Holi en quadrichromie

Tezpur n’est pas plus intéressante qu’Itanagar, mais c’est pas si mal d’être arrivés un peu en avance. On prend nos marques, on se renseigne, on fait connaissance… car Holi nous fait tout de même un peu peur. Certains – et pas que des étrangers – nous raconte qu’il peut y avoir des débordements, des cohues, et puis Holi, c’est la fête où tout le monde s’amuse, picole, s’emporte… c’est LA fête des désinhibitions et tout le monde vire très vite crazy. Donc on prend des infos pour faire bonne figure, ne pas être perdus et ne pas arriver comme un cheveu sur la soupe. Dans les rues, les stands annoncent la fête : poudres et pigments de toutes les couleurs côtoient pistolets à eau et bombes de mousse… DSCF9279 DSCF9281 DSCF9301 DSCF9346 DSCF9355 DSCF9264 DSCF9365 DSCF9376 DSCF9390 DSCF9319 DSCF9316 Stitched PanoramaOn déambule aussi parmi les étals de bananes, de fruits, de viande ou d’articles domestiques. On fait trois fois le tour de la ville, à deux reprises, on va voir les berges du Brahmapoutre, on prend notre temps.Stitched Panorama DSCF9458 Stitched Panorama Mais, tout le monde nous court après, nous interpelle gracieusement, … s’ensuivent alors les habituels « where are you from? What is your good name? »… et comme à Sivasagar – lors de notre premier passage en « terre Hindi » – les gens sont accueillants, et ça nous allège le cœur, on se dit que ce n’est pas plus mal de venir passer Holi dans une petite ville (près de 200 000 habitants tout de même) où tout le monde nous reconnait dans la rue au bout du deuxième jour et veut nous offrir le thé, ou payer nos gâteaux. Dans cette région, Holi se déroule durant deux jours. Le premier est religieux, les gens vont au temple en famille, déposer quelques pincés de poudre sur les représentations des déités hindous, et les éléments sacrés, arbres, vaches, caillou magique… DSCF9419 DSCF9429C’est ainsi qu’une jeune fille, venue prier avec sa maman, vient à notre rencontre et nous dépose avec la plus grande gentillesse, et le plus grand soin nos premières traces de couleur sur le front et les joues… C’est plein de douceur, peut être empli de sacré, mais en tout cas chaleureux de sincérité.DSCF9442Ce sont nos premières marques de Holi. Un beau souvenir.DSCF9450Plus tard, on aura droit à nos secondes marques, mais beaucoup moins riche en poésie et en sentiment, deux-trois types contents de faire une victime foreign’ … et puis… plus rien, cette première journée n’est pas celle de la fête, ok, très bien. Au détour d’une rue, alors que nous mangions un plat de riz à quelques rupee, on croise Rachel et Xavier, arrivés la vieille. On sera les seuls loawai de Tezpur. À la nuit tombée, attirés par les rythmes des tambours et la mélodie des chants, on entre à l’improviste dans une salle. L’auditoire, tout comme les danseurs sont habillés de blanc. Très vite, Xavier et Bric’s sont contraints de rejoindre la ronde, et de danser… au milieu de tous ces hommes (!!?!) ça sent le musc et la sueur, on se touche, on tortille des fesses… Les filles sont invitées à se joindre à nous, mais refusent poliment. La piste de danse est exclusivement composée d’hommes (quelques femmes parsèment l’audience, mais elles se comptent sur les doigts d’une main). Cette ambiance purement masculine n’est pas très agréable, on ressent un déséquilibre, un manque d’harmonie, ou peut être un simple manque… …plus tard dans la rue, ce même groupe nous invite à une procession suivi d’une cérémonie… on sera rassurés par Megha et son père Rajish qui nous accompagneront pendant les 24 heures à venir ! Tout le monde se rassemble devant un grand bûcher, les gens y déposent des offrandes, des gâteaux et de petits anneaux de terre cuite… qui seront ensuite brûlés et calcinés comme il est de tradition. Brice tourne 7 fois autour du bûcher accompagné du frère de Rajish et sa fille de 7 ans. Au 5ème tour (ou 4ème ?!), il se voit offrir un morceau de papel (une galette « chips » indienne aux épices), qu’il doit manger tout en tournant. Pendant ce temps, Marion papote avec d’autres oncles et cousins, et reçoit des cendresdu bûcher. Elles nous porterons bonheur pour l’année à venir. Megha, bien que très jeune (une quinzaine d’année) est très intéressante, et surtout très sympa. Elle prendra l’initiative de nous inviter le lendemain pour que nous célébrions Holi « en famille ». La foule d