Solo²

Voilà une petite ville comme on les aime. Il ne nous faut pas grand-chose pour être contents et rassurés d’avoir choisi la ville de Solo comme étape.

L’arrivée en bus se fait sans pression des taxi et autres chauffeurs d’ojek (mobylette) ou becak (cyclo-pousse-pousse).
Nous trouvons une petite auberge dans un quartier aux ruelles calmes et habitées, et nous profitons de ces deux jours ici pour nous balader à droite à gauche, des heures durant, à deux à Solo.
Il n’y a rien à visiter ici. Enfin, rien que nous n’ayons envie d’aller voir.
Il y a bien un ou deux palais décrépis, mais ce qui nous intéresse, c’est la ville javanaise.
Après Bandung, ce n’est finalement que la seconde que l’on visite.
Nous voilà partis pour déambuler en long et en large dans cette ville au passé peut être glorieux, mais plus du tout présent, mais avec une personnalité bien campée.DSCF6755 DSCF6759 DSCF6762 DSCF6765 DSCF6769 DSCF6832 DSCF6773

Solo respire une âme particulière qu’elle doit à ses nombreux kampung, des quartiers semi-isolés, quasi autonomes.
Ces quartiers, capables de se barricader dans leurs murs le soir venu et auxquels on n’accède que par des portes, sont un labyrinthe de rues et ruelles reliant de basses et simples maisons.
Et comme il y a peu de passage automobile, nous prendrons du bon temps et un malin plaisir à découvrir la vie locale au calme, à papoter avec les papys édentés et les enfants enjoués.DSCF6788Stitched Panorama DSCF5323 DSCF6809 DSCF6812Au détour des ruelles colorées, nous écoutons le chant doux, frais et puissant des oiseaux. Plus encore à Java qu’à Sumatra, les gens adorent ces derniers et les exposent au pignon de la maison, dans de jolies cages en bois, suspendues à un crochet.
Petits « moineaux », canari, inséparables, ou beaux pigeons, perroquets amoureux ou chouette aux grands yeux, ils sont partout.DSCF6826 DSCF6873 DSCF5356 DSCF5358 DSCF5361Devant sa maison, chacun dispose plantes et chaises. Parfois un petit canapé. Ça permet de profiter des températures plus clémentes en fin de journée et de son pote venu rendre visite.
Et si les habitations de ces quartiers sont chiches, elles n’en demeurent pas moins entretenues, et leur façade est toujours habillée de plantes, de fleurs, et d’arbustes.
C’est serein de se balader ici.DSCF6816 DSCF6828 DSCF6838 DSCF6823 DSCF6820 DSCF5335 DSCF6887 DSCF5368 DSCF6898 DSCF6893DSCF6781Le linge sèche. Sous-vêtements et pantalons. On ne se formalise que le voisin ait vue sur la culotte de la voisine. Le vent agite les vêtements. Et vue la température qu’il fait, cela sèche en un rien de temps.

Et puis on retrouve tout un tas de petits métiers dans ces rues, les portefaix, à pied ou à vélo, mais aussi des artisans, celui qui fait les cagettes en bois, le barbier ou le réparateur de vélo…
Bbien entendu un nombre incalculable de petites guitounes de rue pour restaurer le chaland.
Ces échoppes sont souvent éphémères, plus ou moins sédentaires et généralement spécialisées.DSCF6852 DSCF5347 DSCF5466 DSCF7229 DSCF7232 DSCF6864 DSCF6868 DSCF7233 DSCF7236 DSCF7237Des nouilles, des soupes, du riz, des fritures, des glaces, des douceurs…
Selon les produits qu’elles vendent (et l’humeur du marchand), elles n’ouvrent qu’à certains horaires.
Ainsi, pas de nasi goreng ou lontong le soir, mais on trouvera des gargotes de cap-cai ou siomay, celle qui font des jus de fruits frais, ou des desserts…
Cependant tous ces warung (comme on les nomme à Java) se construisent autour des heures de repas et disposent sous une bâche – protégeant le client du soleil de l’équateur – quelques tables et  tabourets, sur le trottoir, contre le mur.

C’est à même la chaussée que l’on cuisine, un réchaud à gaz est installé. Épices et légumes, œufs et huile. Tout est préparé au dernier moment. Ça semble toujours très spartiate comme installation, mais chaque chose est bien rangée et le tout est finalement très fonctionnel et propre.
Et bien sûr, les trois quart de la clientèle se rafraichit d’un es teh (es=ice / teh=tea), la boisson nationale.
On a très rapidement appris à dire « sans sucre » (les Indonésiens sucrant à la limite de la solubilité) et si nous sommes en vadrouille, on ne se formalise pas avec le contenant du bungus « à emporter ». Un sac plastique, une paille et bonne route !DSCF5374 DSCF6904 DSCF6907 DSCF5385

ASCII 4 images, Taille: 6946 x 2891, FOV: 122.21° x 50.87°, RMS: 2.80, Lentille: Standard, Projection: Spherique, Couleur: Aucun
DSCF6940

DSCF6933 Bien entendu, le patron ne sait jamais qui a pris quoi, mais à quoi bon dans un pays où chacun se fait confiance, et où personne n’aurait l’idée de truander le marchand du coin de la rue que l’on voit tous les jours. Aussi, avant de payer, on liste tout ce qu’on a mangé et bu, et on calcul ensemble.

Les journées sont courtes, mais elles sont aussi très chaudes.
Or si les salles de bain sont souvent très propres en Indonésie, on a rarement de l’eau chaude.
Et elles ont aussi leur particularité.
Pas de pommeau de douche, pas d’évier, mais un grand bac en ciment (ou comme en Inde, un bidon) dans lequel on puise l’eau fraiche avec une écuelle. Moins marrant pour se brosser les dents, mais après deux mois, on s’y fait.DSCF6305

Après les hordes d’Indonésiens à Dieng et notre court passage à Borobudur, la simplicité de Solo nous a rafraîchit.DSCF6913 DSCF6923 DSCF6928 Rien n’est vraiment compliqué dans ce pays. Enfin…
Même la langue est d’une simplicité infantile.
Entre les hati-hati (prudence), pelan-pelan (doucement), et la manière de s’invectiver dans la rue (en s’appelant tous tonton, maman…) on a parfois des échos de la nonchalance africaine et du rythme tranquille des insulaires.DSCF6934

4 thoughts on “Solo²

  1. j’adooooooore !
    c’est une vie comme ça qui est la bonne
    les massacres s’arrêtent, le cac 40…, le quoi ?

    et voilà, qu’on est dans une planète simple, « fraiche », nature
    la vie des hommes
    super blog
    pour un solo partagé, il l’est

    faisez gaffe

    j’en rajoute pas sur ma place mais bon, par rapport aux autres de Ligurie…

  2. Demain c’est la rentrée en CP du grand, je peux pas être preums en ce moment, mais je reviendrai en force asseoir ma domination sur le monde.
    Vous parlez de barbier, tu veux pas y faire un tour Brice?
    Bises

  3. Les gens Donnent une impression de gentillesse et de sérénité encore une fois. Peux pas m’empêcher de penser que vous pourriez vous installer ici sur un coup de tête.

    Manqu juste des photos de Marion…

Ça vous inspire?