… à suivre !

Hébron et bron petit patapon !

Après notre passage à Bethléem, on avait bien envie d’approfondir le sujet et découvrir un peu plus la Cisjordanie.

DSCF4608

On est donc allé faire un tour à Hébron, troisième ville d’un pays qui n’existe pas…
On pensait en avoir terminé avec les villes « coupées » en deux ; mais Hébron fait bien tristement et honteusement partie de ce club fermé.
Hébron est la seule ville (avec Jérusalem-Est) à posséder des colonies au cœur même de la ville… ce qui crée certaines tensions bien palpables !
La ville devrait normalement être entièrement administrée par les Palestiniens (zone A) ; mais les zones de la vieille ville, et toute la partie Est sont en fait sous contrôle israélien.

201108_hebron_map_eng_001Stitched Panorama

L’attraction principale à Hébron, c’est le Tombeau des Patriarches (Abraham et Sarah, Isaac et Rebecca, Jacob et Léa, et même Adam et Eve !) qui a la bonne idée d’être lieu saint à la fois des Juifs et des Musulmans.
Là encore, on sent que ça ne pouvait que mal tourner…
Le bâtiment (qui date d’Hérode) est séparé en deux, avec pour chacune des confessions un accès aux tombes par une petite fenêtre. Il y a même une cloison en plexiglass pour empêcher les uns et les autres de se jeter des objets dessus !

IMG_9895 IMG_9896 DSCF4655 IMG_9894 IMG_9900 Stitched Panorama

Depuis la seconde Intifada, Israël a décidé de fermer quasiment l’intégralité des rues de la vieille ville ainsi que la plupart des boutiques.
Dans les faits, la rue du marché a été condamnée (les accès murés, les échoppes vidées…) ; les Palestiniens venant de l’Ouest (du centre-ville) doivent passer par une unique ruelle, longeant désormais des colonies.

IMG_9872 DSCF4630 IMG_9871 Stitched Panorama DSCF4693 DSCF4692 DSCF4686

Des grillages et des filets sont tendus entre les maisons au-dessus de la rue. Ils sont recouverts d’immondices et de pierres jetés par les colons afin de décourager les Palestiniens qui voudrait se rendre de l’autre côté de la vieille ville et vers la mosquée d’Ibrahim (4ème lieu saint de l’Islam).

Stitched Panorama DSCF4629 DSCF4628

Cette ruelle débouche sur un checkpoint que tout le monde doit passer ; nous sommes seuls, mais le soldat en charge du checkpoint prend son temps pour débloquer le tourniquet. On attend, il nous voit, on attend, personne ne peut rien dire, on attend… nous avons tous les deux, déjà le désagréable sentiment que l’on se moque de nous… Que-ce que cela doit être quand les Palestiniens veulent passer…

En se baladant dans ces ruelles, on nous dit « welcome » 10 fois, avec de grands sourires. Il faut dire qu’on n’a pas croisé beaucoup de touristes… !
On rencontre Ayman, un jeune Palestinien, membre actif d’une association Hebron Peace Center. On passera 3h avec lui, à découvrir cette ville, aujourd’hui pleine de conflits…
Ce centre-ville fantôme, où la vie semble avoir disparue… Des barbelés, des postes de contrôle, des rues où les Palestiniens interdiction d’aller (mais les colons et nous si !!), des caméras, des militaires, …
DSCF4649

DSCF4648 DSCF4641 DSCF4642 DSCF4644 IMG_9878 DSCF4640 IMG_9876 DSCF4631 DSCF4633

Un dernier checkpoint nous permet de rejoindre la partie Est de la vieille ville. Normalement sous contrôle Israélien; cette zone est laissée à l’abandon. C’est là bas que se trouve le local de l’association d’Ayman.IMG_4133 DSCF4647IMG_9883

On repasse ce checkpoint avec lui, on lui garde ses papiers pendant 5min…juste comme ça, alors qu’il passe par le même checkpoint au moins 3 fois par jour…Ils le connaissent…
…ça ressemble à une mauvaise blague…

DSCF4661

Un métallier, dont la boutique se trouve derrière le checkpoint, doit faire passer ses plaques de tôle une par une, à travers les grilles du tourniquet… Les soldats ne lui ouvrent pas de porte pour lui faciliter la tâche… Et Ayman le voit, lui aussi, tous les jours faire ça…

Il nous accompagne plus tard pour visiter la mosquée, mais ne peut passer de l’autre côté pour nous accompagner voir la synagogue.
De nouveau un checkpoint : passeport, et « est-ce qu’on porte une arme », d’où on vient, notre confession religieuse…
Avant 1999, Juifs et Musulmans priaient au même endroit, dans ce même bâtiment, aujourd’hui coupé en deux par une cloison.
Depuis la partie synagogue, on aperçoit Ayman…
DSCF4671 DSCF4664

Alors certes, on est allé à Hébron, en bus arabe depuis Jérusalem (avec un papy sympa et son petit-fils).

IMG_9908On n’a pas pris le bus « des colons », et nous ne sommes pas vraiment allés nous promener du côté des colonies…
Notre regard est donc orienté.
Mais, l’humiliation et la dégradation que subissent les Palestiniens, ici, à Hébron, est pour nous, blessante à observer… Ils sont au cœur d’une bataille psychologique..
On aura montré 5 fois notre passeport et répondu à quelques questions à chaque passage. Mais ça n’a duré qu’une journée.
Eux, c’est tous les jours. Et autour de la Mosquée/Synagogue et dans la vieille ville, il n’y a pas moins de 22 checkpoints..
Quelle tristesse : on a déjà envie de nous révolter, alors on comprend qu’il y en ait qui pètent parfois les plombs.

On revient à Jérusalem, on est content d’être là. Et gêné de se sentir bien dans cette ville.
On a le cœur lourd, mal à l’aise comme au réveil d’un mauvais cauchemar.
Hébron ne semble pas réel, cette situation…
On n’est pas dans le même pays… C’est triste…

DSCF4699

Comme un bouchon

IMG_9694 IMG_9854

Après cette belle semaine à Jérusalem et notre escapade à Bethléem, on se dirige vers Massada, au bord de la Mer Morte (-427m).

On se prend une nuit dans l’auberge de jeunesse au pied de Massada (ancien village juif en 72 ap. JC) qui a résisté à l’invasion des Romains pendant plusieurs mois, avant de se suicider collectivement… bref, nous on trouve que c’est un peu le village des Gaulois entouré de Babaorum, Petit Bonhomme…).
Donc, Massada est située sur un plateau à 60m d’altitude, soit 487m au-dessus de la Mer Morte qu’elle domine.
Rien autour de l’auberge, rien à faire d’autre donc que de se délasser dans la piscine… Va pour la piscine alors !

On décide d’un réveil à 4h15 du matin pour voir le lever du soleil depuis là-haut.

DSCF4497On est une dizaine de lève-tôt de l’auberge à faire ça, et ça donne une ambiance assez surréaliste, lampe de poche à la main et sac à dos.
On démarre notre ascension à 4h30. Il doit faire 25/30°… il fait nuit.
Et après une grosse demi-heure de montée…silence…
Le soleil fait doucement son apparition, tranquillement, somptueusement.
Par-dessus les montagnes de Jordanie et révélant la Mer Morte,… c’est magique.

DSCF4498 IMG_9747 DSCF4506 IMG_9766

On fait le tour du plateau de « la ville ». C’est fou. Ils s’étaient installés là-haut, au « presque » milieu du désert, au bord d’une Mer trop salée !
Et les Romains devaient être sacrement hargneux pour vouloir tant conquérir ce village. C’est tellement haut et loin de tout !

IMG_9774 DSCF4531 DSCF4544 IMG_9801 DSCF4552 DSCF4556 Stitched Panorama Stitched Panorama Stitched Panorama DSCF4563 DSCF4551

Il est 7h quand on redescend. Et il fait trop chaud !
Douche, et petit déj’ à l’auberge, et on prend un bus pour aller flotter dans la Mer Morte…

Ah… La Mer Morte !
Ça fait 10 jours qu’on en parle, et qu’on a hâte !
Ça fait 10 jours que Marion fait attention à ses doigts, et où elle met ses pieds pour éviter de se couper ou blesser… !
On y arrive par un joli soleil de 41°C à l’ombre !
La plage n’est pas très jolie, mais la Mer Morte est à nos pieds.
On voit 3 personnes, déjà dans l’eau. Et on trouve ça déjà génial de les voir flotter.
On se demande, un peu inquiet, si ça va fonctionner pour nous aussi ! Va-t-on flotter !?

Et bien oui ! Et c’est fou !
IMG_9839 IMG_9835 IMG_9826 IMG_9830 IMG_9825On se retrouve rapidement déstabilisé sur le dos, nos pieds, fesses, dos remontent tout seul.
On tente de  goûter l’eau de la pointe de la langue, Beurk ! C’est HORRIBLE !
Ça pique, c’est même plus du sel à ce stade-là ! C’est plus salé que l’eau la plus salée qu’on peut imaginer ; et avec en plus une poignée de minéraux dedans. (27% de sels au lieu de 2 ou 4% habituellement !)
2 gorgées d’eau (douce) plus tard, on reprend notre flottaison !
Quand notre corps part « la tête » en avant, c’est tout qui remonte en arrière…
On se sent comme un bouchon sur l’eau.
C’est étrange, et léger, et agréable, et surprenant.

L’eau a une texture « grasse », les cailloux du bord de la plage sont recouverts d’une épaisse couche de sel, et on sent parfois de petits picotements sur la peau.
Mais on flotte !
On barbotte finalement un moment, puis douche (archi nécessaire !).

Et on se retrouve au bord de la route, à midi, par 41°C à attendre notre bus pour Jérusalem !
… !

DSCF4592 IMG_9849

C’était 2 jours plus légers, un peu loin des contrôles et barrières du pays, deux jours de « uikend ».
Ça redonne des bonnes forces !

Mais quand même, on s’est baigné dans la Mer Morte !

Une Crêche en béton

On décide, jour de Shabbat de partir visiter Bethléem, en Cisjordanie. La ville se trouve à seulement 30min en autobus, mais elle est « de l’autre côté »…

La Cisjordanie est divisée en 3 zones :
– les zones A (17% du territoire), sous contrôle civil et militaire palestinien (et Bethléem en fait partie). Le gouvernement israélien déconseille fortement ses ressortissants d’y aller. Notre hôte parano de Tel Aviv nous affirmait même « qu’un milliard de personnes » l’attendait pour le tuer.
– les zones B (24% du territoire), sous contrôle civil palestinien, mais sous contrôle militaire israélien
– les zones C (59% du territoire), sous contrôle civil et militaire israélien. Cette zone comprend le réseau routier qui traverse la Cisjordanie ; ainsi les Palestiniens ne sont pas totalement libres de circuler dans leur territoire occupé.

On se retrouve donc, à la sortie du bus, à Bethléem en zone « dangereuse ».
IMG_9655On se balade dans les ruelles de la vielle ville. C’est jour de marché et des tas de gens vendent fruits, légumes, chaussures et « vrac » !
C’est une immersion en territoire palestinien, riche en couleurs. Ça sent bon le shawarma, les falafels, la menthe fraîche…
IMG_9605 IMG_9597 DSCF4438 IMG_9606 IMG_4114 IMG_9610
On part, comme tout le monde, visiter la Basilique de la Nativité, dans laquelle Jésus serait né. Pas de bol, elle est en travaux : on y refait le toit. Du coup, c’est un dédale d’échafaudage que l’on voit, et il y a beaucoup de monde dont des Russes qui nous bousculent.
Mais bon, la « boucle est bouclée ». On a vu au Saint Sépulcre la tombe de Jésus, on voit ici, la Crèche !
DSCF4435

On continue de se balader… Pas non plus grand-chose à voir…
On serait bien allés voir le « mur », on sait qu’il y a de beaux graffiti d’artistes… mais on a peur de l’effet pervers que cela pourrait avoir…
Finalement, on rencontrera un chauffeur de taxi hyper sympa (Naif de son prénom !) pour faire un petit tour de la ville, en passant par le mur…
Au-delà des graffiti d’artistes (Bansky et JR, pour les plus connus), ce mur reste un élément très violent dans le paysage.
On ne fera pas de politique : on est simplement observateur d’un mur en béton en pleine ville, haut de plus de 10m, surélevé de barbelé, et avec des miradors tous les 200m.
Et ça marque radicalement la ville. Le paysage. Les montagnes. Les gens.
Stitched Panorama DSCF4446 IMG_9645 IMG_9644 IMG_9643 IMG_9632 DSCF4448 IMG_9637 IMG_9639

On passe par le camp de réfugiés de De Eisha ; après 60 ans, le camp s’est bien sédentarisé, et ressemble à une vraie ville… alors que les colonies grandissent derrière le mur.
DSCF4462 DSCF4460

Naif nous raconte, nous explique. On s’entend bien avec lui, il s’entend bien avec nous. Il est content que nous nous intéressions tant à son pays; que l’on aille voir autre chose que la crêche; et à plusieurs reprise, il nous dira que c’est bien que nous voyions comment c’est, qu’il faudra le raconter une fois rentrés en France.
Et puis, on s’arrête, on discute et silence…
On se retrouve au niveau de la Montagne du Paradis (Hérodium), et on observe le paysage. Les colonies juives dont les terrains sont « offerts » pour favoriser l’implantation des juifs en Cisjordanie, les kibboutz, le désert, la Jordanie au loin, la Mer Morte, Bethléem, Jérusalem au fond… C’est beau !
IMG_9671 DSCF4464 IMG_9670

Jérusalem est à quelques kilomètres d’ici… mais les Cisjordaniens ne peuvent pas y aller… pour rentrer, il nous déposera au checkpoint… nous on passe sans problème…

En en discutant le soir même avec nos amis hiérosolymitains (de Jérusalem !), on s’est aperçu que malgré leur grande ouverture d’esprit et leur liberté d’expression ; ils ne sont jamais allés « de l’autre côté » ; ils ont peur aussi, ils ont honte beaucoup… mais finalement, même aller à Bethléem ou monter sur le Mont du Temple apparait comme un blocage. Alors qu’ils sont allés se perdre à cheval à l’autre bout de la Mongolie, ou en Russie pendant 3 mois, ils n’arrivent pas à prendre le bus 21 pour Bethléem…

Rien n’indique pourtant « sur leur visage » qu’ils sont plus Israéliens que nous…

On arrivait à Bethléem avec l’image en tête d’une jolie crèche, d’un âne et de 3 mages… On en repart avec un celle d’un mur en béton et du checkpoint…

IMG_9653

Jérusalem – Verso

Au bout du quatrième jour ici, on décide de se balader dans Mea Shearim, le quartier des Juifs ultra-orthodoxes de Jérusalem (on les appelle les haredim).

IMG_9538

On découvre des maisons aux balcons recouverts de tôles, de planches de bois. Tout semble fait pour se cacher (ou se barricader peut-être). C’est une sorte de ghetto. On a l’impression que le temps s’est arrêté il y a 100 ans.

IMG_9539 IMG_9533 IMG_9532 IMG_4095 IMG_9524 IMG_4079 IMG_4082 IMG_9533Les hommes portent de grands manteaux noirs (bekeshes), chaussures et pantalons courts, noirs aussi. Le grand chapeau noir (quand ça n’est pas le schtreimel, large chapeau cylindrique recouvert de fourrure), les payos encadrant le visage et crâne rasé sur le dessus.
Dommage qu’ils n’aient pas tentés la nouvelle collection printemps-été 2014…!
Les femmes, se doivent aussi d’être rasées mais portent des perruques dans la rue, on ne comprend toujours pas la logique. Elles poussent leurs poussettes entourées de 3, 4, 5 enfants (voire plus!)… rasés et payos pour les garçons, jupes longues-collants pour les filles…
IMG_4070

IMG_4108 IMG_9590 IMG_9522 IMG_4091On voit des affiches stipulant que les femmes doivent descendre du trottoir quand elles croisent un homme, qu’elles doivent s’habiller modestement sous peine d’être punies, ou ne pas parler en présence d’un homme…

IMG_9540 IMG_4087 DSCF4376

Les hommes ne travaillent pas : il étudie la Torah, et les petits garçons sortent du système scolaire dès 13 ans pour l’étudier également.
Avec un très fort taux de natalité, les Haredim déstabilisent la démographie d’Israël et coûtent cher à l’état.
Le gouvernement essaye d’enrayer cette excès d’intégrisme, de discrimination (séparation dans les bus ; les « ultra » refusent de faire leur service militaire pour ne pas être sous les ordres de femmes…etc…)… les Haredim sont anti sionistes et très peu appréciés par la population israélienne.

Ça donne une triste image de la religion ; et finalement, ces petits bonshommes en noir qu’on voyait se dandiner devant le Mur des Lamentations nous font moins sourire…

Et après avoir passé un peu de temps ici, on voit aussi que cette cohabitation reste fragile et ça se ressent en se baladant dans les ruelles de la vieille ville. La police reste très présente, et lourdement armée, on entend le ton qui monte de temps en temps…
Les israéliens, à 18 ans, partent tous en service militaire : 2 ans pour les filles, 3 pour les garçons, au moins… Un âge tout à fait adéquat pour enseigner la peur de l’autre.
On croise donc très souvent de jeunes en kaki, avec un fusil en bandoulière; avoir un pistolet à la ceinture n’est pas rare. Au début ça surprend, ça choque même… puis comme tout le reste : on s’habitue.

DSCF4313 DSCF4308 DSCF4236 IMG_9469 IMG_4072

Sur le mont du Temple, un groupe de Juifs est venu visiter le site. Il est entouré de militaires, et des échauffourées éclatent avec un groupe de Musulmans. On pensait pourtant que ces Juifs devaient être suffisamment ouverts pour venir ici, puisque la Torah interdit formellement aux Juifs de monter sur le mont, de peur de fouler le Saint des Saints.
DSCF4299Les Musulmans n’ont pas libre accès au Mont du Temple ce qui fait que le ton monte parfois avec les forces de police israélienne qui en gardent l’accès.
Ainsi pour maintenir le statu quo et éviter tout débordement; seuls les Musulmans ont accès au Dôme du Rocher et à la mosquée Al Aqsa; dommage pour nous.
Les Juifs se rendant au Mur des Lamentations doivent traverser le quartier musulman, créant parfois des tensions avec les ultra-orthodoxes (les men in black). Un regard, des gestes, quelques mots…

Et quand finalement, même au sein du christianisme, on voit que les différents courants ne savent pas s’entendre (exemple de la clé du Saint Sépulcre, gérée par une famille musulmane), on se dit que c’est pas gagné.

…Autre petite anecdote arrivée à Brice au pied du Mur des Lamentations : à deux reprises, il s’est permis de lancé un poli « Shalom » à certains regards insistants. Les hommes viennent alors lui demander s’il est Juif, il répond que non… et les hommes partent sans rien dire.

A errer dans les rues, à observer ces embriquements, cette cohabitation,… on comprend qu’une minorité rend les choses compliquée, que tout est trop compliqué, et qu’ils n’arriveront sûrement jamais à s’entendre…

Et dire qu’Israël avait été fondé par des laïcs… !

Ce post est beaucoup moins léger que les précédents, mais ça reste aussi une réalité ici, et pas besoin de gratter pour la voir…!

Jérusalem – Recto

Rien que le nom résonne et nous émeut. Et, à la sortie du train, c’est déjà ce que l’on ressent : on est à JERUSALEM.
C’est ici que TOUT commence. L’histoire, les religions, les ententes et les conflits, …
C’est ici que les mythes rencontrent l’Histoire.
Tout est empilé, en strates, les gens, la ville, les pierres… et depuis si longtemps.

DSCF4408La Palestine dans son ensemble (Israël + Territoires occupés) est complexe.
Jérusalem en est la quintessence.
Et dans notre « tour du monde des villes coupées en deux » après Sarajevo et Nicosie ; Jérusalem arrive sur le podium.
Divisée en deux parties ; Jérusalem Ouest capitale de l’état d’Israël, Jérusalem Est aux consonances arabes fait partie des Territoires Palestiniens.
La vieille ville de Jérusalem se trouve dans la partie palestinienne et est, elle-même, séparée en 4 quartiers : arménien, juif, chrétien et musulman (le plus gros) et tout ce monde cohabite plus ou moins bien. Les frontières ne sont pas explicites, mais on comprend assez vite que le mélange ne se fait pas trop…

Pfff, on ne sait pas par où commencer…
On va dire que la vieille ville de Jérusalem, c’est un labyrinthe de petites ruelles, qui montent et descendent, des marches, de vieux pavés polis par le passage des gens au cours des siècles…

IMG_9308 DSCF4421 DSCF4083 DSCF3996 DSCF3994 DSCF3992 IMG_9461 IMG_9472 IMG_9345

IMG_9403 IMG_9312 IMG_9326 IMG_9482

Des églises, des mosquées, des synagogues. Du houmous, des falafel, des baklawa. Des kipa souvenirs, des croix sculptées, des mains de Fatma….souvent vendus sur le même étal.

C’est un lieu saint, qui abrite les 3 sites majeurs des 3 grosses religions monothéistes :
– le Saint-Sépulcre (tombeau du Christ)
– le Mur des Lamentations (et emplacement du Second Temple)
– le Dôme du Rocher et Mont du Temple

DSCF4018 IMG_9276 IMG_9364Au même endroit, sur la même montagne, au milieu du même désert, tous ces « héros » historiques, divins, religieux, se sont « comme par hasard !» retrouvés ici.. !  Et après ils veulent nous faire croire qu’ils n’ont pas le même Dieu ?!

On reste impressionnés et parfois « choqués » de la ferveur des croyants, et ce quelle que soit la religion. Chacun lit ses propres prières, embrassant son propre Livre et se balançant d’avant en arrière. Que ce soit devant le mur des Lamentations, ou à l’endroit où l’on aurait retrouvé la « vraie » croix de Jésus. On voit des gens en larmes, embrassant, et touchant les édifices, la pierre sur laquelle Jésus aurait été décloué… Dans la rue, à certaines stations du chemin de croix de la via Dolorosa, des groupes entiers de touristes chantent en se tenant la main. Des groupes de gens, venus du monde entier, pour « retrouver » les traces de Marie, l’unique, …
C’est chargé…

Mais c’est aussi compliqué rien qu’au sein du Saint-Sépulcre, partagé entre Catholiques, Grecs Orthodoxes, Coptes, …et comme ils ne savent pas s’entendre, les clefs de l’église sont entre les mains d’une famille musulmane !
C’est aussi à Jérusalem que se trouve le tombeau du Roi David situé « comme par hasard ! » sous la chapelle dans laquelle La Cène se serait déroulée.
Jérusalem, c’est le Mont du Temple, qui est gérée par les WAFQ, une organisation militaire et religieuse jordanienne, et où se trouve le Dôme abritant le Rocher qui est « comme par hasard ! » à la fois la Pierre de Fondation vénérée par le Juifs ET l’emplacement d’où le prophète Mahomet serait parti au paradis.
Jérusalem, c’est le Mur des Lamentations construits avec des pierres de l’époque d’Hérode, puis des Mamelouks, des Croisées, des Arabes…

DSCF3998 Stitched Panorama IMG_9281 DSCF4328 DSCF4327 DSCF4320 DSCF4317 DSCF4077 DSCF4070 IMG_9409 IMG_9410 IMG_9463 IMG_9390 IMG_9434 IMG_9441 IMG_9444 IMG_9453 DSCF4272

On passe des heures à regarder les gens au Mur des Lamentations et on réussit enfin, au bout de 3 fois, à rentrer sur le Mont du Temple.
Cet endroit est fou, et dégage une puissance qui nous a laissé bouche bée.

Pour le reste du centre-ville, on découvre une ville aux grandes avenues, boutiques, et tram. Resto’, bars, des quartiers bobo, le marché de Mahane Yehuda qui sent bon les épices, les olives, les fruits et légumes et où les gens se bousculent.

DSCF4358 DSCF4357 DSCF4361 DSCF4373 IMG_4106 DSCF4404 DSCF4387 DSCF4374 IMG_9515 Un beau marché, où vendredi matin, tout Jérusalem vient préparer Shabbat!
Jérusalem est moins branchouille que Tel Aviv, les gens plus chaleureux aussi… et notre avis est aussi partagé par les locaux !
La ville est plus sympa.
On a aussi rencontré plus de gens sympas ; notamment nos hôtes ! Yaeli et Ido ; on a été leurs coloc’ au cours de cette semaine à Jérusalem.
Très ouverts, on a bien papoté sur Israël, leurs voyages, notre situation, leur situation, le futur de la Terre Promise… La veille de Chavouot, Yaeli nous a conviés à dîner avec ses amies, et ça nous réconcilie avec l’accueil des gens ici.

Et on a même été invités au repas de Shabbat, dans la famille d’Ido.
Attablés avec toute la famille (sa maman est Française) parents, frères, sœur, neveux et nièces…et nous ! On est accueilli simplement, tout naturellement ; encore une fois on se dit que les gens nous aiment bien !
On va vivre le cérémonial du Kabalat Shabbat, le pain tressé, le vin, le gefilte-fische, les kneidlers (dégustée avec beaucoup d’émotions par Marion, qui redécouvre celles de sa grand-mère…), et poulet, viandes, légumes, salades,…
Et chants, et prière etc…
On fait attention de ne pas éteindre la lumière en sortant des toilettes, et heureusement que le lave-vaisselle est branché sur un programmateur de prise électrique !
Bref, c’est une jolie soirée, qu’on est heureux de vivre et partager.
Pas de photos de nos convives bien sûr…

Jérusalem est un lieu plein d’attraction, un lieu magnétisant. On a envie d’y rester et continuer à y déambuler, d’y revenir. S’imprégner de cette Histoire, du Lieu, des lieux. On est comme aimantés… Et depuis les toits de la ville, Jérusalem se déploie devant nous, sur fond de chant du muezzin, ou des cloches qui sonnent…
Et le temps s’arrête…

DSCF4217 DSCF4190 DSCF4186 DSCF4184 DSCF4182 Stitched Panorama DSCF4241 DSCF4117 DSCF4227 Stitched Panorama IMG_9584

On a pris une claque d’émotions… Et on y reviendra, on est sûr !
Et comme l’a dit Guy Delisle dans ses Chroniques de Jérusalem* : « Merci Dieu de nous avoir fait athées ! »
En étant si proche les uns des autres, pourquoi n’ont-ils pas réussi à s’entendre !
Les vieux papys musulmans portent des « kipas », les bonnes-sœurs sont voilés, et les Juifs ultra-orthodoxes portent des barbes comme les popes !

IMG_9486

  • BD qu’on a relu avec plaisir, d’autant plus qu’on s’y est souvent retrouvé.
    A lire sans hésitation.

Note 1 : apparition d’un nouvel onglet plébicité : les comptes du voyage

* שלום ישראל

IMG_9139

Notre vision de Tel Aviv peut être un peu biaisée car nous ne l’avons pas vécue dans de superbes conditions.
Tout d’abord, il y a notre hôte sur lequel nous passerons vite fait.
Un type pas forcément méchant mais qui ne prenait pas soin ni de sa maison, ni de lui-même… et donc pas trop non plus de ses invités. Un mec un peu parano, et raciste… et puis, lui pas sympa quoi… pas pro actif… Bref, un moment raté pour nous.
Et puis on arrive jeudi soir, et le lendemain du jeudi en Israël comme partout, il y a le vendredi et à partir du milieu de l’après-midi tout commence à fermer. C’est le début de Shabbat !

IMG_4007 1a 1b 2a 2b IMG_9156 IMG_9152 DSCF3895 IMG_9209 Plus de transport en commun (enfin certains Sherout, des taxis collectifs, mais pas pour toutes les lignes et ça, on ne le savait pas non plus !), les resto’, les bars (c’est un peu moins le cas à Tel Aviv), les magasins, les musées … et Samedi – jour de Shabbat – c’est le block-out total. Ce qui est assez agréable puisqu’il y a très peu d’autos dans les rues… Mais ce n’était pas super fun pour découvrir la ville, et ses habitants !

Donc vendredi, on s’est bien baladés dans le « centre-ville » de Tel Aviv, voyant progressivement la ville s’éteindre. On s’est fait un petit resto « spécialité Houmous »… se retrouvant chacun avec une assiette creuse remplie à raz-bord de Houmous, d’un œuf dur et de 3 pois chiches « flottants ». Bien calés pour la fin de journée (et peut-être même lelendemain..), on a finalement pas mal vadrouillé dans la ville.

DSCF3817 DSCF3812 DSCF3811 DSCF3798 DSCF3786