Pas Sport Control

Le Ramadan approche et on nous confirme que la vie va prendre un réel autre rythme, avec aussi pour les non-ramadaniens, beaucoup de difficultés à se trouver à manger la journée. On ajoute à cela un bon petit 38°…

Bon, ok, on part un peu à regret, on aimait bien la Jordanie !
Mais ça risque d’être coton de partir le 28 : c’est un samedi, et shabbat il n’y a pas de transport – sauf d’onéreux taxi (+50% les Samedi).
Super, on a trouvé le super plan : un bus fait la liaison directe vers Nazareth ; on arrive en fin d’après-midi pour la fin de Shabbat, ça se goupillerait plutôt bien.

Nous voilà donc à bord d’un superbe bus qui nous permet de relier Amman-Jordanie à Nazareth-Israël, de remonter vers le Jourdain, et de passer la frontière de Sheikh Hussein.

La vallée du Jourdain, même à cette saison, est très très verte ! Après 3 semaines de désert, on retrouve des arbres.

Et voilà la frontière et le poste de contrôle jordaniens.
Tout le bus descend, on ouvre les soutes du bus, on récupère nos bagages.
On est quelques centaines de mètres en dessous du niveau de la mer, il fait 45°, et le soleil tape fort. L’air est hyper chaud, ça pique les yeux.
On passe nos sacs au scanner. Le mec regarde à peine, normal et hop, on récupère nos sacs, et on part les remettre dans la soute.
On rejoint à pied les bureaux pour le coup de tampon de sortie. On s’affranchit de 10 JD (env.11 euros) par personne de taxe de sortie, et un coup de tampon plus tard ; de nouveau : « where are you from – France – Welcome »…sauf que on part (!!!) mais c’est un gentil douanier !
Et hop : nous voilà hors de Jordanie.
On remonte dans le bus, et roule 3 min, et voilà le poste de contrôle israélien.

On récupère nos sacs de la soute, et on fait la queue. Il n’y a qu’une personne au premier contrôle, ça prend donc un peu de temps.
Elle ne sourit pas, nous pose les habituelles questions « pourquoi-qui-quoi-quand-où… » elle regarde bien nos visages, la photo, nos visages, et la photo.
Ok, on peut se diriger vers les scanner à bagages.
Mais, au moment de nous rendre nos passeports, Brice lui lance par reflexe un shoukran
Erreur ! Elle nous arrête, et nous demande de lui redonner nos passeports… Et « Pourquoi vous avez dit shoukran ?…
Euh, la Jordanie est à 3 km et on vient d’y passer 15 jours… » Limite on a dû s’excuser !
Pfff…

Bref, on passe les bagages au scan (on est content, on n’a pas eu à tout vider). Et ensuite, le fameux passport control.

IMG_4260On s’avance ensemble, et hop :
Marion passe au grill-à-questions : qui, quoi, quand, où, comment, pourquoi, …
Le prénom/nom des grands-parents, quelle ville, pourquoi, ah bon, où, …
Il demande si elle a une autre nationalité, un autre passeport… pourquoi on va en Turquie, …
Ouf : Marion reçoit son coup de tampon sur un papier, c’est bon !!!

Et voilà le tour de Brice… et à la question « avez-vous un autre passeport »… On est obligé de répondre oui, les tampons de tout notre voyage sont sur l’autre passeport, avec aussi le visa de certains pays « non-fréquentables » ici…
Et dans cet autre passeport, il y a le visa… de l’IRAN !!!! (en fond : musique de flimne d’horreur !)
Ahlala, quel regard fâché on a eu en lui tendant ce passeport.
Et surtout,lui, a bien bloqué sur le visa iranien…
et là, c’est parti pour 30 min de questions, si Brice connaît des Iraniens, s’il en côtoie encore, s’il a parlé avec des Israéliens, où, pourquoi faire, quand, comment, avec qui, pourquoi, pourquoi et pourquoi… Il fait des blagues sur l’horreur que ça doit être d’avoir été là-bas… Brice rit jaune et est obligé de s’écraser.
On ajoute à cela, le chauffeur de notre bus « Amman-Nazareth » qui vient nous voir au comptoir, pour nous dire qu’il part.
Notre douanier « sympa » nous précise qu’on peut aller s’assoir 2 bonnes heures, il faut vérifier les infos données.

On lui demande tout de même si ça peut pas aller plus vite, et Noam – le douanier – nous répond « Je ne pense pas, mais on est en Terre Sainte, un miracle peut arriver ! » …
A côté de nous, deux américains ont aussi loupé le bus : ils ont pourtant de vraies têtes d’américains, mais travailler pour une mission évangélique au Liban et en Afrique leur a quelque peu porté préjudice.

IMG_0500 IMG_0501

On pense qu’il y a maintenant, un gros WARNING, sur le compte de Brice !
On est libéré !
Noam nous rend donc les passeports de Brice ; et sympa, lui demande s’il souhaite ou pas un beau tampon israélien (pour la collec’ ?) ce que Brice décline poliment (et diplomatiquement).

Donc 19h30 dehors.
IMG_0504Pour parfaire le moment, on est Shabbat. On trouve quand même un taxi qui nous emmène à Bet She’an, la ville d’à côté. De là, on trouve un bus pour Afula, et ensuite un sherut (taxi collectif) pour arriver enfin à Nazareth en milieu de soirée!

Shalom Israël !

Il est 22h quand on arrive chez Ramzi, notre hôte !
Heureusement, la maison troglodyte dans le vieux Nazareth est très chouette…
Et un falafel plus tard, la tension retombe…
D’autant plus que les gens sont trop sympas encore ici !
Bref, on ne se sent pas du tout en Israël, l’arabe est bien plus présent que l’hébreu ; très peu de symboles judaïques… ça doit être ça !!

On passe 2 jours chez Ramzi, dans sa maison toute bricolée perdue dans les ruelles de la vieille ville. On papote longuement sur sa terrasse, en compagnie de ses poissons, oiseaux et chat…et tortues ! On boit du arab coffee à la cardamome, on mange de la pastèque, …
Stitched Panorama photo1IMG_0507 DSCF5506

Ramzi est arabe-chrétien-grec orthodoxe-Israélien. Mais né à Nazareth en 1947, il est né Palestinien.
Il nous raconte Nazareth, les églises de l’Annonciation (parce que selon les catholiques ou les orthodoxes, l’Annonciation n’a pas eu lieu au même endroit, mais quand même à Nazareth !)
Mais Ramzi est avant tout Israélien, et fier de son pays… même si il ne mâche pas ses mots pour le critiquer !

On était contents de se dire qu’on arrivait en Israël un samedi soir, après Shabbat.
On n’avait pas pensé que Nazareth était aussi chrétienne, et donc le dimanche…
… le marché et la ville sont fermés.
(en fait, c’est plus compliqué car si dorénavant il y a plus de musulmans que de chrétiens, et malgré les demandes de modifier le jour chômé du dimanche au vendredi ; ce sont les Chrétiens qui ont eu le dernier mot). Et puis Ramadan s’invitant dans la danse, il n’y a finalement plus trop de vie ce dimanche. Et une fois les deux églises de la ville visitées, il n’y a pas grand choses à faire.

DSCF5466 DSCF5471 Stitched Panorama DSCF5487

Heureusement, le second jour, on rencontre Carlos à la maison, un Mexicain qui voyage un peu et se cherche beaucoup.

DSCF5501

On profitera de l’occasion assister au match Mexique-Hollande, et partager de jolies conversations sur la vie, les rencontres, les voyages…
Et comme il nous aime bien lui aussi, on a maintenant dans nos bagages, un maillot de foot du Mexique !
C’est une jolie rencontre !

 

11 thoughts on “Pas Sport Control

  1. Tu te rappelle frère je t’avais dit de ne pas dire « inchallah » « schoukran » en faisait partie évidemment, en tous les cas c’est flippant de se dire que l’on à pas le droit d’aimer qui l’on veut et le pays que l’on veut c’est fou mais c’est une réalité que nous ne pouvons pas comprendre et que nous ne devons pas comprendre.
    Par contre Faites quand même un peu plus attention à ça c’est très important, les mots que vous utilisez dans certains pays peuvent malheureusement vous couter cher. Désolé de vous dire ça mais pensez y, je compte sur vous. Pareil en Iran faites attention, je ne plaisante pas, ne rentrez pas dans des discours sur israel la bas, car israel est peut-être plus tendre, les choses ne sont pas toujours ce que l’on croit.

    Elo

  2. je viens de recevoir un formidable cadeau : une mezzouzah de voiture, s’il en existe de sac à dos, ça pourrait faciliter peut être votre séjour israélien. Mais c’est juste une idée !

Ça vous inspire?